Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘monastère’

Hiver (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2017



Hiver

LES pampres du printemps et le vin de l’automne
Ont perdu le parfum qui jadis me fut cher ;
Je veux l’haleine chaste et le silence amer,
Les brumes et la glace et l’ombre de l’hiver.

Je ne tresserai plus l’irréelle anémone,
Je n’écouterai plus le rythme monotone
Des oiseaux dans les bois que l’octobre couronne
D’opales, de rubis et de l’or souverain.

Mais je m’inspirerai du tragique refrain
Du vent qui jette au ciel ses révoltes d’airain,
Qui rôde en sanglotant près de l’âtre serein,
Comme Dante implorant la paix du monastère.

O neiges où la soif du blanc se désaltère !
Toute virginité recèle le mystère,
La crainte, et l’infini du rêve solitaire.

J’écarterai les fruits des jardins de l’été,
Car l’incomplète ivresse au regard hébété
Ne verse point l’oubli comme le pur Léthé,

Car la neige où la soif du blanc se désaltère
Seule éteindra l’ardeur de mon anxiété…
Dans le noble infini du rêve solitaire,
J’oublierai la ferveur des amours de l’été…

(Renée Vivien)

Illustration: Jan Balet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis la Vendangeuse d’Yeux (Saint-Pol Roux)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2017



 

Zdzislaw Beksinski  26

Depuis l’aube des temps je plane sur la Vie
Tel un oiseau de proie aux serres de démon
[…]
Il me faut chaque jour d’énormes hécatombes
Je mange tous les soirs un morceau d’univers…
[…]
Je suis la Vendangeuse
d’Yeux
[…]
Je suis l’acerbe Vendangeuse aux doigts d’octobre
(dansant dans un pressoir imaginaire)
Contemple
Mes talons d’orgie…

Contemple
Le pressoir à forme de cercueil déborde !
Et jusqu’à ma gorge déferle
Un fouillis d’yeux d’où gicle un reste de regards…

Vois
Ces yeux passionnés pour les joujoux
Ces yeux enthousiastes des bijoux
Ces yeux de peuples ayant faim
Ces yeux de rois le ventre plein…
Ces yeux de marins sur la mer
Ces yeux d’astrologues dans l’air
Ces yeux d’époux qui sont un quoique deux
Ces yeux de monastère en extase de Dieu…

(Saint-Pol Roux)

Illustration: Zdzislaw Beksinski

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En écoutant une cloche (Jiaoran)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2016



En écoutant une cloche

Dans le vieux monastère, tout en-haut du Mont-Froid,
La cloche lointaine semble voler dans le vent.
Le son en ébranle les arbres et la lune,
Quand le vent s’est calmé, c’est le vide d’un ciel gelé.
La nuit n’en finit pas; moi bonze solitaire,
Je ressens le froid qui gagne mon cœur.

(Jiaoran)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Au vieux monastère (Issei)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2016



Au vieux monastère
près de la cloche décrochée
des violettes

(Issei)


Illustration

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , | 1 Comment »

J’ai eu un compagnon de route (Daïô)

Posted by arbrealettres sur 19 mars 2016



 

Ts'i Pai-che   Promenade par une nuit de vent  o [1280x768]

J’ai eu un compagnon de route
Et nous avons cheminé épaule contre épaule.
Les montagnes sont vertes selon la nature,
L’eau est pure selon la nature,
Minuit est passé,
Et l’on ne comprend pas ce sens de la nature.
J’entends seulement, les singes étonnés, au-dessus du monastère.

(Daïô)

Illustration: Ts’i Pai-che

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce serait comme un vêtement trop lourd (Cédric Le Penven)

Posted by arbrealettres sur 7 février 2016



 

Ce serait comme un vêtement trop lourd tombé aux chevilles
avant le bain émeraude d’une résurgence nommée la gourgue
(entendez-vous la lente plongée du regard
voyez-vous les grillages enjambés pour plonger sa main
à la recherche d’une truite capricieuse
qui nage entre les ruines et les sons d’un monastère englouti
On se demande bien parfois à quoi bon écrire des poèmes
puisqu’il suffit de tendre l’oreille et de recueillir
les rêves de bergers assoupis
Sous la voûte de buis une moiteur troublante
persiste après l’orage)

(Cédric Le Penven)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :