Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘montagne’

La plus haute pensée humaine (Jean-Paul Richter)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2017




La plus haute pensée humaine

Nous sommes à genoux ici, sur cette petite terre, devant l’Immensité,
devant le monde incommensurable qui est au- dessus de nous,
devant le cercle lumineux de l’Espace.

Élève ton esprit, et pense ce que je vois.

Tu entends le vent d’orage qui chasse les nuages autour de la terre

Mais tu n’entends pas le vent d’orage qui chasse les terres autour du soleil,
ni le plus grand qui souffle derrière les soleils, et les mène autour
d’un Tout caché qui gît dans l’abîme avec des flammes solaires.

Quitte la terre, monte dans l’éther vide: plane alors, et vois la terre
devenir une montagne flottante, et joue autour du soleil avec
six autres poussières de soleil;

Des montagnes voyageuses, que suivent des collines, passent devant toi,
et montent et descendent devant la lumière solaire.

Puis regarde, tout autour de toi, la voûte sphérique, parcourue d’éclairs,
lointaine, faite de soleils cristallisés, à travers les fentes de laquelle la nuit infinie regarde,
et dans la nuit est suspendue la voûte étincelante.

Tu peux voler durant des siècles sans atteindre le dernier soleil
et parvenir, au- delà, à la grande nuit.

Tu fermes les yeux, et te lances en pensée par- delà l’abîme
et par delà tout ce qui est visible

Et, lorsque tu les rouvres, de nouveaux torrents, dont les vagues lumineuses sont des soleils,
dont les gouttes sombres sont des terres, t’environnent, montent et descendent,
et de nouvelles séries de soleils sont face à face, à l’orient et à l’occident,
et la roue de feu d’une nouvelle Voie Lactée tourne dans le fleuve du Temps.

(Jean-Paul Richter)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

JE JURE QU’ELLE EST ÉTERNELLE (László Marsall)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2017



frederic-leighton-femme-panier-fruits-f47927826d
JE JURE QU’ELLE EST ÉTERNELLE

Je jure qu’elle est éternelle,
point ne sera aux ombres vaines.
Sur la tête, un panier de fruits,
elle descend — ce sont rubis —,
elle a le maintien d’une reine.

De la montagne une odeur d’ours,
dans les contrées qui tuent la vie,
croix enflammée : un aigle plane,
des hautes eaux perles émanent,
de joie un couple en bas mugit.

Le temps : écho et feu sans fin,
la femme a du feu à son front,
de ses effets un parfum bruine,
le sol souffre de son échine,
dans la lune sont ses talons.

(László Marsall)

Illustration: Frederic Leighton

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Parmi les nuages de fleurs (Ki no Tsurayuki)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2017



 

femmes cerisier blanc

Faiblement
Parmi les nuages de fleurs
Des cerisiers de montagne
Je l’ai entrevue
Et je suis amoureux d’elle.

(Ki no Tsurayuki)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

SÉQUENCE (Czigány György)

Posted by arbrealettres sur 13 février 2017



SÉQUENCE

dans la chair neige de la pomme
au ventre de la pleine lune
dans les cheveux de la blonde lumière électrique
j’étais son rire ainsi

bleu dans le bleu pur
dans neuf noms de fleurs
dans le ciel sombrant des couleurs
j’étais ses pleurs aussi

dans la chute des feux
corps de fille dans du silence
dans les cendres froidissantes des montagnes
j’étais son plaisir aussi

dans la planète et son ardeur
dans la terre et sa nudité
dans la douce contrainte des muscles
j’étais sa mort aussi

(Czigány György)

Illustration: Eric Principaud

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le soir à marée basse (Bernard de Louvencourt)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2017



 

Le soir à marée basse

Rentrons ! Déjà le soir déroule ses fuseaux :
Un horizon rougi de soleil – ou de lune…
On ne sait. Mais tout est rouge sur la lagune ;
Un pan du ciel se traîne au dernier feu des eaux.

Tout repose. En mourant, le jour en ses biseaux,
A fait désert la mer et montagne la dune.
C’est l’heure de la nuit comme il n’en est aucune ;
Tout est roide et tranchant comme un coup de ciseaux.

Et la plage s’étale en immensité plate.
En traversant un banc de son sable écarlate,
Pieds nus, il peut sembler que l’on marche à jamais.

Et, se sentant très seul dans son âme très lasse,
Il semble qu’à l’esprit c’est aussi la mer basse,
Et que l’on est bien loin des souvenirs aimés !

(Bernard de Louvencourt)

Illustration: Guy Baron

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Ame (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



Puisqu’elle tient parfois dans le bruit de la mer
Ou passe librement par le trou d’une aiguille
Aussi bien qu’elle couvre une haute montagne
Avec son tissu clair,

Puisqu’elle chante ainsi que le garçon, la fille,
Et qu’elle brille au loin aussi bien que tout près,
Tantôt bougie ou bien étoile qui grésille
Toujours sans faire exprès,

Puisqu’elle va de vous à moi, sans être vue,
En fait en l’air son nid comme sur une plante,
Cherchons-la, sans bouger, dans cette nuit tremblante
Puisque le moindre bruit, tant qu’il dure, la tue.

(Jules Supervielle)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Pourquoi (Li Bai)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2017



Pourquoi vivre au coeur de ces vertes montagnes?
Je souris, sans répondre, le coeur tout serein
Tombent les fleurs, coule l’eau, mystérieuse voie …
L’autre monde est là, non celui des humains.

(Li Bai)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les cils des arbres (Hector de Saint-Denys Garneau)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2017



Les cils des arbres

Les cils des arbres au bord de ce grand oeil de la nuit
Des arbres cils au bord de ce grand oeil la nuit
Les montagnes des grèves autour de ce grand lac calme
le ciel la nuit
Nos chemins en repos maintenant dans leurs creux Nos champs en reposoir
avec à peine le frisson passager
dans l’herbe de la brise
Nos champs calmement déroulés sur cette profondeur
brune chaude et fraîche de la terre
Et nos forêts ont déroulé leurs cheveux
sur les pentes…

(Hector de Saint-Denys Garneau)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

J’ai deux montagnes à traverser (Félix Leclerc)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2017



 

Euan MacLeod Barrow_Man

« J’ai deux montagnes à traverser
Deux rivières à boire
J’ai six vieux lacs à déplacer
Trois chutes neuves à mettre au lit
Dix-huit savanes à nettoyer
Une ville à faire avant la nuit. »

C’est pourquoi de forêt
Il n’est pas revenu…

(Félix Leclerc)

Illustration: Euan MacLeod

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Moineaux du matin (Ogiwara Seisensui)

Posted by arbrealettres sur 22 janvier 2017



Moineaux du matin,
Leurs voix disent que la neige arrive
Dans cette montagne au loin.

(Ogiwara Seisensui)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , | 6 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :