Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘montagne’

La Vague (Aya Cheddadi)

Posted by arbrealettres sur 15 janvier 2018




    
La Vague

Il est des mont Fuji montagne Boukornine
fiefs des oiseaux perdus dans les étendues d’eau
Quand la Vague est venue me portant sur son dos
j’ai vu leurs cimes fondre sous l’écume opaline

Des villes ont glissé lumières dans la mer
parcs mairies minarets auxquels manque le son
cyprès au bord des routes et des cimetières
trains de noyés hagards visitant les grands fonds

Moi perchée sur la Vague témoin impuissant
ne sachant s’il fallait plonger ou résister
flairant la mort proche comme un requin du sang
je me surpris soudain à vouloir et lutter

Parlai-je d’aujourd’hui ou d’un hier livide
Trépasser par noyade est la fin redoutée
des Naïades hantant les Golfes veloutés
Vertige inconnu et chute dans le vide

(Aya Cheddadi)

 

Recueil: Tunis marine
Traduction:
Editions: Gallimard

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La mer est blanche ce matin (Aya Cheddadi)

Posted by arbrealettres sur 15 janvier 2018



    

La mer est blanche ce matin
vapeur dénuée de bleu
où se découpe la montagne

Un reste de lune encore
infuse dans le lait du jour
avec un piment Jamaïque

Les rares clients du café
regardent l’eau en attendant
qu’on apporte leur commande

L’excitation du départ
se communique à ceux qui restent
Un bateau a quitté le port

(Aya Cheddadi)

 

Recueil: Tunis marine
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans le café tassé de la nuit (Aya Cheddadi)

Posted by arbrealettres sur 15 janvier 2018




    
Dans le café tassé de la nuit
le lait du jour goutte
nuage de clarté

Les arbres bleus découvrent sous leurs branches
la pierre rose de la montagne
La zaouia du saint se niche au sommet

En bas, l’eau transparente de la plage d’Hamilcar
Les mâts s’y reflètent bâtons d’un alphabet
de pattes d’oiseaux stries cils frémissants

La colombe sort de la manche du magicien

(Aya Cheddadi)

 

Recueil: Tunis marine
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu es dans une chambre d’hôpital (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2018




    

Tu es dans une chambre d’hôpital
Tu as le coeur tout entouré de linges
Tu n’as pas à te plaindre de l’amour
Et cependant tu souffres
Tu es penchée au-dessus d’une rose
Comme au-dessus d’un gouffre
Tu tiens comme un pigeon
Mes deux mains dans les tiennes
Tu as le désir de marcher
A travers les campagnes
Tu es parmi les chevaux qui broutent
Les étoiles de la montagne
Tu es au bord d’un fleuve
Et tout mon corps coule à tes pieds
Je t’aime et te recrée
A chaque instant du jour.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Poésie la vie entière
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MA VIE EN JEU (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2018




    
MA VIE EN JEU

Avant tout
Prenez-moi comme je suis
Prenez-moi pour vous aider
Dans vos tâches quotidiennes

Les yeux des bêtes de montagne
Le grand vent l’oiseau chanteur
Et l’apparence la plus calme
Me retiennent loin de vous

Mais je vous aime en vérité
Pour le plaisir de vous aimer
Au plus sombre de votre amour
Pour le plaisir de vous surprendre
Et quand ma vie ne suffit plus
A me faire entendre la vie
Je me réclame de vous tous.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Poésie la vie entière
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai voulu modifier le temps (Yves Mabin Chennevière)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2018



Illustration: Gilbert Garcin
    
— J’ai voulu modifier le temps,
brouiller les heures et les jours,
me souvenir des lendemains,
imaginer de possibles passés,
donner à chaque instant présent
l’imprécision de l’instant vécu,
l’attrait trouble de l’instant à vivre,

J’ai voulu modifier l’espace,
donner au lieu où je vis
la forme d’un lieu d’ailleurs,
confondre les éléments communs
à tous les paysages connus,
définir le lieu où je vis
ni par son nom ni par son histoire,
mais par le ciel, le vent, le froid,
la chaleur, la vallée, le fleuve,
la montagne, le rivage, la mer ;

(Yves Mabin Chennevière)

 

Recueil: Variations du sensible
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

IL ÉTAIT LA FOI (Martine Hadjedj)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2018




IL ÉTAIT LA FOI

Reposant sur le rien
Bâtie sur le néant
Aucun signe au loin
Ni terre sous mes pieds
Sur laquelle s’appuyer
Rien de visible, rien de tangible
Juste une petite voix
Le murmure du silence
Un chemin très étroit
Et si peu fréquenté
Une simple intuition
Qui devient certitude
Juste une graine minuscule
Un grain de sénevé
Fécondé par l’amour
Patient, persévérant,
Qui se transforme en arbre
Tout petit, qui grandit,
Jusqu’à être infini
Des racines bien plantées
Dans le roc, un rocher
Une ferme assurance
Une force immense
Qui déplace des montagnes
Fait fleurir le désert
Sépare les flots
Et calme la tempête
Il était la foi!

(Martine Hadjedj)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Tout le monde veut vivre (Gabriel Garcia Marquez)

Posted by arbrealettres sur 2 janvier 2018



Illustration: Viviane Josée Restieau
    
Tout le monde veut vivre au sommet de la montagne,
sans soupçonner que le vrai bonheur
est dans la manière de gravir la pente

(Gabriel Garcia Marquez)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Impuissant à équilibrer la lune (René Char)

Posted by arbrealettres sur 1 janvier 2018



La montagne avance ses bajoues
jusqu’à ce pâtre obèse
qui hurle sur un pipeau
impuissant à équilibrer la lune.

(René Char)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nocturne entre les musaraignes (Luis Cernuda)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2017



&

Illustration: Antoine Picard
nbsp;   
Nocturne entre les musaraignes

Corps de pierre, corps triste
Entre laines comme murs d’univers,
Identique aux races à leur anniversaire,
Aux édifices les plus innocents,
Aux cataractes les plus pudiques,
Blanches comme la nuit, tandis que la montagne
Déchiquète des formes en folie
Déchiquète comme doigts les douleurs,
Les joies comme des ongles.

Ne savoir où aller, où revenir,
En quête de vents pieux
Détruisant les rides du monde,
Bénissant les désirs coupés à la racine
Avant de donner leur fleur,
Leur fleur grande comme un enfant.

Les lèvres désirent cette fleur
Dont le poing, baisé par la nuit,
Ouvre les portes de l’oubli lèvre après lèvre.

***

Nocturno entre las musarañas

Cuerpo de piedra, cuerpo triste
Entre lanas con muros de universo,
Idéntico a las razas cuando cumplen años,
A los más inocentes edificios,
A las más pudorosas cataratas,
Blancas como la noche, en tanto la montaña
Despedaza formas enloquecidas,
Despedaza dolores como dedos,
Alegrías como uñas.

No saber donde ir, donde volver,
Buscando los vientos piadosos
Que destruyen las arrugas del mundo,
Que bendicen los deseos cortados a raíz
Antes de dar su flor,
Su flor grande como un niño.

Los labios quieren esa flor
Cuyo puño, besado por la noche,
Abre las puertas del olvido labio a labio.

(Luis Cernuda)

 

Recueil: Un fleuve, un amour
Traduction: Jacques Ancet
Editions: Fata Morgana

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :