Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘montre’

Unité (César Vallejo)

Posted by arbrealettres sur 18 août 2019




    
Unité

Cette nuit ma montre halète
près de ma tempe assombrie, comme
le barillet d’un revolver qui tourne
sous la gâchette sans trouver la balle.

La lune blanche, immobile, pleure,
et c’est un oeil qui vise… Et je sens comme
estampe sa marque le grand Mystère en une idée
hostile et ovoïde, en une balle vermeille.

Ah, main qui limite, qui menace
derrière toutes les portes, qui souffle
dans toutes les montres, qui cède et passe !

Sur l’araignée grise de ta structure,
une autre grande Main faite de lumière porte
une balle qui a la forme azur du coeur.

(César Vallejo)

 

Recueil: Poésie complète 1919-1937
Traduction: Nicole Réda-Euvremer
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Désormais tout le monde a une montre (Michel Serres)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2019




    
Désormais tout le monde a une montre et personne n’a le temps.
Échangez l’une contre l’autre, donnez votre montre et prenez votre temps!

(Michel Serres)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , | 6 Comments »

QUAND ON REGARDE UNE MONTRE (Philippe Soupault)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2019



Illustration: Patricia Blondel 
    
QUAND ON REGARDE UNE MONTRE

Je n’ai pas fini d’espérer
infatigable comme une araignée vigilante
je guette pour les retenir
dans ma toile quotidienne
les joies du soir et du matin
qui filent à toute vitesse
Tant pis pour les chagrins et les douleurs
et les emmerdements
qui passent lentement
et qui s’accrochent

Oui mais voilà
je sais que je dois chaque jour
chaque heure
m’avancer vers cette falaise
et vers ce grand trou sans fond
je me retourne souvent
et j’aperçois très loin
le brouillard de ma naissance
Je suis le nomade qui marche la nuit
et qui attend le jour et l’oubli

(Philippe Soupault)

 

Recueil: Poèmes et Poésies
Traduction:
Editions: Grasset

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SILENCE (George Bacovia)

Posted by arbrealettres sur 1 avril 2019



SILENCE

Quoi de neuf ? Je passe ma nuit à lire
Et je crois bien être vivant, ma foi.
La lampe… Qui l’allume, la fait luire
Quand il est trop tard, maintenant pour moi ?

Sur l’étagère, une montre respire…
Puis-je ne pas savoir tout ce qu’on doit ?
Nuit…
La lampe… Qui l’allume, la fait luire
Quand il est trop tard, maintenant, pour moi ?

(George Bacovia)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA MONTRE EN OR (Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



LA MONTRE EN OR

Elle est en or.
Ça lui permet de s’arrêter quand elle veut.
Pensez : une montre en or ne s’arrête pas sans raison.
En général, les montres sont faites pour donner l’heure.
Mais une montre en or existe d’abord pour sa valeur personnelle.
Une heure lui plait, elle la garde.
Elle est en or.

(Norge)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

Si vous ne vous sentez pas bien (Francis Blanche)

Posted by arbrealettres sur 9 septembre 2018




Si vous ne vous sentez pas bien,
faites-vous sentir par un autre.

Madame: n’achetez plus de tissu écossais.
Ecossez-les vous-même!

Une journée sans canular,
c’est un gruyère sans trou.

Si Christophe Colomb n’avait rien découvert,
Kennedy serait toujours vivant.

Les femmes qui nous aiment pour notre argent
sont bien agréables:
on sait au moins ce qu’il faut faire
pour les garder.

Qui aime bien ses lunettes
ménage sa montre.

(Francis Blanche)

Posted in humour | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le monde est méchant (Théophile Gautier)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2018



Le monde est méchant

Le monde est méchant, ma petite:
Avec son sourire moqueur
Il dit qu’à ton côté palpite
Une montre en place de coeur.

– Pourtant ton sein ému s’élève
Et s’abaisse comme la mer,
Aux bouillonnements de la sève
Circulant sous ta jeune chair.

Le monde est méchant, ma petite:
Il dit que tes yeux vifs sont morts
Et se meuvent dans leur orbite
A temps égaux et par ressorts.

– Pourtant une larme irisée
Tremble à tes cils, mouvant rideau,
Comme une perle de rosée
Qui n’est pas prise au verre d’eau.

Le monde est méchant, ma petite :
Il dit que tu n’as pas d’esprit,
Et que les vers qu’on te récite
Sont pour toi comme du sanscrit.

– Pourtant, sur ta bouche vermeille,
Fleur s’ouvrant et se refermant,
Le rire, intelligente abeille,
Se pose à chaque trait charmant.

C’est que tu m’aimes, ma petite,
Et que tu hais tous ces gens-là.
Quitte-moi ; – comme ils diront vite:
Quel coeur et quel esprit elle a !

(Théophile Gautier)

Illustration: Charles Dwyer

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cette montre toujours en avance (Tawara Machi)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2018



Cette montre toujours en avance
je la règle ce matin envahie
d’un vague pressentiment

(Tawara Machi)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 3 Comments »

Le temps colle à mes doigts (Bernard Friot)

Posted by arbrealettres sur 28 février 2018



le temps colle à mes doigts
ça n’avance pas calme plat
ma montre a perdu ses aiguilles
mer d’huile je m’ennuie

ça se répète aussi
demain sera demain aujourd’hui
ainsi de suite et cetera
ça se répète à l’infini

longtemps le temps m’a semblé long
colle à mes doigts calme plat
je m’ennuie

(Bernard Friot)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un beau jour… (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 19 février 2018



Illustration: Sophie Vulliard
    
Un beau jour…
Blues

1
Un beau jour, on se rencontre
Juste le temps
De lire l’heure au cadran de la montre
Et l’amour naît en chantant
C’est un jeu d’enfant
C’est jouer avec le feu
Ce n’est qu’un jeu
Mais aussi c’est un jeu grave
Où le vaincu est toujours le plus brave
Le plus brave.

2
Quand on aime à la légère
Le ciel est bleu
Mais celle qu’on aime est une étrangère
Qui sait bien ce qu’elle veut
Ce n’est jamais peu
C’est la vie et le sang
Un jeu d’enfant
C’est un jeu un jeu très grave
Où le vaincu est toujours le plus brave
Le plus brave.

3
Lorsque l’amour vous tourmente
O jeunes gens!
Avant de choisir une douce amante
Qui vous mord à belles dents
Pensez-y longtemps
C’est jouer avec le feu
Ce n’est qu’un jeu
Mais aussi c’est un jeu grave
Où le vaincu est toujours le plus brave
Le plus brave.

(Robert Desnos)

 

Recueil: Les Voix intérieures
Traduction:
Editions: L’Arganier

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :