Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘mot’

Grandie par son sourire (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2017



 

Grandie par son sourire
vient la jeunesse
et son déferlement

les mots chantent et dansent
jusqu’à fleurir
comme un lys ou un chardon

(Georges Bonnet)

 Illustration: Andrzej Malinowski

 

Posted in poésie, méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ils sont assis dans l’herbe (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 19 février 2017



 

Ils sont assis dans l’herbe
et parlent des saisons

la terre et les mots
liés par le vent

A peine nés les mots
hantés par la parole

(Georges Bonnet)

Illustration: Edouard Manet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dire encore (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 17 février 2017



Dire encore
avec des mots calleux par l’usage

La patience de la vigne
le geste lent des mûrissements

Le jeu frêle des hautes herbes
l’arbrisseau de peu de souffle

Avec ce qu’il faut
d’inquiétude dans la voix

(Georges Bonnet)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La colline soudain n’était plus un don (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2017



helena-sofia-schjerfbeck-finnish-1862-1946-katkelma-1904-05-800x600

La colline soudain n’était plus un don
Un sentier s’épuisait dans les hautes herbes

Net et précis était le ciel
fermé sur son histoire

Une femme passait
Un rêve fou s’en allait avec elle

Les mots perdaient leur fontaine
Les vents leur destin

Il n’y avait personne pour ouvrir les bras.

(Georges Bonnet)

 Illustration: Helena Sofia Schjerfbeck

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il leur restait une vieille église (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2017



Il leur restait
une vieille église maçonnée de ciel
des feuillages sous leurs fenêtres
dans le bonheur d’être habitées
par les premiers bourgeons
Mais aussi les limailles de leurs regrets
des remords avec tout leur attirail
et parfois le trop bleu d’un espoir
les mots que l’on dit chaque jour
ce qui se passe simplement

(Georges Bonnet)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ils criaient parfois (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2017



ile-fenetre-d6

Ils criaient parfois
comme un livre déchiré

Puis leurs mots s’accordaient
tels les îles mariées par la mer

Ils ouvraient leurs fenêtres
sur ce qu’ils étaient

(Georges Bonnet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La neige qui tombait (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2017



vieux-o

La neige qui tombait
ce n’était plus l’enfance

mais il faisait clair dans leurs mots
quand ils entrevoyaient
ce qui à l’aube
refuse de se laisser conduire

ce qui se hausse dans un face à face
ce qui s’étrangle dans un cri

(Georges Bonnet)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

PALISSADES (László Marsall)

Posted by arbrealettres sur 13 février 2017



rosier

PALISSADES

Palissades de pieux
des incarnés

en guise de parole
dialecte du mutisme
où rien ne dit le mot

entre deux pieux
serpente une interrogation
la branche d’un rosier grimpant

c’est le monde des côtes nues
dès lors plus dissimulable
la respiration créatrice

finalement
nous coupons la rose-interrogation
trop proche de nous-mêmes

il n’est de réponse à rien.

(László Marsall)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

À CE JOUR (Anna Hajnal)

Posted by arbrealettres sur 13 février 2017



À CE JOUR

Quels étaient les mots que j’avais dans le temps ?
tels que : merveilleux ! ardent ! véloce ! heureux ! grand !
verbes : frapper ! choir ! revivre ! flotter ! courir !
Quels sont mes épithètes à ce jour ?
harassé, ralenti, tiède, blême, rigide,
verbes : s’allonger, se faire tremper, s’effilocher,
froidir, refroidir.
Mais moi, toujours. J’existe encore au plus profond.
Derrière la grille je relève le front.

(Anna Hajnal)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comment faire couler les mots dans ce qui là-haut eut lieu (Haya Ester)

Posted by arbrealettres sur 13 février 2017



 

Comment faire couler les mots
dans ce qui là-haut eut lieu
je déshabillai le corps céleste comme on enlève une robe
et mon âme dans sa nudité demeura mélodie
combien de cieux ai-je écoulés, pas de chiffres…
jeunesse d’un vent blanc
pas d’accomplissement
hauteurs du divin
une foule de psaumes n’y pourra rien
musique d’en haut
je fus amoureuse
de la beauté profonde de Dieu!

(Haya Ester)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :