Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘mot’

Quand tu es intense (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



Quand tu es intense
le mot jaillit.

(Charles Juliet)

 

 

Publicités

Posted in poésie, méditations | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Manque (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



Manque

si mes mots naissent
de mon manque
peut-être saurai-je
parler à ta faim

(Charles Juliet)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Aide-moi à traverser ce gâchis (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



Alberto Pancorbo e30 [1280x768] [1280x768]
aide-moi
à traverser
ce gâchis

fais éclater
ce qui me mure

donne des mots
à ce qui en moi
se débat
dans la nuit

(Charles Juliet)

Découvert chez la boucheaoreilles ici

Illustration: Alberto Pancorbo

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 1 Comment »

Combien désiré combien doux ce murmure (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



Combien désiré combien doux
ce murmure trop ténu
auquel je donne voix
en me creusant
dans mon silence

puis lourds
encore aveugles
encore mêlés
à tous cet humus
où ils prenaient vie
les mots qui montent affluent
s’inscrivent sur la page

ces mots que j’enfante
et qui me donnent le jour

(Charles Juliet)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je mens ou je meurs si je dis mon amour (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018




    
Je mens ou je meurs si je dis mon amour.

Nul ne voudrait prendre au mot le souffle de l’aveu,
Tu le sais toi guetteur toi qui suis de l’orage
Secret pas à pas l’avancée où je me tiens masqué.
Ces pleurs dans l’ombre de qui furent-ils les maîtres?
Ces rires dans l’air de qui sont-ils les ombres?
Tu ne réponds pas silence et je reste sous l’interdit
Tu ne sais rien ou bien ne suis-je plus?
L’orage ne gronde ni ne s’éloigne. Cloué à la nuit
Je veux en vain lui tendre une trop douce proie.

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

Recueil: Le Poème Hanté
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ensevelie la parole (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2018



    

Ensevelie la parole qui nous sommait de vivre
Hanche nue au bord de la nuit d’été,
Si perdue sous les ronces folles des mots
Que plus jamais le chant n’en pourra retentir.

Qui voudrait arracher ce poids de nos fautes?
Quel enfant soudain retrouvé hors de tout espoir
Viendrait sous son regard désigner ô mes frères
La source enfouie où s’abreuvèrent nos premiers songes?

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

Recueil: Le Poème Hanté
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui d’un pas céleste (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2018



 

Illustration
    
Qui d’un pas céleste
glisse et tournoie

Qui là-bas passe
à la dérobée ?

par les chemins
de fortune ?

Quelle ombre en deçà
au-delà

en filigrane
danse

que nul mot
ne dessine ?

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

Recueil: Contre-Chants
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Religieuse racine (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2018




    
Religieuse
racine.

Te relier
trésor

à nos mots
pauvres
qui brillent

par la rosée
du silence
transfigurés.

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

Recueil: Contre-Chants
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cette nuit je cherche des mots (Joséphine Bacon)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



Illustration: https://wordart.com/
    
Cette nuit je cherche des mots
Des mots qui sonnent musique
Des mots qui peignent couleur
Des mots qui hurlent silence
Des mots sans dimension

Cette nuit mon dos se courbe
Mes genoux fléchissent
Tu es la nudité du monde

(Joséphine Bacon)

 

Recueil: Un thé dans la toundra – Nipishapui nete mushuat
Traduction:
Editions: Mémoire d’encrier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Attends-moi (Constantin Simonov)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



Illustration: Constantin Simonov
    
Attends-moi

Si tu m’attends, je reviendrai,
Mais attends-moi très fort.

Attends, quand la pluie jaune
Apporte la tristesse,
Attends quand la neige tournoie,
Attends quand triomphe l’été
Attends quand le passé s’oublie
Et qu’on n’ attend plus les autres.
Attends quand des pays lointains
Il ne viendra plus de courrier,
Attends, lorsque seront lassés
Ceux qui avec toi attendaient.

Si tu m’attends, je reviendrai.

Ne leur pardonne pas, à ceux
Qui vont trouver les mots pour dire
Qu’est venu le temps de l’oubli.
Et s’ils croient, mon fils et ma mère,
S’ils croient, que je ne suis plus,
Si les amis las de m’attendre
Viennent s’asseoir auprès du feu,
Et s’ils portent un toast funèbre
A la mémoire de mon âme…
Attends. Attends et avec eux
refuse de lever ton verre.

Si tu m’attends, je reviendrai
En dépit de toutes les morts.

Et qui ne m’a pas attendu
Peut bien dire : « C’est de la veine ».
Ceux qui ne m’ont pas attendu
D’où le comprendraient-ils, comment
En plein milieu du feu,
Ton attente
M’a sauvé.
Comment j’ai survécu, seuls toi et moi
Nous le saurons,
C’est bien simple, tu auras su m’attendre, comme personne.

(Constantin Simonov)

Découvert ici: https://desmotsetdesnotes.wordpress.com/

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :