Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘mot’

Le choc d’un mot (Jules Tordjman)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2018



Le choc d’un mot suffit pour que ton cerveau chante :
Choc frais ou dur. Mais quel alphabet te tourmente ?

Est-il une frontière entre l’âme et l’oreille
Que tu doives franchir quant bourdonne l’abeille

Des tes veines, ô toi dont l’avancée extrême
Veut aboutir au trèfle incarnat du poème ?

Receleur des trésors de ta mélancolie,
Mais en proie au bûcher prometteur d’embellie,

En vain camoufles-tu ta faim sous des voyelles :
Ton invincible mal a pris couleur en elle.

(Jules Tordjman)

Illustration: René Baumer

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En amitié (Khalil Gibran)

Posted by arbrealettres sur 18 mai 2018




    
En amitié
toute pensée, tout désir, toute attente
naissent et se partagent
sans un mot,
avec une joie secrète.

(Khalil Gibran)

 

Recueil: Le Prophète

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AMIS D’AMOUR (Bernard de Naillac)

Posted by arbrealettres sur 18 mai 2018



Illustration: Odile Wysocki-Grec
    
AMIS D’AMOUR

Restons amis, veux-tu? Rien qu’amis. L’attitude
En vaudra mieux, crois-moi, que de trouver un jour
Le premier abandon qui fait la solitude,
Nos sentiments fanés, d’anciens rêves d’amour !

Je suis émerveillé d’un rêve, que j’ignore…
Je crois en toi, mais davantage en l’amitié.
Restons ainsi, pour être un peu pareils encore :
N’est-ce pas suffisant, le bonheur à moitié ?

Amis, n’est-ce pas beau? Le soir ardent qui frôle
M’émeut profondément, ô mystère caché !
J’ai posé doucement ma tête à ton épaule :
Ton visage n’en est plus doux ni plus fâché…

Et c’est un geste las dont l’amour est complice ;
Tout bas, nous nous disons : un geste indifférent !
Cela parait une eau qui se sille et se lisse,
Quand le désir, parfois, apporte son courant.

Puis nous disons des mots quelconques… Nonchalance
D’un langage d’amour, dans les soirs éperdus.
Et nous nous comprenons avec des yeux d’absence,
Et ces mots — semble-t-il — étaient ceux attendus.

(Bernard de Naillac)

 

Recueil: Etincelles

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il y en a qui doivent parler (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2018



Illustration : Pierre Faure
    
Il y en a qui doivent
Parler, parler encore à l’ombre dans les coins

Des plaies qui cicatrisent avec beaucoup de mal
Dans la nuit la plus claire

Et des étangs qui bâillent
On dirait contre un mur
Qui les tiendrait couchés.

Il y en a qui doivent
Longer ce mur, le même,
Et tâcher de l’ouvrir

Avec des mots, des noms qu’il s’agit de trouver
Pour tout ce qui n’a pas de forme et pas de nom.

(Eugène Guillevic)

 

Recueil: Terraqué suivi de Exécutoire
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’homme-chêne (Claudine Helft)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2018




    
L’homme-chêne

Le temps pourtant était innocent
des blessures infligées au corps
battu de tempêtes et battant;
il connaît l’issue du combat

et l’embellie qui succède au gris.
Lui connaît la pluie, le noir,
l’éclair qu’appelle déjà la nuit.
Tapis dans la symbolique de sa mort
l’homme encore tentait sa vie

pour la clarté du jour et le brin
de lumière qu’allumait l’arbre rouge.
L’homme-chêne attaché au piquet
et que déracinerait le ciel.
Il lui resterait une phrase,
un mot à trouver

avant de se taire, il le dirait.

(Claudine Helft)

 

Recueil: Une indécente éternité
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nos vies (Claudine Helft)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2018




Illustration: Edouard Drouot
    
Nos vies

Quel repos à l’aventure de vie
si l’étincelle ne ceint plus la terre,
si la pierre ne recèle de
secret
sur les mots d’hier, paisiblement saignés
dans le soir, et l’adieu sur le trottoir?
Silhouette allongeant l’arbre de la main,
ainsi pour élever l’au-revoir
en arme de lumière ; y chante l’antienne,
interrogation sur le point du matin
ou vole des cendres encore chaudes ?

Que vaut la pensée lorsque se joue
la fugue ; la philosophie du soleil
n’éteint pas le feu. Il faut abandonner
le rêve qui ne serait plus qu’un rêve,
car l’étoile seule a droit sur toi.
Homme, ton repos est une fausse note
ton brouillard se lèvera sur l’azur.
Quel usage ferons-nous de nos vies ?
Dériverons-nous sur le chaleil et l’eau ?
car au premier signe il faut guetter
la démesure d’un Absolu possible :

le bonheur parfois s’écrit sur un radeau

(Claudine Helft)

 

Recueil: Une indécente éternité
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Peau d’âne (Claudine Helft)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2018



Illustration: Danny Quirk 
    
Peau d’âne

Peau d’âne, peau d’homme,
et l’indécente éternité qui se moque
de la lumière décrite
au bout du chemin, n’est-elle que chimère
ou ce sablier trompeur où s’égrène le temps ?

Voici que déjà les saisons nous meurtrissent
à vitesse moderée et que l’hiver revient ;
et voici les rides, sillons de nos printemps.
N’ est-il pas de secret bourgeon sur l’ arbre
vieilli ?

La chute des mots, crépuscule des dieux
le silence, à peine l’obscurité,
la mort est cette pluie qui tombe
simplement

et ne guérit plus.

(Claudine Helft)

 

Recueil: Une indécente éternité
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En somme, qu’est-ce que la vérité ? (Alain Cohen)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2018



    

– En somme, qu’est-ce que la vérité ? …
– C’est ce qui est entre les mots …
Et ce qu’on éprouve dans la joie.

(Alain Cohen)

 

Recueil: Solal
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Oubli des mots (Joseph Julien Guglielmi)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2018



    

Oubli
des
mots

ce qui
subsiste
se

désigne
par
fragments

(Joseph Julien Guglielmi)

 

Recueil: Carnets de nul retour
Traduction:
Editions: Dumerchez

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Si (Joseph Julien Guglielmi)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2018




    
si vos
lèvres

s’ouvraient
si
des
mots

en
sortaient
si

le
bruit
de la voix

mettait
du
sexe

dans
les
yeux

(Joseph Julien Guglielmi)

 

Recueil: Carnets de nul retour
Traduction:
Editions: Dumerchez

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :