Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘mot’

Les chants et les mots (Orpingalik)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2017


chant

Les chants sont les pensées
On les chante
Sur le souffle,
Quand on s’est laissé prendre
Par une grande émotion
Et que la parole ordinaire
Ne suffit plus.

On est pris
Comme un glaçon
A la dérive
Du courant.

Les pensées sont entraînées
Par un flot irrésistible,
Quand on sent la joie,
Quand on sent la peur,
Quand on sent la tristesse.

Les idées peuvent surgir en vous,
Vous prendre à la gorge
Vous faire battre le cœur plus fort.
Quelque chose comme le temps qui s’adoucit
Vous apporte votre propre dégel.
Et quand cela arrive,
Nous qui nous trouvons tout petits,
Nous nous sentons encore diminués.
Mais il peut aussi arriver
Que les mots dont on a besoin
Viennent tout seuls.

Quand les mots dont nous avons besoin
Eclosent d’eux-mêmes
On a un nouveau chant.

(Orpingalik)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toutes les choses au hasard (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2017



Valentine Hugo nostalgie

 

Toutes les choses au hasard
Tous les mots dits sans y penser
Et qui sont pris comme ils sont dits
Et nul n’y perd et nul n’y gagne

Les sentiments à la dérive
Et l’effort le plus quotidien
Le vague souvenir des songes
L’avenir en butte à demain

Les mots coincés dans un enfer
De roues usées de lignes mortes
Les choses grises et semblables
Les hommes tournant dans le vent

Muscles voyants squelette intime
Et la vapeur des sentiments
Le coeur réglé comme un cercueil
Les espoirs réduits à néant

Tu es venue l’après-midi crevait la terre
Et la terre et les hommes ont changé de sens
Et je me suis trouvé réglé comme un aimant
Réglé comme une vigne

A l’infini notre chemin le but des autres
Des abeilles volaient futures de leur miel
Et j’ai multiplié mes désirs de lumière
Pour en comprendre la raison

Tu es venue j’étais très triste j’ai dit oui
C’est à partir de toi que j’ai dit oui au monde
Petite fille je t’aimais comme un garçon
Ne peut aimer que son enfance

Avec la force d’un passé très loin très pur
Avec le feu d’une chanson sans fausse note
La pierre intacte et le courant furtif du sang
Dans la gorge et les lèvres

Tu es venue le voeu de vivre avait un corps
Il creusait la nuit lourde il caressait les ombres
Pour dissoudre leur boue et fondre leurs glaçons
Comme un oeil qui voit clair

L’herbe fine figeait le vol des hirondelles
Et l’automne pesait dans le sac des ténèbres
Tu es venue les rives libéraient le fleuve
Pour le mener jusqu’à la mer

Tu es venue plus haute au fond de ma douleur
Que l’arbre séparé de la forêt sans air
Et le cri du chagrin du doute s’est brisé
Devant le jour de notre amour

Gloire l’ombre et la honte ont cédé au soleil
Le poids s’est allégé le fardeau s’est fait rire
Gloire le souterrain est devenu sommet
La misère s’est effacée

La place d’habitude où je m’abêtissais
Le couloir sans réveil l’impasse et la fatigue
Se sont mis à briller d’un feu battant des mains
L’éternité s’est dépliée

O toi mon agitée et ma calme pensée
Mon silence sonore et mon écho secret
Mon aveugle voyante et ma vue dépassée
Je n’ai plus eu que ta présence

Tu m’as couvert de ta confiance.

(Paul Eluard)

Illustration: Valentine Hugo

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 9 Comments »

Quels sont ces mots (Adrienne Rich)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2017



Je sais que vous lisez en ce moment ce poème non écrit dans votre langage
essayant de deviner certains mots tandis que d’autres vous portent dans sa lecture
et je veux savoir quels sont ces mots.

(Adrienne Rich)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La rose penche la tête (Zbigniew Herbert)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2017



la rose penche la tête
comme si elle avait des bras

elle résiste au vent
et le vent s’en va seul

sans dire un mot
sans dire un mot

plus la rose meurt
plus il est difficile d’en parler

(Zbigniew Herbert)

Illustration: Vladimir Kush

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il disait (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2017



Je m’égare et vis à tue-tête.
J’oublie la clef de mon destin.
Il disait: j’annonce la fête
Des bras nus, des fruits et du vin
Et le grand règne des tempêtes.

J’ai le Mot, l’Astre, la promesse.
A la cassure bleue du temps
Ma bouche jamais ne se blesse.
J’approfondis au creux du vent
L’éternité d’une caresse.

(Jean Joubert)


Illustration:
Suzana Skalnikova

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Je suis la neige qui brûle (Lucie Albertini)

Posted by arbrealettres sur 17 juin 2017



Je suis la neige qui brûle,

La châtaigne qui envie,
La braise et la cendre.

Transporte-moi où tu voudras,
Je reviendrai au coeur de toi.

Efface le mot, efface le mot
Mon hirondelle.

Je ne suis pas un oiseau.

Efface le mot, lâche ta plume.

Mais qu’attends-tu de moi ?

Arrive plus haut que l’étoile pâle,
Et ne questionne pas.

(Lucie Albertini)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Océan parle (Georges Jean)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2017



L’Océan parle

Ses poings ramassent les mots

Les chevelures ruissellent
Entre les doigts de rocher
Facettes bavardes du soleil

Discours noué du désir.

(Georges Jean)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Mot (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 14 juin 2017



Le Mot

Que criait l’invisible bouche? Quelle gorge gonflée de pluie
soufflait dans l’ordre sec l’appel?

L’homme de nuit l’oiseau dans le creuset fondus,
unique alors et sur l’arbre dressé,
que cherchait-il, le coeur tendu, de ses ailes de rose?

(Silence clos, piège d’un astre à l’heure de l’envol.)

Toujours la quête, l’embuscade, et, sous le cri lunaire,
le fil ardent, le trébuchet des morts.

Que d’un remords comblé, que d’un essor le vent nous
arrache et nous porte
au feu de l’arbre, à son mépris, à l’extrême loi de la
sève:

lieu sans ombre, langue légère, libre de l’ossement,

(Jean Joubert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des mots (Alain Boudet)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2017



Des mots
tu connais l’étincelle

Tu saisis les cris d’oiseaux funambules
dans les rebonds du vent

A l’orée du chant
tu ramasses des copeaux de silence
pour le brasier des voix

Tu écartes du paysage
un reflet qui doute

Et aucun jour ne passe
sans que tu aies trouvé
de chaque ombre
la lumière.

(Alain Boudet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Visiteuse (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2017



La Visiteuse

Celle qui vint par le défaut du jour,
la faille noire,
la porte incontestée,

baisse les yeux,
pose avec soin le Livre
puis s’inclinant s’efface dans la nuit.

Tu vois alors comme le Livre s’ouvre
où brûle un mot
flagrant et inconnu.

Il t’éblouit, éclaire ton visage,
indéchiffré, brusque présent de feu,
vite réduit à sa trace de cendre.

Si tu le prends, le Livre se fait pierre,
la Bête sort du règne souterrain,
darde vers toi sa lance de vipère.

Celle qui vint s’éloigne, se dissout,
ne laisse qu’un parfum d’encens,
l’ombre d’une aile, l’ombre de son sourire.

(Jean Joubert)


Illustration: Carolus Duran

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :