Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘mouette’

Ils vont au désert (Lionel Ray)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2019




    

Ils vont au désert, hommes et dieux,
peuple d’avant, peuple de nuit,
le langage en eux mûrit comme
une rivière, leurs yeux sont inconnaissables.

D’autres auront vécu séparés,
confiants dans le sommeil, ils s’étonnent
d’une ombre de mouette au grand large
de mer, et du pouvoir du sang.

Chacun tourne la roue du monde,
évoquant des issues nouvelles,
l’impossible si proche, multiplié,

Tandis que de minuscules abeilles noires,
mi-vivantes, mi-mortes, tombent du livre
dans l’oblique lumière.

(Lionel Ray)

 

Recueil: Syllabes de sable Poèmes
Traduction:
Editions: Gallimard
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ANTIENNE POUR RAPPELER LES CREATURES PERDUES (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2018




ANTIENNE POUR RAPPELER LES CREATURES PERDUES

Revenez, revenez,
Oiseaux sauvages, revenez!
Alouette vers l’herbe,
Roitelet vers la haie,
Corneilles au faîte des arbres,
Hirondelles sur le toit,
Aigle vers son nid,
Corbeau vers sa pierre,
Oiseaux, tous, revenez !

Revenez, revenez,
Les égarés, revenez,
Lapin au terrier,
Renard à la tanière,
Souris sous les lambris,
Rat au grenier,
Bétail à l’étable,
Chien au foyer,
Animaux, tous, revenez !

Revenez, revenez,
Les errants, revenez,
Cormoran au rocher,
Mouettes loin de l’orage,
Bateau vers le port,
Sains et saufs revenez!

Enfants, revenez
Le soir, revenez,
Garçons et filles,
Des routes revenez,
Loin de la pluie,
Fils, revenez,
De l’obscurité qui grandit,
Adolescents, revenez !

Revenez, revenez,
Toutes les âmes, revenez,
Morts au cimetière,
Vivants vers les lampes,
Vieillards près du feu,
Filles loin du crépuscule,
Nouveaux-nés vers le sein
Et le coeur vers son havre,
Tous les perdus, revenez !

***

SPELL TO BRING LOST CREATURES HOME

Home, home,
Wild birds home!
Lark to the grass,
Wren to the hedge,
Rooks to the tree-tops,
Swallow to the eaves,
Eagle to its crag
And raven to its stone,
All birds home!

Home, home,
Strayed ones home,
Rabbit to burrow
Fox to earth,
Mouse to the wainscot,
Rat to the barn,
Cattle to the byre,
Dog to the hearth,
All beasts home!

Home, home,
Wanderers home,
Cormorant to rock
Gulls from the storm,
Boat to the harbour
Safe sail home!

Children home,
At evening home,
Boys and girls
From the roads come home,
Out of the rain
Sons come home,
From the gathering dusk,
Young ones home!

Home, home,
All souls home,
Dead to the graveyard,
Living to the lamplight,
Old to the fireside,
Girls from the twilight,
Babe to the breast
And heart to its haven
Lost ones home!

(Kathleen Raine)

Illustration: Adèle Steyn

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La mouette (Arthur Haulot)

Posted by arbrealettres sur 6 novembre 2018



La mouette

La mouette, la mouette
n’est pas une pomme blette
ce n’est pas un canard blanc
qui aurait pris trop d’élan
C’est une fille volage
qui a le vent dans son corsage.

(Arthur Haulot)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Il n’y a rien (Georges Perros)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2018



    

Il n’y a rien sinon le vent
pour traverser votre âme

ô
les mouettes
vous qui tissez de vif-argent
le
grand ciel
enfant de bohème

gloire à vous
Fille de l’air et de la mer
vos
ailes
battent encore

comme dans le coeur
de
Tristan
pour
toutes les Yseult
du monde

(Georges Perros)

 

Recueil: J’habite près de mon SILENCE et 27 autres poèmes
Traduction:
Editions: Finitude

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHERCHER (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2018




CHERCHER

Du dithyrambe à la racine de la mer
s’étend un vide nouveau style :
En voilà assez, dit la vague,
arrêtez votre bavardage
et que cesse aussi de pousser
la barbe du ciment
dans la ville :
nous sommes seuls,
nous voulons crier enfin,
nous soulager devant la mer,
voir sept oiseaux de la même couleur,
trois mille mouettes aux plumes vertes,
nous voulons chercher l’amour sur le sable,
crotter nos chaussures, salir
livres, chapeau, pensée,
pour à la fin te découvrir, néant,
pour t’offrir nos baisers, néant,
pour te chanter, néant,
néant sans rien, sans faire
quoi que ce soit, sans achever
ce qui est authentique et vrai.

(Pablo Neruda)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

L’eau est si froide (Bashô)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2018



L’eau est si froide
Qu’elle ne peut s’y endormir
La mouette.

(Bashô)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Rien qu’une mouette (Adrien Pelletier)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2018



 

mouette rieuse

A l’horizon
Rien qu’une mouette seule
Pour accrocher mon œil

(Adrien Pelletier)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Cap au printemps (Miyoshi Tatsuji)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2018



Cap au printemps les mouettes de la fin du voyage
Las! se sont éloignées en flottant dans le vent

(Miyoshi Tatsuji)


Illustration

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Tant (Claude Roy)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2018



flore_caressee_par_zephyr

Tant je l’ai regardée caressée merveillée

et tant j’ai dit son nom à voix haute et silence

le chuchotant au vent le confiant au sommeil

tant ma pensée sur elle s ‘est posée reposée

mouette sur la voile au grand large de la mer

que même si la route où nous marchons l’amble

ne fut et ne sera qu’un battement de cil du temps

qui oubliera bientôt qu’il nous as vus ensemble

je lui dis chaque jour merci d’être là

et même séparée son ombre sur un mur

s’étonne de sentir mon ombre qui l’effleure

(Claude Roy)

Illustration: François Gérard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ABRI (René Guyomard)

Posted by arbrealettres sur 18 août 2018



L’ABRI

Les mouettes sont ivres
De mer folle d’hiver neigeux

Et de cet alcool où les fenêtres s’allument

Aux vitres du bout du temps
Frappe une écume apeurée

C’est l’heure
Où la Dame de Trèfle écarte les abîmes
Où le noyé de solitude
Dénoue ses algues profondes
Remonte à travers sa nuit
Vers de tremblantes transparences
Qui lui sont comme un sourire.

(René Guyomard)

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :