Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘moustache’

La route communale (Robert Momeux)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2021



La route communale

Le vieux cantonnier sur le bord de la route
Dont la moustache est grise
Et qui sait tant de choses
Il coupe son lard sur son pouce
Et mâche lentement son pain
En regardant rêveusement devant lui
Là-bas très loin la forêt
semble une bête qui dort
Et il vient dans le brouillard de l’été
Des visions qui ne sont pas
Tout à fait irréelles
Le vieux cantonnier referme son couteau
Dont la lame luit un moment
Et cela fait un bref éclair
Oui dure plus longtemps que son geste
Des oiseaux noirs s’envolent pesamment

(Robert Momeux)

Illustration: Paul Gavarni

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pendant un instant (Jack Kerouac)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2021




    
Pendant un instant
la lune a eu
des moustaches de chat

***

The moon had
a cat’s mustache
For a second

(Jack Kerouac)

 

Recueil: Poèmes
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Emmène-moi voir Guignol (René de Obaldia)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2020



Illustration
    
Emmène-moi voir Guignol

Maman
J’ai fini mes croquignoles’
Et j’ai des sous dans ma tirelire
Emmène-moi voir Guignol !
Emmène-moi voir Guignol
Que je te regarde rire.
L’oeil à vif et toutes tes dents
Folichonnes sur deux rangs.
Quand tu vois Guignol
Qui donne des coups de bâton dans les cieux
Tu rigoles
Comme une casserole
Qui danse sur le feu !
Et des fois tu pleures tellement tu ris
Tu pousses des cris de colibri
Tu ris, tu pleures quand Ratapoil
Met la moustache du gendarme !
Et quelques-unes de tes larmes
Luisantes comme la rosée du matin
Ça fait des petites étoiles
Qui tombent sur ma main…

(René de Obaldia)

 

Recueil: Innocentines
Traduction:
Editions: Gracet & Fasquelle

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

RELATIVITÉ (Bernard Lorraine)

Posted by arbrealettres sur 16 décembre 2019



Illustration
    
RELATIVITÉ

« Aussi stupide qu’une vache
Qui regarde passer les trains »
Comme disent les voyageurs
Des chemins de fer à vapeur
En rigolant dans leurs moustaches.

« Aussi bête qu’un voyageur
Qui regarde brouter les vaches »
Comme pensent les bovidés
Sur leurs coteaux à romarins
En ruminant plus d’une idée.

(Bernard Lorraine)

 

Recueil: Le rire en poésie
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Amour enrobé saveurs cacao et café (Bernard Friot)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2019




    
Amour enrobé
saveurs cacao et café

Je lèche au coin de tes lèvres
tes moustaches chocolatées

Et si l’on trempait l’amour
dans le chocolat fondu

Ne pas abuser
de cet amour-là

attention les gourmands
il est un peu écoeurant

penser à avaler
pour mieux digérer
un verre d’eau glacée

(Bernard Friot)

 

Recueil: Je t’aime, je t’aime, je t’aime… Poèmes pressés
Traduction:
Editions: Folio Junior

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Colporteur (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2019



Le Colporteur

Le Colporteur
Qui vend des épinglettes
Des savonnettes
Et du papier à beurre,

Et des images
Où l’on voit des gendarmes
À grand bicorne
À la moustache en fleur

Et Cendrillon
Et la ronde des fées,
La pie noire et blanche
Et le grillon
Qui vit toujours caché,

Reviendra-t-il
Au début du printemps ?
Et l’hirondelle
Reviendra-t-elle ?

Reviendra-t-il
Car je l’attends
De tout mon coeur
Le Colporteur.

(Maurice Fombeure)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Poème du chat (Jacques Roubaud)

Posted by arbrealettres sur 21 février 2019


Poème du chat

Quand on est chat on n’est pas vache
on ne regarde pas passer les trains
en mâchant les pâquerettes avec entrain
on reste derrière ses moustaches
(quand on est chat, on est chat)

Quand on est chat on n’est pas chien
On ne lèche pas les vilains moches
parce qu’ils ont du sucre plein les poches
on ne brûle pas d’amour pour son prochain
(quand on est chat, on n’est pas chien)

On passe l’hiver sur le radiateur
à se chauffer doucement la fourrure

Au printemps on monte sur les toits
pour faire taire les sales oiseaux

On est celui qui s’en va tout seul
et pour qui tous les chemins se valent
(quand on est chat, on est chat)

(Jacques Roubaud)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 11 Comments »

Dans le Temps (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 9 décembre 2018



 

Au temps des innombrables suites
du roi Soleil
il avait gelé
une nuit sur la terre
l’homme après boire
avait essuyé sa moustache blonde
et la femme un peu regardé
les cristaux du givre
les siècles futurs attendaient
longue armée
au sommet des monts.

(Jean Follain)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

RUE VERTE (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 9 septembre 2018




RUE VERTE

Rue verte beaucoup qui te longeaient
se payaient de mots et d’espoirs :
jeunes ménages entrant dans la vie
la dame en chapeau à plumes
et l’homme en chapeau de soie
et moustaches de campagne
rentraient dans tes boyaux, rue verte
aux pissenlits touffus
aux chats massifs ;
d’immenses tartines d’enfants
sur qui le beurre fraîchissait
sur qui la confiture glaçait
étaient parfois pendant le jeu
posées sur une borne grise
jusqu’à l’oubli.

(Jean Follain)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

JEUX D’EAUX (Claude Michel Cluny)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2018



 

Don Hong-Oai dark-

JEUX D’EAUX

Eaux du matin
Eau primordiale
Seule la lumière t’échappe
qui t’a faite mère.

*

Eau matutinale
baignée, nue
du jour qui ruisselle.

*

Rosée, perle d’un chagrin.
Larme sans sel
pour le coeur fragile des fleurs.

*

Eau de lumière
astre de feu liquide,
tu éveilles
la soif du faire
et du possible

Eaux antiques
Eaux sibyllines
eaux pures
eaux douces
comme du premier âge du monde.

*

Eau qui parle
oraculaire
Et qui s’est tue.

Robe qu’habille
la statue nue
qu’on retire de la mer.

Eaux simples
Lac
plat,
muet.

*
Étang,
miroir
éteint.
*

Pluie
eau-de-vie triste.
Tu titubes
éclaboussant les murs.

*

Flaques
(qui claquent
sous le pas),
reflets
mous
du temps.

*

Givre, l’eau qui écrit
— en guise de pinceau
les moustaches du froid.

*

Source
qui lèche la terre
comme un chien
lèche sa blessure
et crèverait
de savoir
se guérir.

(Claude Michel Cluny)

Illustration: Don Hong-Oai

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :