Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘mur’

Rester ? tu es folle, pensée ! (Francis Vielé-Griffin)

Posted by arbrealettres sur 19 septembre 2019



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Rester ? tu es folle, pensée !
On serait seul — rien ne dure —
Rester comme une ombre aux croisées,
Comme un portrait qui sourit au mur ?

C’est déjà trop qu’on s’attarde ;
Notre heure est loin sur la route
— Qu’est-ce donc que tu regardes
Là-bas ? Qu’est-ce que tu écoutes ?

Rester ! il ne reste rien
Des rires, des rêves, de l’été…
Ils s’en furent par d’autres chemins.
Je suis las d’avoir été.

(Francis Vielé-Griffin)

Illustration: Jacek Yerka

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Poème Complet (Paul Valéry)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2019




Illustration: ArbreaPhotos
    
Poème Complet.
Le ciel est nu. La fumée flotte. Le mur brille.
Oh ! que je voudrais penser clairement !

(Paul Valéry)

 

Recueil: Poésie perdue
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’AI BEAU FAIRE… (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 29 août 2019



 

J’ai beau faire tu es en moi
Battante
Comme un autre coeur que j’aurais.
J’ai beau faire tu viens tu vas
Dans les couloirs feutrés où mon sang parle bas.
J’ai beau faire je te sais là
Toujours
Caillot qui rôde
A la recherche du jour
Et mes mains malgré moi me prennent à la gorge
Pour te saisir et pour te tordre
Pour t’arracher de moi comme un clou, comme un cri
Pavot éclaboussant les murs blancs de ma vie.

(Jean Rousselot)

Illustration: Malinowsky

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Pierres (Georges Drano)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2019


mur-de-vigne-vierge09

Pierres de parement
au devant du mur
Parures du chemin et de la vigne
qui veillent dans l’humus
Hermétique adresse d’un lieu
qui attend.

(Georges Drano)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Intérieurement (Georges Drano)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2019


Factory 7

Intérieurement
nous parlions du mur en termes confus,
à peine vêtu de pierres
nous l’imaginions venu à nous
pour retenir la terre,
avec sa propre clarté.

Il appelait en nous un chant obscur
pour gagner le jour.

Nous le pensions au-dessus,
hors d’atteinte,
accordé au temps.

(Georges Drano)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le mur (Georges Drano)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2019


droit-mur-447324

Le mur ne retient
ni la lumière
ni la nuit
Il es le corps de l’ombre

Il sépare ce que nous savons
de ce que nous sommes.

(Georges Drano)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aujourd’hui (Alain Veinstein)

Posted by arbrealettres sur 23 août 2019




    
Aujourd’hui

Tout cela est très ancien,
de la vieille histoire,
des fils noués pour tuer le temps
à force d’attendre
devant le rideau baissé,
les yeux rivés sur le rouge
sans voir que je me heurte à un mur,
que toutes les issues sont fermées,
qu’il n’y a pas de scène possible.

Je suis l’amant aux bras
maintenus derrière le dos,
poings liés,
pour l’empêcher de serrer son amour
contre sa poitrine.

(Alain Veinstein)

 

Recueil: Voix seule
Traduction:
Editions: Seuil

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dentelle de fièvre (César Vallejo)

Posted by arbrealettres sur 18 août 2019




    
Dentelle de fièvre

Sur les tableaux de saints pendus aux murs
mes pupilles traînent un hélas! de crépuscule;
et dans un frisson de fièvre, bras croisés,
mon être reçoit la vague visite du Nonêtre.

Une mouche pleureuse sur les meubles fourbus
veut répandre je ne sais quelle légende fatale :
une illusion d’Orients qui s’enfuient harcelés;
un nid azur d’alouettes qui meurent en naissant.

Dans un vieux fauteuil est assis mon père.
Comme une Mater Dolorosa, entre et sort ma mère.
Et en les voyant je sens un je ne sais quoi qui ne veut pas partir.

Car avant l’oublie qui est hostie faite de Science,
est l’hostie, oublie faite de Providence.
Et la visite naît, m’aide à vivre bien…

(César Vallejo)

 

Recueil: Poésie complète 1919-1937
Traduction: Nicole Réda-Euvremer
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MAÇONNERIE (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2019



 

MAÇONNERIE

Tu m’as pris
pour un homme qui voulait mourir.
Pierre indifférente, réfractaire à l’enclume la plus verte,
la terre était page, l’attente la plus
sereine avant le mot, et c’était toi,
faille où l’oeil commençait
à voir, c’était toi qui mourais,
à me garder vivant. Au-delà du mur
tu taillais la pierre,
et quand les pierres furent assez petites
pour défier la terre, tu les enfouis, voix dans l’urne,
et les brisas pour les faire
se ranimer sous tes pieds, comme si elles
chantaient, pour qu’elles me guérissent,
bestiaire exsangue
du souffle, et me coupent
de leurs arêtes vives.
Tu me fis saigner.

(Paul Auster)

Illustration: Alberto Pancorbo

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aucun visage (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2019


Aucun visage.

Pas même un mur.

(Guillevic)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :