Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘musée’

Retouche à l’humeur (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 21 novembre 2017



Illustration: Paul Cézanne
    
retouche à l’humeur

Pourquoi ce malaise
devant la nappe sans tache
où le pot de cuivre et l’oeuf
équilibrent leurs deux crépuscules ?
Aucune histoire ne nous est contée
et nous voulions ces nourritures.
Mais l’oeuf et le pot sont dans un cadre
le cadre au Musée
et le Musée ferme le soir
en souvenir des peines du peintre.

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: Retouches
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chaises vides (Georges Séféris)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2017



Chaises vides
Les statues sont rentrées
Dans l’autre musée

(Georges Séféris)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Retouche à la conservatrice (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2017



retouche à la conservatrice

semblable aux saintes de la fresque
dans le cloître du musée lapidaire
c’était bien ordinaire
de vous aimer ou presque

(Daniel Boulanger)

Illustration: Sandro Botticelli

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

RECHERCHE D’UNE DÉFINlTION (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2017



 

Bradley Walker Tomlin number-14-1949

RECHERCHE D’UNE DÉFINlTION
(en regardant un tableau de Bradley Walker Tomlin)

Toujours la plus petite action

possible
en ce temps d’actions

plus vastes que la vie, un geste
vers l’objet qui passe

presque inaperçu. Un petit vent

agitant un feu de joie, par exemple,
que j’ai découvert l’autre jour
par hasard

sur le mur d’un musée. Presque rien
ne s’y trouve : quelques touches
de blanc

jetées négligemment sur le noir pur
du fond, rien de plus

qu’un petit geste
essayant de n’être rien

de plus que lui-même. Et pourtant
il n’est pas ici
et à mes yeux la question
ne sera jamais
d’essayer de simplifier
le monde, mais une manière de chercher un lieu
par où pénétrer le monde, une manière d’être
présent
au milieu des choses
qui nous ignorent — mais dont nous avons besoin
tout autant que nous avons besoin
de nous-mêmes. Un instant à peine auparavant
la belle

femme
qui était auprès de moi
avait dit combien elle désirait
un enfant
et qu’il était grand temps de
la féconder. Nous sommes convenus
d’écrire chacun un poème
qui utilise les mots «un petit
vent
agitant un feu de joie». Depuis ce temps-là
rien

n’a plus de sens que la petite
action
présente dans ces mots, l’action
d’essayer de prononcer

des mots

qui ne veulent presque rien dire. Jusqu’au bout
je veux être égal

à tout ce que
mon oeil m’apportera, comme si
je pouvais finalement me voir moi-même

disparaître
dans les choses presque
invisibles

qui nous entraînent nous-mêmes et tous
les enfants à naître

dans le monde.

(Paul Auster)

Illustration: Bradley Walker Tomlin… peut-être ce tableau dont parle Paul ?

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un autre temps (Hédi Kaddour)

Posted by arbrealettres sur 9 décembre 2016



un autre temps

longtemps encore
dans la pénombre du musée
la bataille se répètera
à la profusion de lances
et de chevaux de bois
tandis que dans les battements de gorge
de jeunes visiteuses
aux gestes neufs
s’affirme un autre temps

(Hédi Kaddour)

Illustration: nuit-des-musees-samedi-15-mai-2010-cite-de-larchitecture-et-du-patrimoine

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

À la fermeture du musée (Lydie Dattas)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2016



 

À la fermeture du musée,
après avoir repris son manteau au vestiaire,
sur le pavé mouillé du trottoir,
le dernier visiteur découvre la couleur azelane de la nuit.

C’est alors que les portraits négatifs du dieu l’éblouissent
par leur ressemblance crachée avec son gouffre intérieur.

(Lydie Dattas)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les musées (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2016




les musées ne sont pas un objet de la connaissance,
mais un motif d’exaltation.

(Paul-Jean Toulet)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

REFAIRE LA NUIT (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 21 août 2016



 

REFAIRE LA NUIT

Il n’y avait que le silence
Derrière chaque mot volé
La route expirait sous le lierre
Entre les musées écroulés

Et pourtant le dernier poète
Tendait l’oreille vers la mer
Et cherchait encore à saisir
L’insaisissable oiseau de la parole.

(Jean Rousselot)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mes os (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2016



Mes os

Ils ont de beaux restes, mes os

déjà sciés c’est vrai
déjà
ravaudés
ils restent courageusement
Ils tiennent
la chair, la peau, par-dessus eux.

Leur troupe, je l’emmène
et m’emmène avec elle
(vieille impression : ne pas en être tout à fait)
devant des vitrines de musées, section préhistoire
où, parmi des cailloux prétendument taillés, des flèches,
se montrent des fémurs à fractures visibles
mais recollées.

Comme quoi, dans dix mille et des ans,
mes chers os maintenant sur le macadam, vous pourrez figurer
dans des expositions montées après un labeur fou
près de canettes à bière et de mitraillettes,

tout ce fourbi qui
dans ma vie
m’aura fourbue.

(Marie-Claire Bancquart)

Découvert ici: http://gouttedeau.blog.lemonde.fr/

Illustration: Peter Callesen

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

REGARDS (Maurice Maeterlinck)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2016



REGARDS

Ô ces regards pauvres et las !
Et les vôtres et les miens !
Et ceux qui ne sont plus et ceux qui vont venir !
Et ceux qui n’arriveront jamais et qui existent cependant!
Il y en a qui semblent visiter des pauvres un dimanche ;
II y en a comme des malades sans maison ;
II y en a comme des agneaux dans une prairie couverte de linges.
Et ces regards insolites !
Il y en a sous la voûte desquels on assiste à l’exécution d’une vierge dans une salle close,
Et ceux qui font songer à des tristesses ignorées !
A des paysans aux fenêtres de l’usine,
À un jardinier devenu tisserand,
À une après-midi d’été dans un musée de cires,
Aux idées d’une reine qui regarde un malade dans le jardin,
À une odeur de camphre dans la forêt,
À enfermer une princesse dans une tour, un jour de fête,
À naviguer toute une semaine sur un canal tiède.
Ayez pitié de ceux qui sortent à petit pas comme des convalescents dans la moisson !
Ayez pitié de ceux qui ont l’air d’enfants égarés à l’heure du repas !
Ayez pitié des regards du blessé vers le chirurgien,
Pareils à des tentes sous l’orage !
Ayez pitié des regards de la vierge tentée !
(Oh ! des fleuves de lait ont fui dans les ténèbres !
Et les cygnes sont morts au milieu des serpents!)
Et de ceux de la vierge qui succombe !

Princesses abandonnées en des marécages sans issues;
Et ces yeux où s’éloignent à pleines voiles des navires illuminés dans la tempête !
Et le pitoyable de tous ces regards qui souffrent de n’être pas ailleurs !
Et tant de souffrances presque indistinctes et si diverses cependant !
Et ceux que nul ne comprendra jamais !
Et ces pauvres regards presque muets !
Et ces pauvres regards qui chuchotent !
Et ces pauvres regards étouffés !

Au milieu des uns on croit être dans un château qui sert d’hôpital !
Et tant d’autres ont l’air de tentes, lys des guerres, sur la petite pelouse du couvent !
Et tant d’autres ont l’air de blessés soignés dans une serre chaude !
Et tant d’autres ont l’air de sœurs de charité sur un Atlantique sans malades !

Oh ! avoir vu tous ces regards !
Avoir admis tous ces regards !
Et avoir épuisé les miens à leur rencontre !
Et désormais ne pouvoir plus fermer les yeux !

(Maurice Maeterlinck)

Illustration: Catherine Thiam-Vernanchet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :