Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Nakahara Chûya)’

Pour toi (Nakahara Chūya)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2022



Jeanie Tomanek   workingwithoutanetwithhat [1280x768]

Pour toi il est mieux de prendre le chemin du retour
Et d’écouter tranquillement les murmures de ton coeur.

(Nakahara Chūya)

Illustration: Jeanie Tomanek

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Léthargie (Nakahara Chūya)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2022



 Alexander Bartashevich f3c0d0 [1280x768]

Léthargie

Ce qui est anéanti
Serait-ce mon coeur ?
Ce qui est anéanti
Serait-ce mes rêves ?

(Nakahara Chūya)

Illustration: Alexander Bartashevich

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Le vent se lève (Nakahara Chūya)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2022



 

Mario Sanchez Nevado 0,075,f

Le vent se lève, les vagues grondent
et devant l’infini j’agite les bras

(Nakahara Chūya)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Mario Sanchez Nevado

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Mais ce que je cherche (Nakahara Chūya)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2022



 

Mario Sanchez Nevado _roads

Mais ce que je cherche
je ne sais ce que c’est,
et ne l’ai jamais su.

(Nakahara Chūya)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Mario Sanchez Nevado

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , | 2 Comments »

Au moins ai-je vu là-bas (Nakahara Chūya)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2022



 

Michael Whelan 56 [1280x768]

Au moins ai-je vu là-bas caché dans le soleil du soir
quelque chose de faible et d’intense comme le sifflet d’un train
pourtant je ne courrai pas
car c’est ici qu’il faut attendre

(Nakahara Chūya)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Michael Whelan

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Je me trouvais aux confins de ce monde (Nakahara Chūya)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2022


 


Elena Kalis  underwater_elena_kalis62

Je me trouvais aux confins de ce monde.
[…]
Quelque chose d’à peine concevable m’enflammait,
j’avais beau n’avoir aucun but,
l’espoir dans ma poitrine battait la chamade.

(Nakahara Chūya)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Elena Kalis

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Pour peu que vers le soir (Nakahara Chūya)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2022



 

Pour peu que vers le soir, minuscule sous le vaste ciel,
je puisse sentir le monde,
je n’aurais alors aucun sujet de me plaindre.

(Nakahara Chūya)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Caspar David Friedrich

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Moi, dans la nuit (Nakahara Chūya)

Posted by arbrealettres sur 18 juillet 2022



 

train stop

Moi, dans la nuit, dans la salle d’attente de cette gare au linoléum ensommeillé
j’exigeai à éteindre, une chaudière en ébullition.

(Nakahara Chūya)

Découvert chez Lara ici

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 2 Comments »

Léthargie (Nakahara Chûya)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2021



Léthargie

Ce qui est anéanti
Serait-ce mon coeur ?
Ce qui est anéanti
Seraient-ce mes rêves ?

De mémoire
Déjà plus
Marchant par les rues
Semblant de vertige

Oui, je n’ai plus aucune exigence
L’impression que vivre encore c’est mal…
Pourtant j’ai bien envie de vivre
Pourtant je n’ai plutôt aucune envie de mourir

Ah ah, quoi qu’il en soit
Vous autres vous disiez quelque chose
Je m’en souviens vaguement
Vous autres vous disiez donc quelque chose

(Nakahara Chûya)


Illustration: Gilbert Garcin

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chant du matin (Nakahara Chûya)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2018



Illustration: Herbert Bayer
    
Chant du matin

Au plafond surgit une couleur rouge
Par la fente de la porte filtre la lumière,
Souvenirs rustiques de fanfare militaire
De mes deux mains que faire ? Oh non rien à faire.

Des oiseaux on n’entend aucun chant
Le ciel aujourd’hui doit être d’un bleu pâle,
Contre un cœur humain qui s’écoeure
Que dire ? Oh non rien à dire.

Dans une odeur de résine le matin s’afflige
A jamais perdus tous ces rêves divers,
Les arbres serrés dans la forêt résonnent au vent !

Tandis que s’élargit sereinement l’azur,
Le long des berges s’en vont filant
Toujours si splendides tant de rêves divers !

(Nakahara Chûya)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: Nakahara Chûya Poèmes
Traduction: Yves-Marie Allioux
Editions: Picquier poche

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :