Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘nasiller’

L’HOMME NOIR (Sergueï Essénine)

Posted by arbrealettres sur 4 avril 2018




    
L’HOMME NOIR

Mon ami, mon ami,
je suis si malade, si malade !
D’où me vient ce mal, je ne sais.
Est-ce le sifflement du vent
sur les champs vides et désolés,
est-ce l’alcool qui de matière grise me dépouille
tel en septembre le petit bois s’effeuille ?

Comme l’oiseau, de l’aile
ma tête bat des pavillons,
les jambes l’importunent
bouger est au-dessus de ses forces.
Un homme noir
noir, noir,
un homme noir, sur le lit
près de moi s’est assis,
un homme noir, de la nuit
ne me laisse de répit.

Nasillant au-dessus de moi
comme un moine sur un défunt
l’homme noir
le doigt sur un livre abject
me narre la vie
d’un faquin de noceur,
soufflant sur mon âme alarmes et terreurs.
L’homme noir,
noir, noir…

***

(Sergueï Essénine)

 

Recueil: Journal d’un poète
Traduction: Christiane Pighetti
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DESTINS (Henri Heinemann)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2015




DESTINS

Je ne vole pas, j’arabesque
je danse
proclame faunesque la mouche.

Moi je ressemble à Pénélope
dit l’araignée, mais en bien mieux
je file et tisse nuit et jour.

J’ai beau tirer de tous mes membres
j’ai beau me labourer le ventre
je vais, je bute et crapahute
geint le crapaud vitessophobe.

A l’éléphant je fais la nique
nasille le moustique,
je pompe et trompe énormément.

En trois coups de langue le batracien
happe la mouche et le moustique
puis gobe la Pénélope octopode
fait son rot
un bon gros rot de crapaud.

(Henri Heinemann)

Illustration

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :