Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘naturelle’

UN JARDIN (Norge)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2018



UN JARDIN

Nous sommes en présence d’un jardin assez rigoureux.
Quelques statues, une allée taillée, des buis, peu de fleurs ;
des fleurs précises. L’ombre est opulente,
une fontaine blanche montre une eau figée.
Oui, la lune, mais sa lumière n’est pas très naturelle.
On sent que le principal personnage n’est pas encore là
et que ce sera une femme nue.

(Norge)


Illustration: Paul Delvaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une chose naturelle (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2018




Et à la lecture de mes vers puissent-ils penser
Que je suis une chose, une chose naturelle,
Par exemple, l’arbre ancien
À l’ombre duquel encore enfants
Ils s’asseyaient dans un grand bruit, fatigués de jouer,
Pour y essuyer la sueur de leur front brûlant
Sur la manche de leur tablier à rayures.

(Fernando Pessoa)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA MORT EST NATURELLE (Axel Toursky)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2018



 

Ana Cruz b

LA MORT EST NATURELLE
(Extrait)

Une balle, une roue,
par la fièvre ou le froid,
la mort est naturelle,
et toujours naturelle.

Ni l’or ni le hasard
ne soudoient son étreinte.
Elle n’a pas d’injures ;
elle fait son travail.

Qui cesse doit l’aimer.
Qui chancelle, savoir
ce qu’elle a de complice
avec ceux qu’elle frappe.

(Axel Toursky)

Illustration: Ana Cruz

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retrouvailles fugitives (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



Illustration:  Gustave Wertheimer
    
Retrouvailles fugitives

Alors que s’achève le temps des caresses
L’asile de nos amours clandestines
Reverdit chaque année.

Dans le verger des souvenirs
Où ils mûrissent trop
Au point de pourrir
Je te retrouve toujours fraîche
Et j’essuie de nouveau
Sur tes joues
Les larmes du crépuscule
Et de ton cœur silencieux
Montent de muets cris d’amour
Alors qu’à travers la brume de l’horizon
Nos regards étreints touchent
La colline couronnée de soleil

Une côte de vent et de pluie
Se dessine dans mon esprit
Où je te revois
Ecrasant sous tes pieds menus
Tous les coquillages de la grève.
Dans les embruns tu venais
Fille naturelle de la mer
Me sauver du naufrage.
Maintenant l’oiseau vole solitaire
Entre l’écume et le nuage
Et le sable sec recouvre
Tes pas qui s’imprimaient
Dans le sable mouillé
A la frontière des eaux
Pour me laisser un message d’adieu
Avant de retourner dans les profondeurs de l’oubli.

(Jean-Baptiste Besnard)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Choses infinies désirées, nobles visions nées (Ezra Pound)

Posted by arbrealettres sur 20 décembre 2015




Choses infinies désirées, nobles visions nées
D’une pensée désireuse, par naturelle vertu,
Sage harmonie, sur tes mers de délice,
L’esprit mystérieux de l’humanité
Devient pilote hardi … et si la moindre fausse note
Crève le tympan,
Instantanément
Ce paradis est projeté dans le néant.

(Ezra Pound)

Illustration: Henri Matisse

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :