Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘navet’

Après les chrysanthèmes (Bashô)

Posted by arbrealettres sur 15 janvier 2019



 

Après les chrysanthèmes
hors le navet long
il n’y a rien

(Bashô)

Illustration: Hokusaï

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Assez! assez, plus qu’assez (Norge)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2018



La roue en avait assez
De trimballer la charrette
Le poivre en avait assez
D’assaisonner la blanquette
Assez que l’eau chaude avait
De cuire à point les navets,
Le feu d’exciter l’eau chaude,
Le four d’enfler la farine
Et le poète ses odes.
La rose était écoeurée
De caresser les narines.

Un dormant raz de marée
Couvrit toute la machine.
Assez! assez, plus qu’assez
Geignaient mille pots cassés.
Le coeur lui-même était las,
Oh! las de voler si bas.

Tout dormait, dorma, dormut
Dans les vieux pays fourbus.
Et tout dormirait encore,
Tout dormirait à jamais,
Si, tout à coup dans l’aurore
D’un joli mai qui germait,
perlant, fusant à la ronde,

Le chant d’un merle jeunet
N’avait réveillé le monde.

(Norge)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chant du merle (Norge)

Posted by arbrealettres sur 11 août 2018


Chant du merle

La roue en avait assez
De trimballer la charrette.
Le poivre en avait assez
D’assaisonner la blanquette.
Assez que l’eau chaude avait
De cuire à point les navets,
Le feu d’exciter l’eau chaude,
Le four d’enfler la farine
Et le poète ses odes.
La rose était écceurée
De caresser les narines.

Un dormant raz de marée
Couvrit toute la machine.
Assez ! assez, plus qu’assez
Geignaient mille pots cassés.
Le coeur lui-même était las,
Oh ! las de voler si bas.

Tout dormait, dorma, dormut
Dans les vieux pays fourbus.
Et tout dormirait encore,
Tout dormirait à jamais,
Si, tout â coup dans l’aurore
D’un joli mai qui germait,
Perlant, fusant i la ronde,
Le chant d’un merle jeunet
N’avait réveillé le monde.

(Norge)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je vous souhaite une bonne année (Aphorismes Bretons)

Posted by arbrealettres sur 4 novembre 2017



 

Illustration: Charles Cottet
    
Me a souet deoc’h ur bloavezh mat,
Kig ha silzig war ho plad,
Kaol pome en ho jardin,
Un dachennad kaer a irvin,
Irvin bihan, irvin krenn,
Tout ar re-se zo mat d’ober soubenn.

Je vous souhaite une bonne année,
De la viande et de la saucisse sur votre plat,
Des choux pommés dans votre jardin,
Une belle planche de navets,
Des petits navets, des moyens,
Tout ça, c’est bon pour faire la soupe.

(Aphorismes Bretons)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Semant des navets (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 24 mars 2017



 

Jean-François Millet  _semeur_l [1280x768]

Semant des navets,
Je jette un coup d’oeil au ciel…
Disparu le soleil.

***

Sowing turnip seed
And glancing up and seeing
That the sun has gone.

(Richard Wright)

Illustration: Jean-François Millet

 

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Au fil de l’eau (Takahama Kyoshi)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2015



feuille eau

Au fil de l’eau
Une feuille de navet
À toute vitesse.

(Takahama Kyoshi)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Sardines à l’huile (Georges Fourest)

Posted by arbrealettres sur 3 septembre 2015



Dans leur cercueil de fer-blanc
plein d’huile au puant relent
marinent décapités
ces petits corps argentés
pareils aux guillotinés
là-bas au champ des navets!
Elles ont vu les mers, les
côtes grises de Thulé,
sous les brumes argentées
la Mer du Nord enchantée…
Maintenant dans le fer-blanc
et l’huile au puant relent
de toxiques restaurants
les servent à leurs clients!
Mais loin derrière la nue
leur pauvre âmette ingénue
dit sa muette chanson
au Paradis-des-poissons,
une mer fraîche et lunaire
pâle comme un poitrinaire,
la Mer de Sérénité
aux longs reflets argentés
où durant l’éternité,
sans plus craindre jamais les
cormorans et les filets,
après leur mort nageront
tous les bons petits poissons!…

Sans voix, sans mains, sans genoux*
sardines, priez pour nous!…

* Tout ce qu’il faut pour prier (note de l’auteur)

(Georges Fourest)

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :