Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘neige’

Sur un vieil arbre couché au bord de l’eau sur le sable du rivage (Ouang-Leng-Jèn)

Posted by arbrealettres sur 29 mars 2017



Sur un vieil arbre couché au bord de l’eau sur le sable du rivage

Ce vieil arbre, couché au bord de l’eau, sur le sable du rivage,
Il était abattu et flétri, depuis bien des années et bien des mois :
Montrant, parmi la vase et les cailloux, ses racines dénudées,

Au lieu d’élever, jusqu’aux nues, ses rameaux vigoureux du temps passé.
La mousse était, au printemps, son unique verdure,
La neige lui apportait, l’hiver, les seules fleurs dont il pût se couvrir.

S’il ne se fût point trouvé sur la route étoilée du ministre des Han,
Qui jamais eût fait de lui le bateau des Immortels ?

(Ouang-Leng-Jèn)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ces oiseaux que tu vois voler sur le mur (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2017



 

Ces oiseaux que tu vois voler sur le mur
ne sont que l’ombre de mes paroles
des îles
des tempêtes
des paysages éphémères
même les souvenirs d’un long voyage
apparaissent sur la pierre lisse du mur
parmi d’autres choses attirées
par le regard de la pensée

ce couple de poissons volants
qui vient de frôler ta chevelure
n’a jamais existé hors d’ici

nous n’avons pas besoin du ciel
nous n’avons pas besoin de la
neige ou de la mer
nous avons déjà allumé un feu de joie
sur la côte sauvage de notre chambre
à peine avons-nous besoin d’avoir un nom

(Luis Mizón)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Même en hiver (Anna Gréki)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2017



Même en hiver le jour n’était qu’un verger doux
Quand le col du Guerza s’engorgeait sous la neige
Les grenades n’étaient alors que des fruits – seule
Leur peau de cuir saignait sous les gourmandises
On se cachait dans le maquis crépu pour rire
Seulement. Les fusils ne fouillaient que gibier.
Et si la montagne granitique sautait
A la dynamite, c’était l’instituteur
Mon père creusant la route à sa Citroën.
Aucune des maisons n’avait besoin de portes
Puisque les visages s’ouvraient dans les visages.
Et les voisins épars, simplement voisinaient.
La nuit n’existait pas puisque l’on y dormait.

C’était dans les Aurès…

(Anna Gréki)

Découvert ici: http://www.bulledemanou.com/

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Neige sur le fleuve (Lieou Tsong-Yuan)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2017



Neige sur le fleuve

Au-dessus de mille montagnes, nul oiseau ne passe.
A dix mille lieues à la ronde, aucune trace humaine.
Une barque. Le vieillard en manteau et chapeau de jonc,
Solitaire, pêche la neige sur le fleuve gelé.

(Lieou Tsong-Yuan)

 Illustration: Shitao

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’humble Marguerite (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2017


papillon-marguerite

L’Himâlaya, dit-on, s’est penché
Sur l’humble Marguerite –
Transporté de Pitié à l’idée
Qu’une telle Poupée pût grandir
Où Tente après Tente – Son Univers
Suspendrait ses Drapeaux de Neige –

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

C’est l’Heure de Plomb (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 19 mars 2017


horloge-aveugle

A une grande douleur, succède un calme solennel –
Les Nerfs ont un air compassé, de Tombes –
Le Coeur gourd se demande si c’est Lui, qui a souffert,
Et si c’était il y a des siècles, ou Hier?

Les pieds, en automates, vont –
Rigide ronde –
Au sol, à l’Air, à Tout
Désormais Inattentifs,
Un contentement de Quartz, de caillou –

C’est l’Heure de Plomb –
Y survit-on, on s’en souvient
Comme des gens en proie au Gel, se rappellent la Neige –
D’abord – un Frisson – puis la Torpeur – puis l’abandon –

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 1 Comment »

IL N’Y A PLUS D’AMOUR (Axel Toursky)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2017



 

Olivier Valsecchi  i-0

IL N’Y A PLUS D’AMOUR
(Extraits)

Le ciel est si pur
qu’on s’étonne presque
de ne pas y voir
l’image de l’homme.

Limpide, limpide,
le mauvais miroir
mange qui s’y mire,
et c’est le désert.

Les moins amoureux
en perdent leur ombre.
Une solitude
y met son nuage.

*

Avant le marteau
les portes s’effacent,
et l’on peut entrer
dans chaque maison.

La citerne est sèche,
et sur la terrasse
une mousse blanche
imite la neige.

Poussière… Tes mains,
tes cheveux, ta voix,
n’étaient que poussière
à fermer les yeux.

*

Un soir on oublie
le parler commun
quand montent les murs
d’un coeur étranger.

Avoir si longtemps
rêvé ton visage,
si longtemps dormi
le poids de ton corps,

pour se réveiller
aussi loin des mots
qui prenaient en toi
le sens de ma vie !

(Axel Toursky)

Illustration: Olivier Valsecchi

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

RÊVE FROID (Tetsuo Shimizu)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2017



 

volubilis

RÊVE FROID
TSUMETAI YUME

À l’ombre du jardin
Sur la chaise longue
Pendant la sieste
Les vrilles du volubilis ont poussé
Les vrilles ont poussé puis
Ont enlacé ses jambes
Ont rampé sur son coeur d’un coeur amoureux
Pénétré dans son nez
Son crâne
Y ont fait scintiller mille fleurs
Comme un feu d’artifice
Et alors dans son rêve
Dans le jardin au mois d’août
Une neige fine mais indiscutable
Est tombée en dansant

(Tetsuo Shimizu)

Illustration 

 

http://matos.art.free.fr/peintures.html

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bonhomme de neige (Wallace Stevens)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2017



Bonhomme de neige

Il faut posséder un esprit d’hiver
Pour regarder le gel et les branches
Des pins sous leur croûte de neige ;

Avoir eu froid longtemps
Pour contempler les genévriers hérissés de glace,
Les épicéas, bruts dans l’éclat lointain

Du soleil de janvier ; et ne pas imaginer
De détresse aucune dans le bruit du vent,
Le bruit d’une poignée de feuilles,

Qui est le bruit de l’étendue
Emplie du même vent
Soufflant dans le même lieu nu

Pour qui écoute, écoute dans la neige,
Et, n’étant rien lui-même, ne contemple
Rien qui ne soit là et le rien qui est.

***

The Snow Man

One must have a mind of winter
To regard the frost and the boughs
Of the pine-trees crusted with snow;

And have been cold a long time
To behold the junipers shagged with ice,
The spruces rough in the distant glitter

Of the January sun; and not to think
Of any misery in the sound of the wind,
In the sound of a few leaves,

Which is the sound of the land
Full of the same wind
That is blowing in the same bare place

For the listener, who listens in the snow,
And, nothing himself, beholds
Nothing that is not there and the nothing that is.

(Wallace Stevens)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Racistes (Jean-Pierre Siméon)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2017



Racistes

Voilà ce qu’ils disent :
l’anémone est plus intelligente que la rose
le sable est plus beau que le chat
et la pierre a toujours été
supérieure au potiron

Ils reprochent au noir
d’être plus noir que le blanc
comme si on reprochait au feu
d’être plus chaud que la neige
et au miel d’être plus sucré que la vague

Et s’ils ont peur de leur ombre
c’est qu’ils se doutent un peu
que haïr l’étranger
c’est avoir peur de soi.

(Jean-Pierre Siméon)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :