Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘netteté’

Quoi de plus « auguste » (Paul Valéry)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2019



    


    
Quoi de plus « auguste » que l’immobilité des feuilles
de l’arbuste, au matin calme, quand elles semblent
écouter le chant de lumière du soleil s’élevant ?
Il verse les ombres et la première forme des formes
naît de sa tendre puissance.
Son oeuvre deviendra dure et insupportable de netteté.
Mais il est encore entre la rose et l’or.

(Paul Valéry)

 

Recueil: Poésie perdue
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et moi je voudrais d’abord (Max-Pol Fouchet)

Posted by arbrealettres sur 23 avril 2019



Illustration: Chris Peters  
    
Et moi je voudrais d’abord
être lavé, nettoyé, rincé
n’avoir plus que la netteté
janséniste des os seuls,
donner ma chair aux vautours,
marquer dans les déserts
la route des caravanes,
indiquer par mon squelette.

Et moi, je voudrais aussi
me débarrasser à jamais,
me laver, me nettoyer, me rincer,
quitter mes affiches politiques,
cesser de promettre en mentant,
en vert, bleu, rouge ou blanc,
que ma pierre soit nue sur le ciel,
dût-elle, nue, se désagréger.

Et moi je voudrais enfin
être plus propre et plus nu,
et vivant, que je sois lavé
comme les morts sous la terre.

(Max-Pol Fouchet)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le signe (Jean Grosjean)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2018




    
Le signe

Та voix sous la Grande Ourse qui tournait lente dans le
ciel, la netteté de ta voix. Les silences de ta voix malgré
l’urgence.

Et maintenant les cheminées de la centrale, leurs
colonnes de vapeur blanche qui vont chercher très haut
les respirations de l’azur. Maintenant une fois, deux fois
cet admirable signe de tes sourcils qui n’est qu’à toi.

(Jean Grosjean)

 

Recueil: Arpèges et paraboles
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ICI DEHORS (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 14 novembre 2017




    
ICI DEHORS

Ouvre la porte et marche
Ici dehors
Dans la netteté saline du réel

***

CÁ FORA

Abre a porta e caminha
Cá fora
Na nitidez salina do real

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les bulles de savon (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 29 août 2017




Les bulles de savon que cet enfant
S’amuse à tirer d’une paille
Sont translucidement toute une philosophie
Claires, inutiles, et passagères comme la Nature.
Amies des yeux comme les choses,
Elles sont ce qu’elles sont
Selon une précision bien rondelette et aérienne,
Et personne, pas même l’enfant qui les abandonne,
Ne prétend qu’elles sont plus que ce qu’elles semblent être.

Quelques unes se voient à peine dans l’air lucide…
Elles sont comme la brise qui passe et touche à peine les fleurs
Et dont nous savons qu’elle passe pour la seule raison
Que quelque chose en nous se fait plus léger
Et accepte tout avec plus de netteté.

(Fernando Pessoa)

Illustration: François Knopf

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Renouveler si possible le lucide exercice (António Ramos Rosa)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2016



Renouveler si possible le lucide exercice
de pénétrer en ces lieux où la clarté apporte
la brise au temps et aux lieux inviolés
Alors nous ne savons plus qui nous sommes
dans l’allure des champs que nous traversons
Mais avant tout les détails s’éclairent
et captent l’attention en lui donnant le dur désir
de mieux voir le frémissement de la netteté
où les objets se dessinent comme s’ils
sortaient d’un sommeil viscéral
comme si dans un silence fluide
ils étaient l’illustration du lieu
subtile immanence et gloire pudique
où au plus intime du réel l’objet devient lisible
dans son bonheur inaugural

(António Ramos Rosa)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Soudain, une de ces épaves mnémoniques vous frappe par son évidence (André Hardellet)

Posted by arbrealettres sur 8 novembre 2015


 


Carl Larsson esbjorn-doing-his-homework(1).jpg!HD [1280x768]

Soudain, une de ces épaves mnémoniques vous frappe par son évidence :
elle se trouvait toujours là, c’est vous, par débilité ou négligence, qui ne saviez plus la voir.
Aussitôt, automatiquement, elle entraîne le mécanisme libérateur de la mémoire affective (ou spontanée).
Non seulement l’image particulière retrouve sa netteté et son accent d’authenticité,
mais encore, c’est toute la pièce qu’elle transforme et ressuscite.
En même temps elle vous permet, pendant un éclair, de redevenir celui qui la contemplait jadis…

(André Hardellet)

Illustration: Carl Larsson

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur la pivoine blanche (Buson)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2015



sur la pivoine blanche
netteté
de la fourmi

(Buson)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :