Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Nezahualcoyotl)’

Ami, dresse-toi (Nezahualcoyotl)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2018




Dresse-toi, frappe ton tambour,
Fais connaître l’union d’amitié !
Qu’ainsi se prenne leur coeur :
Nos cannes à tabac et nos fleurs,
Ici seulement, nous les avons apprêtées…

Ami, dresse-toi,
Prends tes fleurs et ton tambour,
Ne reste pas dans ta douleur,
Mais porte-la en parure:
Ici seulement sont les fleurs épandues,
Les fleurs d’or précieuses !

I1 chante bien,
L’oiseau de turquoise, le quetzal,
L’oiseau aux plumes de jais !
L’ara chante le premier :
Tambourins et tambours,
Tous lui font réponse.. .

Je bois le cacao,
Et ce m’est grande joie.
Mon coeur est heureux,
Mon coeur est satisfait…

Ainsi je pleure, ainsi je chante,
Dans l’intérieur de ma maison passe ma vie.

J’ai bu des fleurs de cacao et de maïs…
Pleure mon coeur, empli de tristesse:
Sur la terre seulement, naître à la douleur…

Tout ce dont je me souvienne:
Le malheur et l’angoisse:
Sur la terre seulement, naître à la douleur …

(Nezahualcoyotl)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Moi qui suis-je ? (Nezahualcóyotl)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2018



 

Moi qui suis-je ?
Je vis en fugitif, chanteur des fleurs.

(Nezahualcóyotl)

Illustration: Georges Antoine Rochegrosse

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Est-il vrai (Nezahualcóyotl)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2018



 

Nezahualcóyotl

Est-il vrai que nous prenions du plaisir
A vivre sur la terre ? Une seule chose est sûre,
Nous sommes tous nés dans la douleur,
Nous sommes tous dans l’angoisse
Et la tristesse, ici parmi les Hommes.

(Nezahualcóyotl)

Illustration: Wikipedia

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il ne restera rien (Nezahualcoyotl)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2018




O Princes, sachez-le bien,
Sachez-le Aigles et Jaguars,
Le jade et même l’or,
Aussi là-bas s’en iront,
Là-bas où sont les Décharnés…
Nous partirons, peu à peu nous disparaîtrons,
Il ne restera rien…

***

Xic yocoyacan in antepilhuan
cuauh’tamocelo
oncan on Ximohua yehuaya
zan tipupulihuizque
ayac mocahuaz Iyyo.

(Nezahualcoyotl)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Seulement avec des fleurs (Nezahualcoyotl)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2018



 


Emeraudes,
Ors,
Tes fleurs,
O dieu !

Tes richesses,
O toi par qui vivent toutes choses :
Fleurs de mort par l’obsidienne ,
La mort dans la guerre !

La mort dans la guerre,
Vous partirez la connaître !

A la guerre, aux abords de l’incendie,
Vous la connaîtrez !

I1 y a poussière de boucliers,
I1 y a pluie de maïs noir.

Où peut-on vraiment le connaître,
Le Lieu du Mystère,
Le connaître avec ses yeux ?

Le gloire, seulement,
La noblesse
meurent dans la guerre,
Si peu de chose s’en va 1à où sont les Décharnés

Seulement avec des fleurs
Partir…

(Nezahualcoyotl)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Pour un bref instant seulement (Nezahualcoyotl)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2015




Précieuses comme des émeraudes,
Croissent tes fleurs,
O toi par qui vivent toutes choses.
Croissent les fleurs parfumées,
Et s’ouvrent comme des oiseaux de turquoise.
Pour un bref instant seulement,
Nous sommes à tes côtés, près de toi.

(Nezahualcoyotl)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Si la mort, jamais ne venait (Nezahualcoyotl)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2015




Je suis ivre, je pleure et me tourmente,
Je pense, et me parle, et me dis en moi-même :
Si la mort, jamais ne venait,
Et si j’étais sûr de ne jamais disparaître ?
Là où la mort n’existe pas ,
Là où elle est réduite à merci,
C’est là-bas que je m’en vais…

Si la mort, jamais ne venait,
Et si j’étais sûr de ne jamais disparaître ?

(Nezahualcoyotl)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :