Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘niche’

Chanson en Si (Tristan Corbière)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2019



 

Yoshiro Tachibana -  (4)

Chanson en Si

Si j’étais noble Faucon,
Tournoîrais sur ton balcon…
– Taureau : foncerais ta porte…
– Vampire : te boirais morte…
Te boirais !

– Geôlier : lèverais l’écrou…
– Rat : ferais un petit trou…
Si j’étais brise alizée,
Te mouillerais de rosée…
Roserais !

Si j’étais gros Confesseur,
Te fouaillerais, ô Ma Soeur !
Pour seconde pénitence,
Te dirais ce que je pense…
Te dirais…

Si j’étais un maigre Apôtre,
Dirais :  » Donnez-vous l’un l’autre,
Pour votre faim apaiser :
Le pain-d’amour : Un baiser.  »
Si j’étais !…

Si j’étais Frère-quêteur,
Quêterais ton petit coeur
Pour Dieu le Fils et le Père,
L’Eglise leur Sainte Mère…
Quêterais !

Si j’étais Madone riche,
Jetterais bien, de ma niche,
Un regard, un sou béni
Pour le cantique fini…
Jetterais!

Si j’étais un vieux bedeau,
Mettrais un cierge au rideau…
D’un goupillon d’eau bénite,
L’éteindrais, la vespre dite,
L’éteindrais !

Si j’étais roide pendu,
Au ciel serais tout rendu :
Grimperais après ma corde,
Ancre de miséricorde,
Grimperais !

Si j’étais femme… Eh, la Belle,
Te ferais ma Colombelle…
A la porte les galants
Pourraient se percer des flancs…
Te ferais…

Enfant, si j’étais la duègne
Rossinante qui te peigne,
Senora, si j’étais Toi…
J’ouvrirais au pauvre Moi,
– Ouvrirais ! –

(Tristan Corbière)

Illustration: Yoshiro Tachibana

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Telle un ange noir sur la neige (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2019




    
Telle un ange noir sur la neige,
Tu m’es apparue tout à l’heure,
Et comment donc ne la verrais-je
Sur toi, l’empreinte du Seigneur ?

Un sceau étrange, mystérieux,
Ainsi qu’une offrande céleste :
Dans une niche, pour un peu,
Il aurait fallu que tu restes.

Que cet amour dans l’au-delà
A l’amour ici-bas se fonde,
Et que sur tes joues n’aille pas
Le sang fougueux qui se débonde ;

Ainsi le marbre pourra mieux
Rehausser tes haillons lunaires,
Tes joues dénudées mais sans feu,
Bien que complices de la chair.

(Ossip Mandelstam)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: Les poésies d’amour
Traduction: Henri Abril
Editions: Circé

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le chant (Lionel Ray)

Posted by arbrealettres sur 30 décembre 2018


Si vaste soit le chant nul n’entend nul n’écoute.
la nuit même est étroite. gardez-moi dans sa niche
dans une gorgée de monde et dans l’effondrement
dans la stupeur des arbres et la splendeur des poudres.

(Lionel Ray)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’EST LA, NICHÉ… (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2018



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’EST LA, NICHÉ…

C’est là, niché
Il n’y a qu’à prendre
A se gorger
C’est là, créé
Il n’y a qu’à.

Mais on veut des brumes autour
Et de la mer et de la nuit
Pour faire mieux
Pour faire dieu
A tout le moins un peu moins court.

Il ne nous suffit pas que ça nous cause
Que ça nous ressemble
Que ça nous soit chaud
Que ça nous noie.

Il faudrait encore que ce fût un théâtre
Avec des glaces
Des machins de secours
Et l’on meurt sans savoir
Qu’il n’y a pas d’autre espace
Que ça.

(Jean Rousselot)

Illustration: ArbreaPhotos
 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jolimont (Norge)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2018


Jolimont

A l’ombre du gazomètre,
Vénus marchait dans l’ortie.
Une odeur de pleine mer
Coulait de sa chevelure
Où l’algue brouillait les mèches.
La sirène de la mine
Appelait éperdument
A ses tempêtes profondes
Mille marins maquillés
Qui tenaient d’une main rêche
La lampe des vierges folles.
Quelque nuage frileux
Rentrait dormir à la niche,
L’oreille basse et la langue
Pendante jusqu’au pavé.
Vénus, lumineuse et chaude,
Marchait dans l’ortie en fleur.
Elle s’appelait Minouche.
Au Minouche, que j’aimais
Tes jeunes cris dévêtus
Et les taches de rousseur
De tes cuisses de brugnon
Dans les blés de Jolimont.

(Norge)

Illustration: Theodore Chassériau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

MUSIQUE (Patricia Ruiz-Gamboa)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2018




    
MUSIQUE

Dans l’ombre de Moi, Musique,
Tu vis, nichée au creux de ma nostalgie.
Mon ciel était si bleu, Musique,
Et ma mer si limpide, toute en symphonies,

QUE LEUR SOUVENIR EST DEVENU : MUSIQUE

Dans la solitude de Moi, Musique,
Tu vis et tourbillonnes, jour et nuit.
Mon enfance était si belle, Musique,
Et ma mère si tendre, si jolie,

QUE LEUR SOUVENIR EST DEVENU : MUSIQUE

Dans la richesse de Moi, Musique,
Tu vis, jaillis toute en parade.
Le jardin était si fleuri, Musique,
Et son parfum si fou, si en cascade,

QUE LEUR SOUVENIR EST DEVENU : MUSIQUE

Dans l’ombre de Moi, Musique,
Dans la solitude de Moi, Musique,
Dans la richesse de Moi, Musique,
Tu vis et tourbillonnes, toujours fantastique.

(Patricia Ruiz-Gamboa)

 

Recueil: Concerto pour une plume
Traduction:
Editions: ARCAM

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Anagramme (Pierre Coran)

Posted by arbrealettres sur 1 mars 2018




    
Anagramme

Par le jeu des anagrammes,
Sans une lettre de trop,
Tu découvres le sésame
Des mots qui font d’autres mots.

Me croiras-tu si je m’écrie
Que toute neige a du génie ?

Vas-tu prétendre que je triche
Si je change ton chien en niche ?

Me traiteras-tu de vantard
Si une harpe devient un phare ?

Tout est permis en poésie.
Grâce aux mots , l’image est magie.

(Pierre Coran)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

LA CHAIR CHAUDE DES MOTS (Raymond Queneau)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2017




    
LA CHAIR CHAUDE DES MOTS

Prends ces mots dans tes mains et sens leurs pieds agiles
Et sens leur coeur qui bat comme celui d’un chien
Caresse donc leur poil pour qu’ils restent tranquilles
Mets-les sur tes genoux pour qu’ils ne disent rien

Une niche de sons devenus inutiles
Abrite des rongeurs l’ordre académicien
Rustiques on les dit mais les mots sont fragiles
Et leur mort bien souvent de trop s’essouffler vient

Alors on les dispose en de grands cimetières
Que les esprits fripons nomment des dictionnaires
Et les penseurs chagrins des alphadécédets

Mais à quoi bon pleurer sur des faits si primaires
Si simples éloquents connus élémentaires
Prends ces mots dans tes mains et vois comme ils sont faits

(Raymond Queneau)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à la fidélité (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2017



Illustration: Fidel Garcia
    
retouche à la fidélité

dans la niche du miroir
le ciel me regarde
jusqu’au dernier angle de la nuit
quand le plaisir ôte ses bagues
et me tend le poison du silence

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: Retouches
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le mauvais chien (Gisèle Prassinos)

Posted by arbrealettres sur 24 septembre 2017



Le mauvais chien

Je veux rester dans ma niche et ne voir personne.
Je veux garder mon os et le ronger seul,
à petits coups, jusqu’à en faire un chef-d’œuvre.

Chaque nuit, j’y travaillerai.
Je n’ai nul besoin de lumière,
mes dents sont des outils complets.
Si j’ai froid, je hurlerai peut-être
et me lamenterai d’être délaissé.

Au moindre bruit de pas,
pour ne pas subir l’humiliation d’une main compatissante
sur mon poil sensible,
je ferai le mort, respirant à peine,
à l’écoute du seul secours que j’attends.

(Gisèle Prassinos)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »