Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘nicher’

La clairière (Jean Lavoué)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2019




Illustration: Alexandra Cecconi
    
La clairière,
Elle s’ouvre à chaque pas
Même si tu ne la vois pas.
Elle appartient au chant du fleuve.
Elle niche avec ses oiseaux
Dans le feu des journées.
Elle n’a pas d’autres rides
Que celles du vent remontant vers la Source.

Elle pactise avec le silence,
Avec le souffle,
Avec le rien.

Elle n’attend ni ne guette aucune proie.
Elle laisse aller l’ici
Dans le chant de sa présence.
Elle n’est sûre que de la joie verticale
Et du secret qui la concerne.
Elle est partout décentrée d’elle-même
Et du désir d’en dire trop.

Elle n’a pas son pareil
Pour éveiller les morts.

(Jean Lavoué)

 

Recueil: Levain de ma joie
Traduction:
Editions: L’enfance des arbres

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Enterrez-moi (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2018



Enterrez-moi

Enterrez-moi dans le sable et que passent
Des légions de fourmis dans mon crâne.
Je serai l’homme à la tête de mort,
Des enfants nus regarderont mes dents,
Et je serai terreur avec ce crâne
Où des oiseaux qu’on nommera pensées
Viendront nicher. Plus jamais de miroirs,
De mots pourris, de lèvres jamais plus
Et le soleil léchera mes os blancs.

(Robert Sabatier)

Illustration: Zdzislaw Beksinski

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’oiseau mort (Luis Cernuda)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2017



Illustration: Mathieu Triolet
    
L’oiseau mort

Sur la terre grise de la colline,
Sous les jeunes pousses d’une aubépine,
Tout près de la palissade où passent
Les jeunes étudiants en toges rouges

Ton aile blanche et noire brisée,
Tu étais immobile dans la mort, pareil
A une rose coupée ou une étoile
Exilée, loin du trône de la nuit.

Forme inerte qui un jour fut un vol
D’extase dans la lumière, un chant ardent
Au petit matin, la paix nocturne
D’un nid, tout là-haut dans les cimes.

Aujourd’hui tout semble inutile, à l’image
Du chagrin quand l’amour s’enfuit,
De la souffrance quand vieillit la beauté,
Du désir de lumière noyé par les ombres.

Si tu étais comme la mer qui, de sa propre mort,
Renaît. De toi j’aperçois la forme spectrale
Qui pleure dans le ciel les amours
Vites et beaux de tes jours passés.

Maintenant, silence. Dors. Oublie tout.
Nourris de toi-même la mort qui en toi niche.
Cette quiétude de l’aile, comme un soleil couchant,
Peut-être est-ce de la vie une forme plus haute.

(Luis Cernuda)

 

Recueil: Les nuages
Traduction: Anthony Bellanger
Editions: Fata Morgana

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’était dans cette impénétrable retraite (Herman Melville)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2017




    
[…]

C’était dans cette impénétrable retraite
que dormait,

entouré par l’univers,
ceinturé par le zodiaque,
environné par l’horizon,
enveloppé par l’océan,
enclos dans le récif,
emprisonné dans les montagnes,
niché dans sa chambre,
ceint de l’insigne royal,
serré entre des bras,
replié sur lui-même,

l’indivisible Donjalolo,
monarque absolu de Juam

– amande au coeur de sa triple écorce,
étincelle au plus secret du rubis,
pépin blotti dans la pulpe juteuse d’une orange dorée,
royal noyau de pourpre dans la pêche efféminée,
sphère encapsulée au centre des sphères.

(Herman Melville)

 

Recueil: Mardi et le voyage qui y mena

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’arbre (Rina Lasnier)

Posted by arbrealettres sur 18 juillet 2017




    
L’arbre

J’avais un grand arbre vert
Où nichait mon enfance ailée,
Un arbre grand troué de lumière
Qui remplissait le haut de mon âme.

J’avais de douces branches vertes
Où chantait mon enfance triste,
Des branches vertes et sonores
Qui répétaient les chagrins de mon âme.

J’avais mille feuilles vertes
Où palpitait l’élan de mon enfance,
Des feuilles lisses et captives
Comme les oiseaux de mon âme.

J’avais un grand arbre vert
Où se dénouait la fleur de mon enfance,
Pour quel printemps, pour quelle abeille ?
Pour quelle joie, pour quelle souffrance ?

(Rina Lasnier)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je sais un nid charmant et tendre (Théophile Gautier)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2017



Illustration: Alberto Vargas  
    
Je sais un nid charmant et tendre
Où niche l’oiseau bleu du cœur,
L’oiseau dont nul ne peut entendre
Sans tressaillir, l’accent vainqueur ;

Nid plein de grâces sans pareilles,
Qui, sous un rayon de gaieté,
Scintillent comme des abeilles
Dans l’or des aurores d’été.

Formé de fleurs fraîches écloses,
Œuvre admirable de l’amour,
Des perles, des feuilles de rosés,
Dessinent son riant contour.

Écrin délicieux que dore
La jeunesse en traits éclatants ;
D’où s’échappe, ailée et sonore,
La vive chanson du printemps ;

D’où sort une divine haleine,
Comme d’un calice vermeil
Qui livre aux souffles de la plaine
Son sein tout baigné de soleil.

Nid séducteur où rit l’ivresse,
Cachant ses secrètes ardeurs,
Comme une coupe enchanteresse
Dont les bords sont voilés de fleurs.

Plus mignon qu’un nid d’oiseau-mouche,
Plus frais qu’un cœur de rose-thé, —
Ce nid ravissant…, c’est ta bouche,
Doux paradis de volupté,

Où les désirs, ramiers fidèles,
Volent toujours inapaisés,
Et vont provoquer à coups d’ailes
L’essaim palpitant des baisers !

(Théophile Gautier)

 

Recueil: Poètes du Baiser
Editions: Société des Éditions LOUIS-MICHAUD

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chatterie (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2017




Chatterie

Chat chat chatte
Noir et blanc
Jour couchant
Prends ma patte
Dans ta main
Trop humain
Trop humain
Trop félin
Trop félin
Ton nez rose
Me repose
Des maisons
Des raisons
Mes prisons
Tu t’en fiches
Tu te niches
Sur mon cou
Ton miaou
Me câline
Dodeline
Ton ronron
Me fait rond
Le coeur blond
Amoureuse
Et frileuse
Tu me dis
Mon ami
L’heure sonne
Mais personne
Que nous deux
Poil soyeux
Qui se joue
Sur ma joue
L’allumeur
Le bruit meurt
Chatte et homme
Font un somme
Plus un bruit
C’est la nuit

(Pierre Albert-Birot)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

La blanche falaise (Georges Cathalo)

Posted by arbrealettres sur 4 septembre 2016



falaise-aux-oiseaux [800x600]

La blanche falaise
Où niche
l’oiseau marin
Rêve de silence.

(Georges Cathalo)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Je me souviens (Nicolas Bouvier)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2016



Je me souviens
Le fleuve était en crue
Le ciel gorgé de pluie s’étirait comme une bête
sur d’interminables friches noires
L’outarde, la cigogne
et tout ce que j’ai aimé ensuite
y nichaient déjà en secret

(Nicolas Bouvier)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MÉMOIRE (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2015




MÉMOIRE

Harpe de silence
où se niche la peur.
Gémissement lunaire des choses
signifiant absence.
Espace de couleur close.
Quelqu’un martèle et ajuste
un cercueil pour l’heure,
un autre cercueil pour la lumière.

(Alejandra Pizarnik)

Illustration: Rafal Olbinski

Rafal Olbinski

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :