Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘n’importe où’

Soupir (Attila Jozsef)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2018



Soupir

Si des larmes ruissellent
Et si une âme pleure,
Et si un cri résonne,
Si un ciel tonne, ça
Se passe sur la terre,
Se passe n’importe où.
C’est que ce sont mes larmes,
C’est seulement mon cri,
C’est seulement mon âme,
Et c’est mon chatiment
Sur la planète terre.
Et n’importe où que j’aille,
Toujours ce sont mes larmes,
Mes larmes qui ruissellent,
Tant que pleure mon âme,
Et que mon cri résonne…
Oui, le ciel est tonnerre!
Ah! c’est qu’elle est maudite
Ici, partout, ma tête,
Une tête maudite,
Bien au-dessus de toi.

(Attila Jozsef)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Souvenir (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 13 octobre 2017



Souvenir

Cours donc
Après qui
Après quoi
Mais cours donc
C’est lui

Là-bas
Si loin
Quelques pas
Je suis las
Tu l’entends
Il t’appelle
Je l’entends
Je l’appelle
Il s’enfuit
Mais cours donc
La nuit vient
N’en dis rien
Il fait nuit
Je t’éclaire
Où est-il
Tends le bras
Il a fui
Cours plus vite
Je ne puis
Tu le tiens
Le vois-tu
Je l’ai vu
Que fait-il
Il s’en va
Retiens-le
Cours après
C’est tout noir
N’aie pas peur
Mais où suis-je
N’importe où
Avec qui
Avec moi
Qui es-tu
Presque toi
Et lui
Il est mort
Déjà
Déjà

(Pierre Albert-Birot)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le Soleil a rendez-vous avec la Lune (Charles Trenet)

Posted by arbrealettres sur 15 septembre 2017



 

eclipse soleil

Le Soleil a rendez-vous avec la Lune

1. Sur le toit de l´hôtel où je vis avec toi
Quand j´attends ta venue mon amie
Que la nuit fait chanter plus fort et mieux que moi
Tous les chats tous les chat tous les chats
Que dit-on sur les toits que répètent les voix
De ces chats de ces chats qui s´ennuient
Des chansons que je sais que je traduis pour toi
Les voici les voici les voilà…

{Refrain:}
Le soleil a rendez-vous avec la lune
Mais la lune n´est pas là et le soleil l´attend
Ici-bas souvent chacun pour sa chacune
Chacun doit en faire autant
La lune est là, la lune est là
La lune est là, mais le soleil ne la voit pas
Pour la trouver il faut la nuit
Il faut la nuit mais le soleil ne le sait pas et toujours luit
Le soleil a rendez-vous avec la lune
Mais la lune n´est pas là et le soleil l´attend
Papa dit qu´il a vu ça lui…

2. Des savants avertis par la pluie et le vent
Annonçaient un jour la fin du monde
Les journaux commentaient en termes émouvants
Les avis les aveux des savants
Bien des gens affolés demandaient aux agents
Si le monde était pris dans la ronde
C´est alors que docteurs savants et professeurs
Entonnèrent subito tous en chœur

{Refrain}

3. Philosophes écoutez cette phrase est pour vous
Le bonheur est un astre volage
Qui s´enfuit à l´appel de bien des rendez-vous
Il s´efface il se meurt devant nous
Quand on croit qu´il est loin il est là tout près de vous
Il voyage il voyage il voyage
Puis il part il revient il s´en va n´importe où
Cherchez-le il est un peu partout…

(Charles Trenet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ce violon qui joue (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2017



L’assemblée des vivants,
La fête quelque part,
La plus haute avec toi,

Ou la lande et le vide.

Et toujours, n’importe où,
Ce violon qui joue.

(Guillevic)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Jeu de mains (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2016



C’était une poignée de main
Un bonjour Monsieur bonjour Madame
Qui voulait avoir l’air
De s’en aller n’importe où
Mais ces deux mains
Se sont baisées sur les lèvres
Tandis que le bonjour
Faisait Monsieur Madame autour d’elles

(Pierre Albert-Birot)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

N’importe où… (Edward Stachura)

Posted by arbrealettres sur 29 août 2015



 

Gao Xingjian 228

N’importe où…

Où que tu sois,
sors devant le portail !
Va dans les champs
Tu entends un appel
C’est moi qui t’appelle !

Où que je sois,
Je n’y suis pas.
C’est la fièvre
puisque tu n’y es pas
C’est le désert.

Où que tu sois,
tu n’y es pas.
C’est la fièvre
puisque j’y ne suis pas
C’est le désert.

Où que je sois,
Tu y es
Oui, nous y sommes
Comme le silence,
Après ce chant,

Comme deux pommes
Sur un cerisier.

***

Gdziekolwiek

Gdziekolwiek jesteś,
Wyjdź za bramę!
Idź na pola,
Słysz wołanie!
To ja wołam.

Gdziekolwiek jestem,
To mnie nie ma.
Jest maligna,
Bo cię nie ma.
Jest pustynia

Gdziekolwiek jesteś,
Też cię nie ma.
Jest maligna,
Bo mnie nie ma.
Jest pustynia.

Gdziekolwiek jestem,
Tam ty jesteś.
Tak jesteśmy
Jak milczenie
Po tej pieśni.

Jak dwa jabłka
Na czereśni.

(Edward Stachura)

Illustration: Gao Xingjian

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

UN ALLER SIMPLE (Langston Hughes)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2015



 

Martin Luther King

UN ALLER SIMPLE

J’ramasse ma vie
Je l’emporte avec moi
Et j’la dépose
A Chicago, à Detroit
A Buffalo, à Scranton.
N’importe où
Au Nord, à l’Est…
Que ce ne soit pas Dixie.

J’ramasse ma vie
Et j’la mets dans le train
Jusqu’à Los Angeles, Bakersfield,
Seattle, Oakland, Salt Lake,
N’importe où
Au Nord, à l’Ouest…
Que ce ne soit pas le Sud.

J’en ai marre
Des règlements pour Jim Crow,
Des gens qui sont cruels
Et qui ont peur.
Des gens qui lynchent et qui courent,
Des gens que j’effraie
Et qui m’effraient.

***

One Way Ticket

I pick up my life,
And take it with me,
And I put it down in
Chicago, Detroit,
Buffalo, Scranton,
Any place that is
North and East,
And not Dixie.

I pick up my life
And take it on the train,
To Los Angeles, Bakersfield,
Seattle, Oakland, Salt Lake
Any place that is
North and West,
And not South.

I am fed up
With Jim Crow laws,
People who are cruel
And afraid,
Who lynch and run,
Who are scared of me
And me of them

I pick up my life
And take it away
On a one-way ticket-
Gone up North
Gone out West
Gone

(Langston Hughes)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rien de plus dur (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2015



Rien de plus dur que
Les noix
De muscade du passé

Mais la râpe du temps
Est en inox
Alors
Pour aimer encore un
Peu

On feuillette
Les cahiers d’écoliers

Les brouillons
Et les livres d’images
Défraîchis
Où la vie a griffonné
Sur la peau

Pour passer
L’examen de savoir
Si l’âme avait
Autre chose à proposer

Un serment de mots
Par exemple

Un billet aller-simple
Pour ailleurs
N’importe où à deux

(Werner Lambersy)

Illustration: Lauri Blank

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :