Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘noirceur’

DERRIERE LE SILENCE (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2018




    
DERRIERE LE SILENCE

Le soir, ses lentes paupières,
Comme un oiseau près de mourir.
Qui lui jeta la grave pierre
Par où coule déjà la nuit?

Les racines dans la terre
Sentent s’accroître le péril.
L’âme oublieuse de la chair
S’alarme et gagne son zénith.

Dans la noirceur qui nous entoure
La lune veut faire son nid
Mais les ténèbres qui la roulent
Lui font perdre appui sur appui.

On se regarde,on s’ignore,
On croit saisir une main:
C’est la blancheur du lendemain,
On se penche sur l’aurore.

(Jules Supervielle)

 

Recueil: Le forçat innocent suivi de Les amis inconnus
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AUX PALES ACCENTS DE L’AUBE (Jean Cayrol)

Posted by arbrealettres sur 12 décembre 2017




    
AUX PALES ACCENTS DE L’AUBE

Dans la pleine liberté de la mort
quand le sang se refuse à être partagé
dans la noirceur de l’herbe qui s’endort
quand la terre apparaît tout au fond de la plaie

sous le soleil et sous la lune
quand le monde sans fin appelle un autre monde
dans le vent dur des arbres sur la dune
quand la mer est comme un attelage qui s’effondre

dans le ciel trouvé au fond du tombeau
quand la vie sourit aux feuilles qui tombent
dans la nuit qui joue qui rit dans les cendres
quand le vent n’est plus qu’un vol de l’oiseau

écoute je viens.

(Jean Cayrol)

 

Recueil: Poèmes de la nuit et du brouillard
Traduction:
Editions: Seuil

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’OMBRE (Jacques Basse)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2017




    
L’OMBRE

le néant courbé sur le temps
captif de ces sombres parois
que lèche à volonté le vent
abrite là l’oiseau de proie

plus vigilant au soir de la vie
plongé dans de noires envies
suinte un regard de noirceur
qui effraie et ronge le coeur

là dans un décor agité passe
le temps ponctuant l’espace

(Jacques Basse)

 

Recueil: Le temps des Résonances
Editions: Rafaël de Surtis

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Danse ! (Rabbi Nahman de Braslav)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2017


Danse !
Frappe des mains !
Fais surgir la mélodie !
Fais éclater le présent !
Découvre le miracle de l’aube
Fracturant la noirceur de la nuit.
Fais danser les lettres,
Les voyelles amoureuses
De lointaines consonnes.
Fais danser les mots
pour qu’ils deviennent des oiseaux
Ecris le chant joyeux de la guérison
Le chant précieux de la délivrance
Ainsi tu te souviendras de ton futur…

(Rabbi Nahman de Braslav)

Découvert au coeur du Souffle des Mots ici

Illustration et video danse ici

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

DANS LES VEINES (Giuseppe Ungaretti)

Posted by arbrealettres sur 19 septembre 2016




DANS LES VEINES

Dans les veines, tombes déjà presque vides,
Le désir encore effréné,
Dans mes os qui se glacent le caillou,
Dans l’âme le regret sourd,
L’irrésistible noirceur : dissous-les.

Du remords aboyant sans fin
Dans l’innombrable ténèbre,
Terrible séquestration,
Rachète-moi, et la pitié de tes paupières,
De sur ton long sommeil, soulève-la.

Que ton signe brusque et rose,
Ame féconde, remonte
Et me revienne surprendre;
Inespérée, ressuscite,
Mesure incroyable, paix;

Fais que je puisse, en l’espace calmé,
Réépeler les paroles naïves.

(Giuseppe Ungaretti)

Illustration: Kamrooz Aram

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au fond, je suis affaire de lumière (Georges Séféris)

Posted by arbrealettres sur 28 août 2016



D

Il y a des années que tu as dit :
«Au fond, je suis affaire de lumière »,
Et maintenant encore, quand tu t’appuies
Aux larges épaules du sommeil,
Quand on te plonge
Au sein narcosé de la mer,
Tu fouilles les recoins où la noirceur
Est usée, ne résiste pas,
Tu cherches, à tâtons,
La lance destinée à percer ton coeur
Pour l’ouvrir à la lumière.

*

(Georges Séféris)

Illustration: Jacques Muller

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Flamme d’amour (Pierre Jean-Jouve)

Posted by arbrealettres sur 19 mars 2016



Flamme d’amour trop flamme et trop crucifiée
Sur la noirceur intime de nos yeux
Désert d’amour
Organe de Dieu.

(Pierre Jean-Jouve)

 

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fermer les yeux miser sur l’obscur (Roland Brachetto)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2015



Fermer les yeux miser sur l’obscur
et s’en tenir à son legs
quoi qu’il arrive au quartier appelé Petite Sicile
même si dans l’odeur du goudron la faim persiste
et que se gorge de chaleur la misère
et que l’âme s’accroupisse
sous le plus petit des os douloureux
quelque feu cassant consumant sa rancoeur
je veux rester ici misant sur l’obscur
et m’en tenant à son legs
Le seul fût qui veuille la fixer
cette âme de feuillage fragile
il est ici dans la noirceur du plus beau soleil

(Roland Brachetto)

Illustration: Joseph Galante

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MELANCOLIE DES AGRESTES COUCHANTS (Robert Momeux)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2015



MELANCOLIE DES AGRESTES COUCHANTS

Ce n’est pas la noirceur de l’étang
Ce n’est pas l’immobilité
De ces grands arbres nus et sereins
Ce n’est pas l’air
Dans le soir calme poursuivant
Des ondes qui lentement rêvent
Ce n’est pas la première étoile
Pâle qu’on voit à peine
A l’horizon
Ce n’est pas l’ombre qui hésite
Entre les chiens les loups du crépuscule
C’est le silence étonné qui se fait
C’est l’heure c’est son dénuement
Devant l’obscurité énorme qui s’annonce

(Robert Momeux)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :