Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘non-dit’

Parler d’amour (Charles Dobzynski)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2018




    
Parler d’amour
n’a pas de sens
quand on ne vit pas tout entier
hors du noyau
dans le pur
l’ancestral
non-dit.

(Charles Dobzynski)

 

Recueil: J’ai failli la perdre
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mystère (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 24 février 2018


Mystère est un singulier
Qui ne peut se révéler
que par d’autres singuliers
Que par l’ardent face-à-face
Des présences entrecroisées
– saule à saule par la racine
et tige à tige par le vent –
En leur plus long vouloir-dire
En leur ultime non-dit

(François Cheng)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chemins (Martin Heidegger)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2016



Chemins

chemins de la pensée ; ils vont d’eux-mêmes,
ils s’échappent. Quand donc amorcent-ils à nouveau le tournant,
dégageant la vue sur quoi ?
Chemins allant d’eux-mêmes,
jadis ouverts, soudain refermés,
plus tard. Montrant de l’antérieur,
jamais atteint, voué au non-dit –
relâchant les pas
à partir de l’accord d’un fiable destin.
Et à nouveau presse
une ombre incertaine
dans la lumière qui tarde.

***

Wege,
Wege des Denkens, gehende selber,
entrinnende. Wann wieder kehrend,
Ausblicke bringend worauf ?
Wege, gehende selber,
ehedem offene, jäh die verschlossenen,
später. Früheres zeigend,
nie Erlangtes, zum Verzicht Bestimmtes –
lockernd die Schritte
ans Anklang verlâsslichen Geschicks.
Und wieder die Not
zögernden Dunkels
im wartenden Licht.

(Martin Heidegger)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous sommes arrivés à une cité sacrée (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2015



Nous sommes arrivés à une cité sacrée.
Nous préférons ignorer son nom:
nous pouvons ainsi lui donner tous les noms.
Nous n’avons trouvé personne à qui demander
pourquoi nous sommes seuls dans la cité sacrée.

Nous ne savons pas quels cultes s’y pratiquent.
Nous voyons seulement qu’ici forment une seule fibre
le fil qui unit toute la musique du monde
et le fil qui unit tout le silence.

Nous ne savons pas si la cité nous reçoit ou nous rejette,
si elle est une halte ou le terme du chemin.
Nul ne nous a dit pourquoi elle n’est ni bois ni désert.
Elle ne figure en aucun guide, sur aucune carte.
Les géographies ne la situent pas ou ne l’ont pas vue.

Mais au centre de la cité sacrée il y a une place
où s’ouvre tout l’amour non-dit
qu’il y a au coeur du monde.
Et aujourd’hui seulement nous comprenons:
le sacré
c’est tout l’amour non-dit.

(Roberto Juarroz)

Découvert chez Lara ici

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :