Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘non-être’

Néant en soi (Michel Camus)

Posted by arbrealettres sur 1 avril 2018



 

Positivité absolue du néant en soi.
Non par la conscience du non-être
mais le non-être de la conscience.

(Michel Camus)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Imagine une rose intégrale (Gaspard Hons)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2018



imagine une rose intégrale
enfermée dans le vol d’un oiseau.

De la rose intégrale
s’échappe un ruban de roses
fleurissant dans une improbable
pensée sans fin
(…)

***

une rose improbable
âpre et solitaire
née et non-née
se confond avec
l’impossible et l’insaisissable
silence

de la nuit du non-être

(Gaspard Hons)

Découvert chez Lara ici

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les petits objets nettoyés (Michel Houellebecq)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2018



Les petits objets nettoyés
Traduisent un état de non-être.
Dans la cuisine, le cœur broyé,
J’attends que tu veuilles reparaître.

Compagne accroupie dans le lit,
Plus mauvaise part de moi-même
Nous passons de mauvaises nuits,
Tu me fais peur. Pourtant je t’aime.

Un samedi après-midi,
Seul dans le bruit du boulevard.
Je parle seul. Qu’est-ce que je dis ?
La vie est rare, la vie est rare.

(Michel Houellebecq)

découvert ici chez laboucheaoreilles

Illustration: Lucian Freud

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce soir (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2017



Illustration: Le Bernin
    
Ce soir, retire complètement mon esprit de mon corps,
afin que je n’aie plus ni forme ni nom en ce monde!
En ce moment je suis ivre en Toi, donne-moi une autre coupe!
Alors je serai effacé des deux mondes en Toi.

Lorsque je me serai anéanti en Toi et serai devenu ce que Tu sais,
alors je prendrai la coupe du non-être et je la boirai coupe après coupe
[…]

Donne-moi à chaque instant le vin du non-être;
lorsque je serai entré dans le non-être,
je ne ferai plus de différence entre la maison et son toit.
[…]

Soulève les vagues du non-être afin de m’emporter au large!
Jusqu’à quand arpenterai-je le rivage de l’Océan dans la crainte?

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce soir (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2017



    
Ce soir, retire complètement mon esprit de mon corps,
afin que je n’aie plus ni forme ni nom en ce monde !

En ce moment je suis ivre en Toi, donne-moi une autre coupe !
Alors je serai effacé des deux mondes en Toi.

Lorsque je me serai anéanti en Toi et serai devenu ce que Tu sais,
alors je prendrai la coupe du non-être et je la boirai coupe après coupe (…)

Donne-moi à chaque instant le vin du non-être ;
lorsque je serai entré dans le non-être,
je ne ferai plus de différence entre la maison et son toit. (…)

Soulève les vagues du non-être afin de m’emporter au large !
Jusqu’à quand arpenterai-je le rivage de l’Océan dans la crainte ?

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je me demande qui je suis (Alain Bosquet)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2016



Je me demande qui je suis

« Je me demande qui je suis »,
dit Dieu, « l’esprit, la chair ou ce qui dans la chair
se veut esprit;
la nuit, le jour ou ce qui dans le jour
éprouve pour la nuit trop de tendresse.
Peut-être suis-je un compromis
conclu par l’être et le non-être
aux dépens de moi-même:
le vide et le trop-plein du vide,
rien d’autre que mon nom,
une syllabe en sang
qu’on aurait tort de prononcer,
ou un verbe qui tue.
Je suis ta voyelle, musique;
je suis ta consonne, silence. »

(Alain Bosquet)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 9 Comments »

Le monde discerne la beauté, et, par là le laid se révèle (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 2 novembre 2016



Le monde discerne la beauté,
et, par là
le laid se révèle.
Le monde reconnaît le bien
et, par là
le mal se révèle.
Car l’être et le non-être
s’engendrent sans fin.
Le difficile et le facile
s’accomplissent l’un par l’autre.
Le long et le court
se complètent.
Le haut et la bas
reposent l’un sur l’autre.
Le son et le silence
créent l’harmonie.
L’avant et l’après se suivent.
Le tout et le rien
ont le même visage.
C’est pourquoi
le Sage s’abstient de toute action.
Impassible,
il enseigne par son silence.
Les hommes,
autour de lui,
agissent.
Il ne leur refuse pas son aide.
Il crée sans s’approprier
et oeuvre sans rien attendre.
Il ne s’attache pas
à ses oeuvres.
Et, par là,
il les rend éternelles.

(Lao Tseu)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La voie que l’on peut définir n’est pas le Tao (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 2 novembre 2016



La voie que l’on peut définir
n’est pas le Tao,
la Voie éternelle.
Le nom que l’on peut prononcer
n’est pas le Nom éternel.
Ce qui ne porte pas de nom,
le non-être,
est l’origine du ciel et de la terre.
Ce qui porte un nom
est la mère
de tout ce que nous percevons,
choses et êtres.
Ainsi à celui qui est sans passion
se révèle l’inconnaissable,
le mystère sans nom.
Celui qui est habité
par le feu de la passion
a une vision bornée.
Désir et non désir,
ces deux états
procèdent d’une même origine.
Seuls leurs noms diffèrent.
Ils sont l’Obscurité
et le Mystère.
Mais en vérité c’est
au plus profond de cette obscurité
que se trouve la porte.
La porte de l’absolu
du merveilleux.
Le Tao.

(Lao Tseu)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mon timide jardin (Alain Bosquet)u

Posted by arbrealettres sur 10 juillet 2016



Mon timide jardin

Entre le temps et le refus du temps,
entre l’espace et la peur de l’espace,
entre l’être pourri et le non-être,
entre le dieu et l’ennemi des dieux,
entre le verbe et ce qui nie le verbe:
mon timide jardin,
qui me remplace et que j’admire
quand je ne suis pas moi.

(Alain Bosquet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

J’ai des forêts dans mes veines (Jean-Claude Renard)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2016



J’ai des forêts
dans mes veines.
Mais les hantent encore
des idoles
qui m’y donnent à boire
le non-être.

(Jean-Claude Renard)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :