Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘objectif’

L’objectif du discours amoureux (Michel Camus)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2019



L’objectif du discours amoureux:
aboutir tôt ou tard
dans l’amour au seul
flamboiement du silence

(Michel Camus)

Illustration: Fabienne Contat

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Hypothèse de Sapir-Whorf (Edward Sapir)(Benjamin Lee Whorf)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2018



premier-contact

Hypothèse de Sapir-Whorf:
Les représentations mentales dépendent des catégories linguistiques,
autrement dit que la façon dont on perçoit le monde dépend du langage

***

Nous disséquons la nature
en suivant les lignes dessinées par notre langue native.

Les catégories et les types que nous dégageons du monde des phénomènes,
nous ne les trouvons pas pour la raison qu’ils frappent quiconque les observe.
Au contraire, le monde est présenté comme un flux kaléidoscopique d’impressions
qui doivent être organisées par notre esprit
– ce qui signifie, en large part, qui doivent être organisées
par les systèmes linguistiques de nos esprits.

Nous découpons la nature, nous l’organisons en concepts,
et nous lui donnons la signification que nous lui donnons
car nous sommes largement partie prenante d’un accord
qui organise les choses de cette façon
– un accord que toute notre communauté linguistique partage,
et qui est fondu dans les codes de notre langue.

Cet accord est bien évidemment implicite et non-dit,
mais ses termes sont obligatoires;
la seule façon que nous ayons de parler est en souscrivant à l’organisation
et à la classification des données telles que décrétées dans cet accord.

(Benjamin Lee Whorf)

***

Les humains ne vivent pas uniquement dans le monde objectif.
Ils ne vivent pas non plus seuls dans le monde de l’activité sociale
telle que comprise ordinairement.

Au contraire, ils sont à la merci de la langue particulière
qui est devenue le moyen d’expression dans leur société.

Il est assez illusoire d’imaginer qu’on s’ajuste à la réalité
essentiellement en dehors de l’usage de la langue,
et que la langue est juste un moyen quelconque
de résoudre des problèmes de communication ou de réflexion spécifiques.

Le fait est que le ‘monde réel’ est, dans une large mesure,
construit inconsciemment sur les habitudes linguistiques du groupe.
Il n’existe pas deux langues qui soient suffisamment similaires entre elles
pour être considérées comme représentant la même réalité sociale.

Les mondes dans lesquels vivent différentes sociétés sont des mondes distincts,
et non pas le même monde avec juste des étiquettes différentes attachées aux choses…

Nous voyons, entendons et faisons autrement l’expérience des choses
de la manière dont nous le faisons
car les habitudes langagières de notre communauté
nous prédispose à certains choix d’interprétation.

(Edward Sapir)

Illustration: Film « Premier Contact » http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=226509.html

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Voilà ce qui doit être l’objectif final (Etty Hillesum)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2016



Voilà ce qui doit être l’objectif final :
conquérir soi-même une grande simplicité intérieure,
mais comprendre jusque dans ses plus fines nuances,
la complexité des autres.

(Etty Hillesum)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Peu importe où tu vas … (Gao Xingjian)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2016



essaim d'abeilles [1280x768]
Un jour de grand beau temps, un ciel sans nuages.
L’éclat et la profondeur de la voûte céleste te laissent muet d’admiration.
En bas, un village isolé avec ses maisons sur pilotis appuyées à la falaise,
tel un essaim d’abeilles accroché à un rocher.

C’est un rêve, tu tournes en rond, au pied de la montagne,
sans trouver le moindre sentier pour y aller.
Tu as l’impression de t’approcher du village, en fait, tu t’en écartes.
Ces allers-et-retours te prennent du temps et tu abandonnes.

Tu avances au hasard et le village disparaît derrière les monts.
Tu éprouves quand même un vague regret.
Et tu ignores où mène le chemin sous tes pieds,
même si tu n’as pas de but précis.

Tu marches droit devant toi sur le sentier sinueux.
Dans ta vie, tu n’as jamais eu de but précis,
les objectifs que tu t’étais fixés se sont modifiés avec le temps,
il n’ont cessé de changer et finalement tu n’en as jamais eu.

Si l’on y réfléchit, le but ultime de la vie humaine est sans importance,
il est comme un essaim d’abeilles.

Le laisser provoque des regrets,
mais le prendre entraîne le plus grand désordre chez les insectes,
mieux vaut l’abandonner là où il est et l’observer sans y toucher.

A cette pensée, tu te sens plus léger,
peu importe où tu vas, à la seule condition que le paysage soit beau.

(Gao Xingjian)

Découvert chez Lara ici

Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Objectif (Jean-Claude Faucheux)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2016



 

Obture l’éphémère
Diaphragme le silence
Révèle l’inavoué

Déclenche l’éternel

(Jean-Claude Faucheux)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Seuls les chemins perdus (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 13 octobre 2015



N’avoir d’autres objectifs
que les mains ouvertes
et les écarts inévitables de la boussole,
non pour les corriger
mais pour nous lancer en eux, justement.

Là ces ombres que nous sommes
trouveront les routes nécessaires
pour déceler dans le temps
les traits de cet invraisemblable songe.

Seuls les chemins perdus
et les voyages inverses
font place aux songes impossibles
et conduisent au port.

(Roberto Juarroz)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE RÉVERBÈRE AU BORD DE LA ROUTE (Srecko Kosovel)

Posted by arbrealettres sur 12 avril 2015



 

réverbère

LE RÉVERBÈRE AU BORD DE LA ROUTE

Pourquoi demeurer un homme si cela te pèse ?
Deviens un réverbère
Au bord de la route et sans un mot diffuse
Ta lueur sur l’homme
Afin de lui préserver un visage.
Sois bon
Et objectif comme le réverbère,
Qui sans un mot éclaire pareillement la face
De l’ivrogne, du vagabond ou de l’étudiant
Sur la route.

Sois réverbère si tu ne peux
Être un homme;
Il est difficile d’être un homme,
Avec deux bras seulement
Pour étreindre tant d’êtres.
Sois un réverbère sur la route,
Éclairant mille faces
Et l’errant et le solitaire.
Sois un réverbère avec une lampe,
Un homme dans un carré magique,
Faisant des signes avec un bras vert.
Sois réverbère, réverbère,
Réverbère.

(Srecko Kosovel)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :