Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘obsidienne’

Le corps de la femme que j’aime (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 1 janvier 2019



Que se disperse dans la crise,
pour une nouvelle genèse, dans le cataclysme,
le corps de la femme que j’aime,
en obsidienne, en agate, en saphir,
en granite fouetté
par le vent de sel d’Antofagasta.
Que son corps menu,
ses cils,
ses pieds, ses seins, ses jambes de pain,
ses lèvres charnues, sa parole rouge
prolongent la peau de l’albâtre :
que son coeur défunt
chante en roulant et qu’il descende
avec les pierres
du fleuve, vers l’océan.

(Pablo Neruda)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

OBSIDIENNE (Jacques Lacarrière)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2018



OBSIDIENNE

Au tranchant de ton temps
brillent encore la gencive des faims,
le sceau des poings qui t’ont tenue
contre l’os et la chair.
Au tranchant de ton nom
la main des premiers hommes entée de tes cassures.

(Jacques Lacarrière)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE DIEU DÉTERRÉ (Homero Aridjis)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2018



 

fumeur Maya

LE DIEU DÉTERRÉ

Voilà qu’on sort à l’ombre devenue pierre
l’air fait limon
l’invisible fait temps
voilà que survient, fraction de nuit, l’oeil de pierre

La main perforée avec laquelle il regarda le monde
fut aperçue par le dieu de la mort
et son visage s’évanouit dans un autre visage
aux yeux plus profonds que l’oubli

Son corps, insaisissable, parcourut le jour
plus rapide que l’air et que l’esprit
toucha le vide de ses songes
et comme un feu se coucha sur ses braises

Voilà que l’on extrait le dieu de la fumée
le semeur de discorde et de maux
aux sandales d’obsidienne rompue
racines durcies d’un arbre de pierre

La lumière noire coule de ses doigts
comme cendre de son corps
la bouche insatiable, qui a tout avalé,
comme un miroir s’avale maintenant elle-même

Voici — disent-ils — le créateur
qui ne peut se donner la vie
une pierre de plus entre les pierres déchues
un instant enseveli sous des montagnes d’instants

(Homero Aridjis)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La rose momifiée (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2018




    
La rose momifiée

Lorsqu’on ouvrit le tombeau
dans une terre antique et noire
on trouva sur le sein
de la jeune femme embaumée
une rose,

un rose rouge figée,
momie de rose, sans parfum
cueillie jadis dans quel jardin de rêve
parmi ses soeurs fugitives
et devenue immortelle,

compagne d’une immortelle.
La jeune femme nous contemple
de ses yeux d’obsidienne.
Elle sourit de la blancheur des os.

Sa main menue désigne
la fleur miraculée
comme une offrande,
l’esquisse d’un baiser.

(Jean Joubert)

 

Recueil: Longtemps j’ai courtisé la nuit
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Seulement avec des fleurs (Nezahualcoyotl)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2018



 


Emeraudes,
Ors,
Tes fleurs,
O dieu !

Tes richesses,
O toi par qui vivent toutes choses :
Fleurs de mort par l’obsidienne ,
La mort dans la guerre !

La mort dans la guerre,
Vous partirez la connaître !

A la guerre, aux abords de l’incendie,
Vous la connaîtrez !

I1 y a poussière de boucliers,
I1 y a pluie de maïs noir.

Où peut-on vraiment le connaître,
Le Lieu du Mystère,
Le connaître avec ses yeux ?

Le gloire, seulement,
La noblesse
meurent dans la guerre,
Si peu de chose s’en va 1à où sont les Décharnés

Seulement avec des fleurs
Partir…

(Nezahualcoyotl)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Tu es dans ma mémoire (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 20 juin 2017



Tu es dans ma mémoire
l’horloge, la cambrée:

obsidienne tendue sur les jardins nocturnes
où le sable fuyait léger,
laissant à nu la roche mère.

(Jean Joubert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Contrée (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2015


La nuit va recouvrir l’obsidienne
une paire de cisailles
l’arête de poisson ancienne.
La femme inclinée
grande lourde presque nue
s’appuie à la muraille grise.
C’est dans la contrée
aux grands lacs
gibiers craintifs.

(Jean Follain)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :