Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘Oise’

Sous un ciel gris (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2020



Sous un ciel gris, sans joie,
Le clocher de l’église
Saint Maclou, dans la bise
Nargue la Tour Montjoie

Au loin l’Oise et la Seine
Se recouvrent de brume
Et je vois à grand peine
La ville qui s’allume.

Au fil de l’eau livide
Glisse un corps de noyé,
Je vais, le cœur broyé,
Tout le long d’un quai vide.

(Jean-Baptiste Besnard)

(CONFLANS 1951)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Retouche à la bise (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 10 juin 2017



retouche à la bise

devant les peupliers séminaristes
en ligne sur la rive
l’Oise allongée se mêle au soleil vert
que cingle une aile d’ange curieux

devant ma cheminée j’écoute
le feu raconte sa jeunesse
il a la langue bien pendue

(Daniel Boulanger)

Illustration: Claude Monet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à la bise (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2017



retouche à la bise

devant les peupliers séminaristes
en ligne sur la rive
l’Oise allongée se mêle au soleil vert
que cingle une aile d’ange curieux

devant ma cheminée j’écoute
le feu raconte sa jeunesse
il a la langue bien pendue

(Daniel Boulanger)

 Illustration: Claude Monet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Beau Temps (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2017



Le Beau Temps

La cerise commence à rougir,
mon cœur à n’avoir plus de peine,
et les lavandières à rire
le long de l’Oise et de la Seine.

Assis à l’ombre du village,
je ne me lasse point d’admirer,
d’ici au fond du paysage,
l’herbe à lapin aux fleurs dorées.

Sur un mur frissonnant de lierres,
avec leurs couronnes aux bras,
les croix de fer du cimetière
font une ronde tout là-bas.

Est-il bien utile d’agir ?
Entre mes doigts fleure une rose.
La cerise commence à rougir.
Ah ! Phébus, laissons faire aux choses

et se coiffer d’autres villages,
comme de gais bonnets pointus,
ces villages près des nuages
dans les bleus lointains confondus.

(Paul Fort)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :