Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘oiseaux’

COUPABLE DE TRISTESSE (Pierre Morhange)

Posted by arbrealettres sur 21 août 2017



COUPABLE DE TRISTESSE

A la fin ne te sauvera plus la tristesse
Avec son mur usé tu seras confond
Les mots de tes amis devant toi passeront
Grands petits joyeux noirs ne disant rien de toi

Ma poitrine un jardin
Où dorment les oiseaux
Et quand mes yeux y brillent
S’y battent les oiseaux
Et quand mes souvenirs
Remuent dans la poussière
Les oiseaux fuient de là
Ma poitrine un jardin
Dans un été de ville
Seule dans l’âpreté
Quand les maisons sont pires
Que monstres et rochers

Et ce livre est dessous
La plus large des mains
Elle nous porte tous
Charpente de chagrin
si les oiseaux y chantent
Vivent légèrement
Je suis de la charpente
Et je connais la main

I1 faut donc me chasser
Celui qui vous en prie
Est le coupable en vie

Mais dans le grand verger
Je suis un de vos arbres

(Pierre Morhange)


Illustration: Henri Matisse

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le sentiment d’une solitude déchirante (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 20 août 2017


Le sentiment d’une solitude déchirante
et d’une certaine incommunicabilité du monde
était parfois donné par la vue d’une brouette vide
vide encore chaude de la fumure transportée.
Le jardinier s’en était allé boire:
il se pouvait qu’il ne revînt jamais.
Je me disais que je lui avais quelques fois parlé.
A bien réfléchir, il se pouvait que je lui aie dit cent mots.

Les oiseaux passaient à tire-d’aile, les horloges sonnaient
et les ombres s’allongeaient sur le sol blanc.

Le jardinier n’était pas mort, il n’avait eu qu’une attaque.
Il ne parlerait plus et resterait sur un banc
devant sa porte et des mouches en pleine vie
marcheraient dans ses mains sur lesquelles tremblerait
l’ombre dentelée des feuilles pacifiques.

(Jean Follain)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le rêve de la lune (Marie Botturi)

Posted by arbrealettres sur 28 juillet 2017



Le rêve de la lune

Si la lune brille
Quand tu dors,
C’est pour planter
Des milliers de soleils pour demain.
Si tout devient silence
Quand tu dors,
C’est pour préparer
Le chant des milliers d’oiseaux
Et dorer les ailes des libellules.
Si la lune tombe dans tes bras
Quand tu dors,
C’est pour rêver avec toi
Des milliers d’étoiles.

(Marie Botturi)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Fuyant le ciel (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2017




Fuyant le ciel

Fuyant le ciel, effrayé de la terre,
tu peignais un soleil fragile
un rameau d’if sur fond de soie.

Tu nommais les veines du bois
les cristaux de neige, la pluie.
Un insecte venait parfois
mourir sous ta lampe la nuit.

Tu nommais les oiseaux, les fleurs,
chaque fruit d’un nom nouveau,
les poissons – tes frères – l’eau,

croyant que nommer donne un gage,
qu’un mot pur vaut une clef,
que la porte du passage
céderait sous ta poussée,

céderait vers quel mirage!

(Jean Joubert)

Illustration: Vincent Van Gogh

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Assez! Nous voulons de la douceur à la pelle (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 12 juillet 2017



« Assez! Nous voulons de la douceur à la pelle,
L’éloge du printemps, l’esthétique des roses,
Sur fond d’oiseaux, le portrait grandeur nature
D’une femme endiamantée qui se prélasse
Et lève un doigt gracile vers un ciel de velours.
Nous ne voulons ni chaux, ni sang, ni boue
Et surtout pas de cadavre qui nous ressemble! »

(Jean Joubert)

Illustration: Fanny Verne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

N’efface en toi ni l’ange ni la bête (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 12 juillet 2017



N’efface en toi ni l’ange ni la bête.
Sois belle avec délice, libre des croix,
secrète en tes jardins.
Tu es alors esclave souveraine,
arbre dressé que l’aube vêt d’oiseaux.

(Jean Joubert)


Illustration: Jean-Jacques Henner

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Mandragore (Armand Lanoux)

Posted by arbrealettres sur 12 juillet 2017



Mandragore

Mandragore naquit des larmes
d’un amant à l’orme pendu
d’un amoureux las des alarmes
d’un amour qui s’était perdu.

Alors la secrète racine
prit forme de femme et de fleur
et promit des amours faciles
sous la lanterne des voleurs.

Vint le jour où la Mandragore
trouvant un chevalier charmant
connut les fourmis qui dévorent
le cœur de ceux qui sont amants.

Bel ami de la Mandragore
ta fiancée est le malheur
et les oiseaux du mal picorent
ta bouche et le cœur de ton cœur.

Viens avec moi homme que j’aime
mange la pomme qui endort
je suis la mauvaise sirène
qui mène aux noces de la mort.

(Armand Lanoux)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

BRÈVE MÉDITATION (Elie Khan)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2017




BRÈVE MÉDITATION

Tout au long de la vie
Glissants poissons, volants oiseaux
Ont notre âme ravie,
Les fleurs aussi, les grands roseaux
Et des vivants menus
Qui sont au long de notre vie
De nous parfois connus.

Mais le sourire encor
D’un être aimé passant sur terre
Console de la mort
L’âme troublée par un mystère
Qu’il lui faut respecter,
Et puis aimer, aimer encor
L’amour et sa beauté.

(Elie Khan)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le guetteur (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 7 juillet 2017



Le guetteur tendu contre la nuit
pressent un dieu sous la muraille
où conspire un sommeil d’oiseaux.

Il caresse l’arme inutile,
rosaire de sa peur,
pour conjurer une invisible proie.

Contre son corps se glisse
le gel aux seins menus
qui l’embrasse et le lie
alors que monte des marais
par les degrés de brume
l’odeur violente de la mort.

L’aube enfin, l’éclatement
des pavots et des cris!

Décue, l’archer funèbre,
Orion pâlit.

Mais le jour rend au guetteur
un masque étroit de fourmi.

(Jean Joubert)


Illustration: Daniel Cuq

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai retrouvé la mer (Georges Jean)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2017



J’ai retrouvé la mer
Qui peigne les cailloux

Ce battement de coeur
D’une joue qui s’affaisse

Les oiseaux fabuleux
Déchirant un oeil vert

L’espace plus fermé
Qu’un temple de légende

Et quand s’ouvrent les portes
Au sexe fou du vent

L’horizon se rassemble
Et nous sommes vivants.

(Georges Jean)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :