Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘oiseaux’

Chanson pour toi (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2017



Je ne cesserai pas
De chanter les cloches des rencontres muettes,
Les bras des divans parfumés,
les grandes chutes d’oiseaux ressemblants,
les éternels miroirs vibrants.

Je ne cesserai pas
de chanter la morsure rouge des lèvres,
l’épaule insoumise, les aisselles surprises,
les seins toujours à l’heure aux rendez-vous nocturnes.

Je ne cesserai pas
de chanter ton visage poudré de cendre,
le dernier naufrage à l’aube soufflée des lampes,
ta nuque échappée à l’étreinte,
tes pas que rien ne trahit

Je ne cesserai pas
de chanter tes hanches profondes,
tes chevilles noyées dans les nuages,
tant de pensées vagabondes,
tant de fumée divine.

Je ne cesserai pas
de chanter ta chevelure courante
aux pieds des arbres solitaires
blessés de feuilles et d’œillères.

Je ne cesserai pas
de chanter la rue, le parc, la mer
car je te connais
car je t’aime et te connais.

Je ne cesserai pas
d’apprendre à rire,
à peindre et rire
dans le fond des palais;
car je te crains,
car je t’aime et te crains.

Je ne cesserai pas
de forger des serrures,
des cadenas et des ceintures
tout le long du ciel,
car je te garde,
car je t’aime et te garde.

Je ne cesserai pas
de couper tes mains,
tes bras et tes poings
pour que jamais l’adieu
ne remonte sur l’eau.

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A celui qui s’endort (Marguerite Clerbout)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2017




Le Ciel envoie les oiseaux à celui
qui s’endort auprès des eaux tranquilles.

(Marguerite Clerbout)

Illustration: John William Waterhouse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Pèse en ton sang le poids d’un rêve (Robert Ganzo)

Posted by arbrealettres sur 11 avril 2017



Pèse en ton sang le poids d’un rêve
Le suc en fête de la sève
Ce qui s’ordonne en les débris,
Les fils cassés des avalanches,
ou l’envol des bouquets aux branches
Puisque les oiseaux ont fleuri.

(Robert Ganzo)

Illustration: Michel Ogier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Maurice (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2017



Jardin qu’un dieu sans doute a posé sur les eaux,
Maurice, où la mer chante, et dorment les oiseaux.

(Paul-Jean Toulet)


Illustration: Régine

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai parcouru la lande (Evelyne Pernel)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2017



J’ai parcouru la lande
à travers bruyères et ajoncs
m’enivrant de son parfum
sous le soleil ou après la pluie.
J’ai marché sur la grève
suivant la mer et les oiseaux,
le sable sous mes pieds,
le vent sur ma peau.

(Evelyne Pernel)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il y aura toujours des oiseaux (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2017



Innumérables noms dans le nid d’un seul.
Il y aura toujours des oiseaux pour peupler de cris
l’espace vide.

(Edmond Jabès)

Illustration: Gil.G.

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , | 4 Comments »

OISEAUX (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2017





OISEAUX

Le vol des oiseaux fous
Noirs sur blanc
Ailes en faux
Oiseaux du tourbillon
Cailloux de cris
Lancés dans le silence
Vers un nuage
Rose de feu
Au parfum de soleil

(Jean-Baptiste Besnard)

son site ici: Jean-Baptiste Besnard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les animaux ont des ennuis (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2017



Les animaux ont des ennuis

Le pauvre crocodile n’a pas de C cédille
On a mouillé les L de la pauvre grenouille
Le poisson scie a des soucis
Le poisson sole
Ça le désole

Mais tous les oiseaux ont des ailes
Même le vieil oiseau bleu
Même la grenouille verte
Elle a deux L avant l’E

Laissez les oiseaux à leur mère
Laissez les ruisseaux dans leur lit
Laissez les étoiles de mer
sortir si ça leur plaît la nuit
Laissez les p’tits enfants briser leur tirelire
Laissez passer le café si ça lui fait plaisir

La vieille armoire normande
Et le vache bretonne
Sont parties dans la lande en riant comme deux folles
Les petits veaux abandonnés
Pleurent comme des veaux abandonnés

Car les petits veaux n’ont pas d’ailes
Comme le vieil oiseau bleu
Ils ne possèdent à eux deux
Que quelques pattes et deux queues

Laissez les oiseaux à leur mère
Laissez les ruisseaux dans leur lit
Laissez les étoiles de mer
Sortir si ça leur plaît la nuit
Laissez les éléphants ne pas apprendre à lire
Laissez les hirondelles aller et revenir.

(Jacques Prévert)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 7 Comments »

Saisir (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



Saisir, saisir le soir, la pomme et la statue,
Saisir l’ombre et le mur et le bout de la rue.

Saisir le pied, le cou de la femme couchée
Et puis ouvrir les mains. Combien d’oiseaux lâchés

Combien d’oiseaux perdus qui deviennent la rue,
L’ombre, le mur, le soir, la pomme et la statue.

Mains, vous vous userez
A ce grave jeu-là.
Il faudra vous couper
Un jour, vous couper ras.

(Jules Supervielle)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 6 Comments »

PETITE FIN DU MONDE (Hector de Saint-Denys Garneau)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2017



PETITE FIN DU MONDE

Oh ! Oh !
Les oiseaux
morts

Les oiseaux
les colombes
nos mains

Qu’est-ce qu’elles ont eu
qu’elles ne se
reconnaissent plus

On les a vues autrefois
Se rencontrer dans la pleine clarté
se balancer dans le ciel
se côtoyer avec tant de plaisir et se connaître
dans une telle douceur

Qu’est-ce qu’elles ont maintenant
Quatre mains sans plus un chant
que voici mortes
désertées

J’ai goûté à la fin du monde
et ton visage a paru périr
devant ce silence de quatre colombes

devant la mort de ces quatre mains
Tombées
en rang côte à côte

Et l’on se demande
A ce deuil
quelle mort secrète
quel travail secret de la mort
par quelle voie intime dans notre ombre
où nos regards n’ont pas voulu descendre
La mort
a mangé la vie aux oiseaux
a chassé le chant et rompu le vol
à quatre colombes
alignées sous nos yeux

de sorte qu’elles sont maintenant
sans palpitation
et sans rayonnement de l’âme.

(Hector de Saint-Denys Garneau)

Illustration: Bénédicte Pontet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :