Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Omar Kayyâm)’

Ne cause de peine à personne (Omar Kayyâm)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2016



Si assuré et ferme que tu sois, ne cause de peine à personne ;
Que personne n’ait à subir le poids de ta colère.
Si le désir est en toi de la paix éternelle,
Souffre seul, sans que l’on puisse, ô victime, te traiter de bourreau.

(Omar Kayyâm)

Illustration: Dmitriy Brodeckiy

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sois en fête. (Omar Kayyâm)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2016



Ne te dépense pas tant en tristesse insensée,
Mais sois en fête.
Donne, dans le chemin de l’injustice, l’exemple de la justice.
Puisque la fin de ce monde est le néant,
Suppose que tu n’existes pas, et sois libre.

(Omar Kayyâm)

Illustration: René Magritte

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne goûte qu’au présent (Omar Kayyâm)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2016



Regarde les méfaits de cette voûte céleste,
Et vois ce monde vide… puisque les amis sont partis.
Autant que tu le peux, vis un moment pour toi-même.
Ne goûte qu’au présent. Le passé a l’odeur des morts.

(Omar Kayyâm)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour ton amour (Omar Kayyâm)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2016



Pour ton amour je suis prêt à subir tous les blâmes,
Si je transgresse mon serment, j’accepte d’en subir la peine.
Oh! dussé-je endurer jusqu’au jour dernier les tourments que tu me causes,
Cet espace de temps me semblerait encore trop court.

(Omar Kayyâm)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sois insensible à ce qu’on perd (Omar Kayyâm)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2016



De la cuisine de ce monde tu n’absorbes que la fumée.
Jusqu’à quand, par l’étude de l’être et du néant, seras-tu voué au chagrin?
Ce monde ne contient que regrets pour ceux qui s’y attachent.
Sois insensible à ce qu’on perd et ton profit sera complet.

(Omar Kayyâm)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sois heureux (Omar Kayyâm)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2016



Sois heureux un instant, cet instant c’est ta vie
Vois, la brise a déchiré la robe de la rose,
De la rose dont le rossignol s’était enamouré ;
Faut-il pleurer sur elle, faut-il pleurer sur nous ?
La mort viendra nous effeuiller et d’autres roses refleuriront.

(Omar Kayyâm)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cendres (Omar Kayyâm)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2016



Luths, parfums et coupes,
lèvres, chevelures et longs yeux,
jouets que le Temps détruit, jouets !
Austérité, solitude et labeur,
méditation, prière et renoncement,
cendres que le Temps écrase, cendres !

(Omar Kayyâm)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au printemps (Omar Kayyâm)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2016



Au printemps, je vais quelquefois m’asseoir à la lisière d’un champ fleuri.
Lorsqu’une belle jeune fille m’apporte une coupe de vin, je ne pense guère à mon salut.

Si j’avais cette préoccupation, je vaudrais moins qu’un chien.

(Omar Kayyâm)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Contente-toi de savoir que tout est mystère (Omar Kayyâm)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2016



Contente-toi de savoir que tout est mystère :
la création du monde et la tienne,
la destinée du monde et la tienne.
Souris à ces mystères comme à un danger que tu mépriserais.

Ne crois pas que tu sauras quelque chose
quand tu auras franchi la porte de la Mort.
Paix à l’homme dans le noir silence de l’Au-Delà !

(Omar Kayyâm)

Illustration: Fuyuko Matsui

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sois sans peur (Omar Kayyâm)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2016



Le temps s’échappe à tire-d’aile ? Sois sans peur.
Et l’heureux sort n’est pas éternel ? Sois sans peur.
Profite de l’instant que te vaut la Fortune.
Sans regret, sans regard vers le ciel, sois sans peur.

Aujourd’hui sur demain tu ne peux avoir prise.
Penser au lendemain, c’est être d’humeur grise.
Ne perds pas cet instant, si ton cœur n’est pas noir
car nul ne sait comment nos demains se déguisent.

(Omar Kayyâm)

Illustration: Nicole Claveloux

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :