Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ombreuse’

A la fin du jour j’ai trouvé (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2018




A la fin du jour j’ai trouvé

Le crépuscule enroulé autour d’une pierre.

J’ai pris la pierre froide dans ma main,
Dévidé les surfaces ombreuses de la vie,
Et dedans j’ai trouvé
Un os ténu d’oiseau.

J’ai réchauffé la relique dans ma main
Jusqu’à ce qu’un coeur vive
Et batte, et que passent les marées
Dessus, dessous, dedans.

Vint une barque voguant dans l’orage du sang
Et dans la barque un enfant,

Dans la barque un enfant
Voguant sur les vagues du chant,
Voguant sur les vagues de la souffrance.

***

At the day’s end I found

Nightfall wrapped about a stone.

I took the cold stone in my hand,
The shadowy surfaces of life unwound,
And within I found
A bird’s fine bone.

I warmed the relic in my hand
Until a living heart
Beat, and the tides flowed
Above, below, within.

There came a boat riding the storm
And in the boat a child,

In the boat a child
Riding the waves of song,
Riding the waves of pain.

(Kathleen Raine)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Obscure nuit, laisse ton noir manteau (Gabrielle de Coignard)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2018




Obscure nuit, laisse ton noir manteau,
Va réveiller la gracieuse aurore,
Chasse bien loin le soin qui me dévore,
Et le discours qui trouble mon cerveau.

Voici le jour gracieux, clair et beau,
Et le soleil qui la terre décore,
Et je n’ai point fermé les yeux encore,
Qui font nager ma couche tout en eau.

Ombreuse nuit, paisible et sommeillante,
Qui sais les pleurs de l’âme travaillante,
J’ai ma douleur cachée dans ton sein,

Ne voulant point que le monde le sache,
Mais toutefois, je te prie sans relâche,
De l’apporter aux pieds du Souverain.

(Gabrielle de Coignard)

Illustration: Auguste Rodin

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Toi ma dormeuse (Claude Roy)

Posted by arbrealettres sur 4 mars 2017


reveuse

Toi ma dormeuse mon ombreuse ma rêveuse
ma gisante aux pieds nus le sable mouillé
toi ma songeuse mon heureuse ma nageuse
ma lointaine aux yeux clos mon sommeillant oeillet

Je t’attends je t’attends je guette ton retour
et le premier regard où je vois émerger
Eurydice aux pieds nus à la clarté du jour
dans cette enfant qui dort sur la plage allongée

(Claude Roy)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Un peu de musique (Germain Nouveau)

Posted by arbrealettres sur 7 juin 2016



Une musique amoureuse
Sous les doigts d’un guitariste
S’est éveillée, un peu triste,
Avec la brise peureuse;

Et sous la feuillée ombreuse
Où le jour mourant résiste,
Tourne, se lasse, et persiste
Une valse langoureuse.

On sent, dans l’air qui s’effondre,
Son âme en extase fondre;
– Et parmi la vapeur rose

De la nuit délicieuse
Monte cette blonde chose,
La lune silencieuse.

(Germain Nouveau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Ô SOMMEIL… (Giovanni Della Casa)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2016



Ô SOMMEIL…

Ô sommeil, ô toi de la douce, moite, ombreuse
Nuit calme fils ; ô toi qui, aux mortels dolents
Donnes le réconfort, l’oubli douillet de maints
Cruels tourments qui font leur vie âpre et morose;

Secours enfin ce coeur languissant, qui ne trouve
Point de repos, et soulage un corps harassé
Et frêle; vole vers moi, ô sommeil, et viens
Entendre et replier sur moi tes ailes sombres.

Où donc est le silence, que l’éclat du jour
Fait fuir? Où, les songes furtifs, mal assurés,
Dont l’empreinte sans cesse accompagne ta marche?

Las, je t’implore en vain, c’est en vain que je flatte
Ces ombres noires et glacées. Que cette couche
Est rude ! Ô nuits, qu’amèrement vous me poignez !

***

O SONNO…

O sonno, o de la queta, umida, ombrosa
Nolte placido figlio; o de’ mortali
Egri conforto, oblio dolce de’ mali
Si gravi ond’è la vita aspra e noiosa;

Soccorri al core omai, che langue e posa
Non ave, e queste membra stanche e frali
Solleva : a me ten vola, o sonno, e l’ali
Tue brune sovra me distendi e posa.

Ov’è’l silenzio che’l di fugge e’l lume?
E i lievi sogni, che con non secure
Vestigia di seguirti han per costume?

Lasso, che’nvan te chiamo, e queste oscure
E gelide ombre invan lusingo. O piume
D’asprezza colme! o notti acerbe e dure!

(Giovanni Della Casa)

Illustration: John Henry Fuseli

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :