Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ombreux’

J’aime le brouillard (Jacques Chessex)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2018



Illustration: Caroline Duvivier

    

J’aime le brouillard, tu le sais

Ses épaisseurs lumineuses
Ses taches de mort calme dans l’antre du jour

Et tu sais aussi que j’aime le brouillard
parce qu’il ressemble À ce regret qui est en moi
Entre l’heure et la mémoire
Quand j’ai la vertu de regarder ma mort
Les claires ruines et tout l’après
Où je n’aurai plus de structure
Où il n’y aura plus de langage, plus de formes

même ombreuses
Plus d’arête

aucune catégorie dans le vide
Aucun vide du vide

J’aime le brouillard de m’y faire réfléchir
S’il ressemble tant soit peu à ce destin

défaisant mon heure
Dans le vœu de l’instant et du rien

(Jacques Chessex)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Entre le murmuré et le ressenti (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 2 juillet 2017



Illustration: Pal Szinyei-Merse
    
Entre le murmuré
et le ressenti
rompant tout rivage
Calmement se propage
l’ombreux infini
au rythme révélé

Infini autre
Infini tien

Une source se libère
traverse l’aire de chair
se perd au plus loin
Où terre-ciel s’unit
au vol de l’alouette
re-née de son chant

Infini tien
Infini autre

(François Cheng)

 

Recueil: A l’orient de tout
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA CHAPELLE DE TENDRESSE (Armand Robin)

Posted by arbrealettres sur 14 août 2016



LA CHAPELLE DE TENDRESSE

Dans l’ensilencement d’un monde chu en tombe,
Battement de battant, trop tendrement j’ai carillonné,
Me balançant ombreux, ballant tendrement.
Dans l’ombre j’ai oscillé, battement de battant.

(Armand Robin)

Illustration: Siegfried Zademack

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Oh permettez-moi de me fuir (Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2016



Oh permettez-moi de me fuir
et de changer de nom
dans un pays étranger.
Permettez que je fuie sans esprit de retour
la femme ombreuse, la gloire argentée,
et la charité même.

C’est seulement au vide
que s’arrête l’anxiété

(Jean Jouve)

Illustration: Jérôme Guilbot

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :