Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘oméga’

L’OISEAU D’OR DE BRANCUSI (Mina Loy)

Posted by arbrealettres sur 5 avril 2019



Illustration: Constantin Brancusi   
    
L’OISEAU D’OR DE BRANCUSI

Et le jouet
devint l’archétype esthétique

Comme si la patience de quelque Dieu paysan
avait poli et poli
l’Alpha et l’Oméga
de la forme
à partir d’une masse de métal

Orientation dénudée
désempennée déplumée
dans la dynamique du vol
le rythme final
a élagué les extrémités
de crêtes et de serres

L’acte absolu
de l’art
accorda
à la chasteté de la sculpture
‒ nue comme l’arcade d’Osiris –
sein de la révélation

une courbe incandescente
léchée par les flammes chromatiques
dans les labyrinthes du jeu des reflets

L’hyperesthétisme
de ce gong de cuivre affiné
transperce l’air
comme

la lumière agressive
délivre
sa signification

L’immaculée
conception
de l’inaudible oiseau
jaillit
d’une superbe retenue

(Mina Loy)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

À Elle (Jean-Claude Demay)

Posted by arbrealettres sur 25 janvier 2017



À Elle

Pour toi j’inventerai le silence qui parle
Parole se taisant dans l’extinction du dire
Ta voix ressemblera à l’essence d’un râle
Ton souffle sera tel que l’initial soupir

Or ton corps s’unira aux plus pures musiques
Lesquelles ne comprennent en fait aucun son
Tes seins seront pareils aux ombres nostalgiques
Qui ne reflètent pas des ciels les horizons

Et je m’enchanterai à composer − ô nul
Ne peut comprendre enfin leur signification −
Des hymnes provenant des astres qui reculent

Étoiles du néant engendrant les rayons
De ces absents soleils où les riens pullulent
Comme les omégas de la création

Révélant l’infini obscurité du non

(Jean-Claude Demay)

Illustration: Gao Xingjian

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :