Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Orhan Veli)’

J’écoute Istanbul, les yeux fermés (Orhan Veli)

Posted by arbrealettres sur 31 octobre 2016



 

J’écoute Istanbul, les yeux fermés
Une beauté marche sur le trottoir
quolibets, chansons, ballades, moqueries
Quelque chose tombe de sa main
ce doit être une rose
j’écoute Istanbul, les yeux fermés

J’écoute Istanbul, les yeux fermés
Un oiseau bat des ailes autour de ta robe
je sais si ton front est tiède ou frais
si tes lèvres sont humides ou sèches, je sais
Une lune blanche se lève derrière les pins
je perçois tout du battement de ton coeur
j’écoute Istanbul

***

Istanbul’u dinliyorum, gözlerim kapali;
bir yosma geçiyor kaldirimdan ;
küfürler, sarkilar, türküler, lâf atmalar.
Bir sey düsüyor elinden yere;
bir gül olmali;
istanbul’u dinliyorum, gözlerim kapali;

Istanbul’u dinliyorum, gözlerim kapali;
bir kus çirpiniyor eteklerinde ;
almn sicak mi, degil mi, biliyorum ;
dudaklarin islak mi, degil mi, biliyorum;
beyaz bir ay doguyor, fistiklarin arkasindan
kalbinin vurusundan anhyorum;
Istanbul’u dinliyorum.

(Orhan Veli)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vivre n’est pas facile (Orhan Veli)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2016



 

Vivre

I

Vivre n’est pas facile, je le sais bien,
donner son coeur, chanter la femme aimée
à la lumière des étoiles, la nuit, se promener
et, le jour venu, se chauffer aux rayons du soleil
trouver le temps d’aller s’étendre
toute une après-midi sur la colline de Dchamlidja…
— les eaux du Bosphore sont traversées de tant de bleus
pouvoir tout oublier en cet azur

II

Vivre n’est pas facile, je le sais bien
mais voilà
la couche du mort est encore tiède
l’aiguille de la montre avance au poignet
Vivre n’est pas facile, mes amis
mourir non plus

il n’est pas facile de se séparer du monde

***

Yasamak

I

Biliyorum, kolay degil yasamak,
g6nül verip türkü söylemek yâr üstüne ;
yildiz isigmda dolapp geceleri,
gündüzleri gün isigmda ismmak ;
óyle bir firsat bulup yarim gün,
yan gelebilmek Çamlica tepesine…
— bin türlü mavi akar Bogaz’dan —
her seyi unutabilmek maviler içinde.

II

Biliyorum, kolay degil yasamak ;
ama iste
bir olünün hâlâ yatagi sicak,
birinin saati isliyor kolunda.
Yasamak kolay degil ya kardesler,
ölmek de degil ;

kolay degil bu dünyadan ayrilmak.

(Orhan Veli)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La pente (Orhan Veli)

Posted by arbrealettres sur 14 septembre 2016





La pente

Si dans l’au-delà, le soir,
À l’heure de la fermeture de l’usine,
Le chemin qui nous ramènera à la maison
N’est pas aussi raide que celui-ci,
C’est que la mort n’est pas une si mauvaise chose.

(Orhan Veli)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ce monde rend fou (Orhan Veli)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2016




Ce monde rend fou

Ce monde rend fou,
Cette nuit, ces étoiles, cette odeur,
Cet arbre fleuri de pied en cap…

(Orhan Veli)

Illustration: Jean François Millet

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour Istanbul (Orhan Veli)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2016




Pour Istanbul

 

Avril

Impossible
D’écrire un poème
Si tu es amoureux,
Et de ne pas l’écrire
Si on est en avril.

Désirs et souvenirs

Les désirs sont une chose,
Les souvenirs, une autre.
Dis, comment vivre
En ville sans soleil ?

 

Insectes

Ne pense pas,
Désire seulement !
Regarde comme font les insectes.

 

Invitation

J’attends.
Viens par un temps tel
Qu’il soit impossible de renoncer.

(Orhan Veli)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Illusion (Orhan Veli)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



 

Illusion

Je serais libéré d’un amour ancien.
Désormais, belles toutes les femmes,
Neuve ma chemise,
Moi lavé,
Moi rasé,
La paix conclue,
Le printemps venu,
Le soleil réapparu,
Paisibles les gens dans la rue,
Paisible moi aussi.

(Orhan Veli)

Illustration: Svetoslav Stoyanov

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mahmut le rêveur (Orhan Veli)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016




Mahmut le rêveur

Tel est exactement mon boulot,
Chaque matin je peins le ciel,
Pendant que tous vous dormez.
Au réveil, vous le trouvez bleu.
Parfois la mer se déchire,
Vous ignorez qui la recoud ;
C’est moi.
D’autres fois je rêve,
C’est aussi mon boulot ;
J’imagine une tête à ma tête,
J’imagine un estomac à mon estomac,
J’imagine un pied à mon pied,
Je ne sais pas quoi faire.

(Orhan Veli)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cap sur la liberté (Orhan Veli)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2016




Cap sur la liberté

Avant la levée du jour
Quand la mer est encore blanche tu partiras.
Au creux des paumes la volupté d’étreindre les rames,
En toi le bonheur de réaliser quelque chose,
Tu iras.
Dans les remous des filets de pêche tu iras.
Surgissant sur ta route des poissons t’accueilleront,
La joie te prendra.
Tirant les filets,
La mer viendra dans tes mains écaille par écaille ;
À l’heure où se taisent les âmes des mouettes
Dans leurs rochers cimetières,
De tous les horizons brusquement
Un tumulte explosera.
Tout ce que tu voudras :
Sirènes, oiseaux, festivités, fêtes, fiestas ?
Cortèges, grains de riz, voiles de mariée, grand pavois ?
Ohéééé !
Mais qu’est-ce que tu attends ? Jette-toi à la mer.
Tu vas manquer à quelqu’un ? Peu importe.
Ne vois-tu pas la liberté de tous côtés ?
Sois voile, sois rame, sois gouvernail, sois poisson, sois eau,
Va jusqu’où tu pourras.

(Orhan Veli)

Illustration: Vladimir Kush

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Poème de la solitude (Orhan Veli)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2016




Poème de la solitude

lls ne savent pas
ceux qui ne vivent pas seuls
comme le silence fait peur
comme l’homme solitaire se parle
comme il court vers les miroirs
en quête d’un être vivant
Ils ne savent pas

***

Yalnizhk siiri

Bilmezler yalniz yasamiyanlar,
nasil korku verir sessizlik insana;
insan nasil konusur kendisiyle;
nasal kosar aynalara,
bir cana hasret,
bilmezler.

(Orhan Veli)

Illustration: Beatrice Lotta

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aventure (Orhan Veli)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2016




Aventure

J’étais petit, tout petit
j’ai lancé ma ligne à la mer
soudain les poissons se sont assemblés
j’ai vu la mer

J’ai fait un cerf-volant, orné et chamarré,
sa queue était couleur d’arc-en-ciel
soudain je l’ai lancé dans l’air
j’ai vu le ciel

***

Macera

Küçüktüm, küçücüktüm,
oltayi attim denize;
bir üsüsüverdi baliklar,
denizi gördüm.

Bir uçurtma yaptim, telli duvakli;
kuyrugu ebem kusagi renginde;
bir saliverdim gökyüzüne;
gökyüzünü gördüm.

(Orhan Veli)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :