Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘orienter’

Les bras (Patrick Le Divenah)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2018




    
Les bras

elle avait une façon de laisser les bras
accompagner le déplacement de son corps
qui désarmait toute analyse et disait, fort
bien, que la marche existe ailleurs que dans les pas

c’est de l’épaule que partait la courbe libre
volontaire et l’oeil commençait juste à la suivre
que déjà l’évasement du coude passé
le dessin se perdait dans l’isthme du poignet

jamais telle douceur n’avait paru plus ferme
ni l’évidence d’une peau plus éclatante
parcours sans faute d’une ligne dont la pente

pouvait surprendre par un geste qui la ferme
puis qui de nouveau l’ouvre et de nouveau l’oriente
écart inattendu qui comble notre attente

(Patrick Le Divenah)

 

Recueil: Blasons du corps féminin
Traduction:
Editions: L’Échappée Belle

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La girouette (Albert Lozeau)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2016



La girouette

La girouette au bout du pignon tourne au vent ;
Et selon que le vent la caresse ou la fouette,
Plus ou moins vite, on voit, tourner la girouette,
Sa pointe en tous les sens et sans cesse en avant.

Du nord au sud, de l’est à l’ouest, elle vire
En décrivant un rond qui s’efface dans l’air ;
Parfois, elle s’arrête, et de son doigt de fer
Désigne longuement un objet qui l’attire.

La girouette oscille et fait un demi-tour,
Elle hésite, on dirait qu’elle a peur de l’espace ;
Elle se meut de droite à gauche au vent qui passe :
Attentive, elle écoute et regarde alentour.

Voici que tout à coup un souffle la bouscule ;
Elle tourne, et s’arrête encore brusquement,
Comme prise soudain d’un grand étonnement…
Puis, recommence son manège minuscule.

Je ne me moque point de ses tours et ses sauts,
Ainsi qu’elle, mon cœur est une girouette ;
Le jour furtif l’émeut, l’agite et l’inquiète,
L’orientant toujours vers des rêves nouveaux.

Il lui montre à plein ciel les bonheurs qu’il envie,
Mais il ne lui permet jamais de les goûter ;
Lui dont le seul désir serait de s’arrêter,
Il tourne, hélas ! il tournera toute la vie !…

(Albert Lozeau)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je déteste qu’on attende du réel quelque chose comme un sens (Pascal Quignard)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2016



Je déteste qu’on attende du réel quelque chose comme un sens.
C’est déjà une façon de tricher avec le monde.

L’altérité me paraît bien plus proche de ce que la vie offre à vivre que cette question.
Le sens, c’est toujours orienter l’action ou le temps dans une seule direction
imposée par un groupe qui se considère comme le meilleur.
Réclamer du sens, c’est faire surgir un monde trop sémantique, trop orienté,
c’est faire de l’autre en tant qu’être différent un ennemi, c’est vouloir l’exterminer.

Tandis que prôner un monde uniquement anxieux de l’autre,
c’est une façon d’accueillir un réel bien plus dynamique.
Les sociétés perdues et perplexes ne posent pas de problème.
Apporter du sens, c’est se boucher la vue.

Si l’on vit avec quelqu’un que l’on aime, si on lui dit:
«C’est pour ça que je t’aime, voilà le sens de mon amour»,
il faut fuir car c’est déjà de la trahison.
On n’est pas pour une raison avec quelqu’un, on est face à lui, face à son étrangeté.
Le fait de se réunir sur ce qu’on ignore de l’autre est pour moi bien plus important
que de prétendre connaître quelque chose de l’autre.

(Pascal Quignard)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le fil n’est pas cassé (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2016


cerf-volant

Le fil n’est pas cassé,
un cerf-volant nous oriente.

(Pierre Dhainaut)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

L’étoile immobile (Henri Bosco)

Posted by arbrealettres sur 14 décembre 2015




Ta planète voyage
et emporte ta vie,
Mais l’étoile
immobile
oriente ton âme.

(Henri Bosco)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sa tête sombre entre ses mains (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2015



D’un grand geste dernière flamme
Il a chassé cette beauté
Qui l’orientait

L’été latent fini
Grise naissance au ciel flottant
De fleurs surprises par la nuit
Par l’affreuse mort de la terre

Comme une porte qui s’abat
Entre deux prisons éternelles
Sa tête sombre entre ses mains.

(Paul Eluard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :