Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ornière’

DE LA DÉCEPTION QUOTIDIENNE (André Berry)

Posted by arbrealettres sur 7 novembre 2018



Illustration: Stéphane Texereau
    
DE LA DÉCEPTION QUOTIDIENNE

Toujours la même erreur et sa persévérance!
Dans l’ornière engagé,
Toujours les mêmes pas, du matin d’espérance
Au soir découragé!

(André Berry)

 

Recueil: Poèmes involontaires suivi du Petit Ecclésiaste
Traduction:
Editions: René Julliard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Brume du soir (Issa)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2018


 

 

Brume du soir
Le cheval se souvient
De l’ornière du pont

(Issa)

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

S’envoler (Serge Pey)

Posted by arbrealettres sur 20 août 2018



Gurbuz Dogan Eksioglu - Istambul, TURKEY (26)

1. S’envoler
2. est la condition
3. première
4. de l’absence de
5. l’oiseau
6. qui crée le ciel sur son
7. dos
8. Tourner est
9. la condition première
10. de l’absence de la
11. roue
12. qui fonde l’ornière
13. Un chariot d’étoiles
14. est passé par là
15. Mourir est la
16. condition dernière
17. de l’absence de la
18. mort
19. qui crée le monde
20. Un drap devient la
21. lumière quand nous
22. pleurons

(Serge Pey)

Illustration: Gurbuz Dogan Eksioglu

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

WATTEAU (Théophile Gautier)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2018



 

Antoine Watteau

WATTEAU

Devers Paris, un soir, dans la campagne,
J’allais suivant l’ornière d’un chemin,
Seul avec moi, n’ayant d’autre compagne
Que ma douleur qui me donnait la main.

L’aspect des champs était sévère et morne,
En harmonie avec l’aspect des cieux,
Rien n’était vert sur la plaine sans borne,
Hormis un parc planté d’arbres très vieux.

Je regardai bien longtemps par la grille ;
C’était un parc dans le goût de Watteau :
Ormes fluets, ifs noirs, verte charmille,
Sentiers peignés et tirés au cordeau.

Je m’en allai l’âme triste et ravie ;
En regardant, j’avais compris cela :
Que j’étais près du rêve de ma vie,
Que mon bonheur était enfermé là.

(Théophile Gautier)

Illustration: Antoine Watteau

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ET D’UN AUTOMNE ENCORE (René Guyomard)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2018



ET D’UN AUTOMNE ENCORE

Nous avions oublié les ruines de l’automne
Les grands châteaux du soir emportés dans le ciel
Les chevaux dénoués l’écume flagellée
Et la bête mourant dans l’ornière luisante

Nous avions oublié sous ces mains de fougère
L’âcre odeur on ne sait d’hier ou de demain

Nous avions oublié sentinelle de brume
Sur les confins de terres vaines le chasseur
Qui va percer au coeur le dimanche immobile

Nous avions oublié les vitres sans chemin
Où brodent pour nos fronts la buée et le songe
Sur un sable plus blanc les barques renversées
Et le temps se parlant dans sa langue d’aïeul

Nous avions oublié cette flamme dernière
De l’arbre du regard de la mer et du jour
Et le doigt patient qui tisse maille à maille
Une cage de vide autour d’un oiseau mort.

(René Guyomard)

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MAUVAIS ABRI (Pierre Morhange)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2018



MAUVAIS ABRI

Dans tout ce lieu
Le grand air comme un oiseau
Heurte les murs et l’eau.

Me traîne
L’ornière
Aux oreilles de lièvre,
Je suis un peu sauvage et roux.

Et comme des tombereaux
Avec des gouttes à leurs roues,
Les hommes tracent leurs vies eux-mêmes.

Et près d’une lessive, dans un îlot
D’arbres aux vertes flammes de tristesse
Une femme plutôt blême
Travaille et songe,
Soupirant à peine,
Plus active que le temps.

(Pierre Morhange)


Illustration: Josiane Couret

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’USAGE DE LA PAROLE (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2018



L’USAGE DE LA PAROLE

Ce qui reste c’est l’aubier sédimentaire
Des hontes bues
C’est entre les paillers roussis
La ronde des enfants pauvres
C’est le tâtonnement du petit jour
Sur les plèvres endormies
Ce qui reste ce qui monte
C’est la fumée noire qui partage le jour
C’est la main calcinée qui surgit encore des laves
C’est la voix qui n’a rien à dire
Et fleurit obstinément parmi les pierres
Rien à dire car l’ombre des mots est mortelle
Et descend toujours plus bas
Sous les ornières des canons
Ce qui reste c’est
Deux bras
Deux jambes
Qui s’ignorent
Une tête admirablement vide
Qui va son chemin.

(Jean Rousselot)

Illustration: Hans Thoma

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AURORE (Philippe Delaveau)

Posted by arbrealettres sur 28 février 2018




    
AURORE

Voici la plus belle heure, les arbres
Sont roses dans le jour qui se lève.
Les parfums n’ont encore épuisé leurs timides
Secrets, dans le lacis des herbes, parmi les fleurs.
Alors le soleil blanc et rond quitte son écurie
Perdue dans la douceur du ciel au-dessus de la crête
Des arbres centenaires. Le lourd charroi qu’il tire
De la chaleur d’été d’où tombe le foin rouge,
S’engage sur l’ornière de la Loire jusqu’au soir des collines,
Que des merles, des hirondelles, veillent de leurs cris.

(Philippe Delaveau)

 

Recueil: Le Veilleur amoureux précédé d’Eucharis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme cette feuille de ginkgo (Lambert Schlechter)

Posted by arbrealettres sur 9 février 2018




    
comme cette feuille de ginkgo
transie dans une flaque gelée

tu n’es qu’une gaffe de l’existence
un faux pas dans le liseré des ornières

comme une averse de pierraille
des phrases ready made te tombent dessus

t’ensevelissent, monticule sans nom
dans une moraine infiniment banale

mais palpiter, ô comme tu y tiens

(Lambert Schlechter)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous n’avons rien retenu (René Char)

Posted by arbrealettres sur 1 janvier 2018



Nous n’avons rien retenu
Des leçons de l’ornière et des taches
Du rythme et du calcul

(René Char)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :