Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘Orphée’

Les maisons croissent (Alexandre Blok)

Posted by arbrealettres sur 11 décembre 2017




    
Les maisons croissent comme désirs,
Mais jette un regard en arrière :
A la place d’une blanche bâtisse,
Ce n’est plus que fumée fétide.

Ainsi toutes choses permutent,
Et s’élèvent imperceptiblement.
Orphée, tu perdis ton épouse —
Qui t’a dit : «Regarde en arrière» ?

Le visage recouvert de blanc,
En criant, dans le torrent je tombe.
On verra se pencher sur mon corps
Une fleur de ruisseau parfumée.

(Alexandre Blok)

 

Recueil: Le Monde terrible
Traduction:Pierre Léon
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui avait dit (Ebba Lindqvist)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2017



Illustration: Bryson Burroughs
    
Qui avait dit que je voulais te suivre, Orphée ?
Pourquoi étais-tu si sûr de me chercher ici ?
De me forcer pas à pas en arrière ?

[…]

Je choisis de vivre dans l’Hadès.
Ce ne fut pas le serpent qui me choisit.
Ce fut moi qui choisis le serpent.

Je le vis dans la prairie entre les fleurs.
Je désirai le venin.
D’abord ici, au pays des ténèbres,
j’ai la force de vivre.

(Ebba Lindqvist)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Corps penché sur soi (Jean-Marie Barnaud)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2017



Illustration: Chagall
    
Corps penché sur soi
c’est l’âme qui sonde
ses dépouilles
et demande ce que pèse
l’intime
L’âme qui rêve questionne :

Orphée ramènera-t-il
de si loin qu’il écrive
un texte monde
qui enchante son vertige

(Jean-Marie Barnaud)

 

Recueil: Fragments d’un corps incertain
Editions: Cheyne

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Odilon Redon (José Ángel Valente)

Posted by arbrealettres sur 10 décembre 2015



 

Odilon Redon

Toi qui posas sur le songe d’Orphée,
comme celui qui aurait déposé des anémones
sur la forme non visible de l’air,
une tendresse si solitaire,
Odilon Redon,
secret, soudain, continu : l’oeil
comme un ballon étrange,
monte vers l’infini.

***

Odilon Redon

Tú que pusiste sobre el sueño de Orfeo,
como quien en el pecho no visible del aire
depositase anémonas,
una tan solitaria ternura,
Odilon Redon,
secreto y súbito y continuo : el ojo,
como un extraño globo,
sube hacia lo infinito.

(José Ángel Valente)

Illustration: Odilon Redon

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chanson du départ (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2015



Chanson du départ

Adieu assis au sol,
Orphée à la voltige
Poète en panier magique
Filons sans fil aux ailes
Sans rimes ni vertige
Sans gants de filoselle
Sans regrets ni trompettes
Sans tambours ni violoncelles.

(Georges-Emmanuel Clancier)

Illustration: Andrew Wyeth

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :