Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘oscillation’

Un port est un séjour charmant (Charles Baudelaire)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2018



Un port est un séjour charmant
pour une âme fatiguée des luttes de la vie.
L’ampleur du ciel,
l’architecture mobile des nuages,
les colorations changeantes de la mer,
le scintillement des phares,
sont un prisme merveilleusement propre
à amuser les yeux sans jamais les lasser.
Les formes élancées des navires, au gréement compliqué,
auxquels la houle imprime des oscillations harmonieuses,
servent à entretenir dans l’âme le goût du rythme et de la beauté.
Et puis, surtout, il y a une sorte de plaisir mystérieux et aristocratique
pour celui qui n’a plus ni curiosité ni ambition, à contempler,
couché dans le belvédère ou accoudé sur le môle,
tous ces mouvements de ceux qui partent et de ceux qui reviennent,
de ceux qui ont encore la force de vouloir, le désir de voyager ou de s’enrichir.

(Charles Baudelaire)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

LE SENS DU MONDE (Pascal Bonetti)

Posted by arbrealettres sur 20 juin 2016




LE SENS DU MONDE

Mais au fond n’est-ce pas cela le sens du monde ?
Cette oscillation permanente et sans fin
De l’âme humaine entre l’enfer et le divin,
De l’angoisse à l’espoir et du pur à l’immonde…

Ces cadences de haine et d’amour, ces combats
Sans répit ni repos du soleil et de l’ombre,
Ces luttes sans merci de l’unique et du nombre,
Ces éternels coups d’aile et ces pas dans les pas ?

— Oui, nous sommes d’un temps qui ne tire trophée
Que de la boue, et du seul mal fait son butin,
C’est vrai ! Garde pourtant ta foi dans le destin !
Danse comme David ! Et chante comme Orphée !

Mais, plus sage que lui, va droit à l’avenir !
Pour qu’en tes yeux encor la grâce resplendisse,
Ne te retourne pas, tu perdrais Eurydice !
Sois de ceux que la nuit n’oserait retenir !

Car ce qui fut ne fut que pour ce qui doit être
Et le sens de ce monde en l’impassible azur
C’est d’aller à sa mort en le sachant, mais sûr
Que de sa cendre, un jour, le Jour devra renaître.

(Pascal Bonetti)

Illustration: Janice VanCronkhite

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TEL QU’EN SONGE IL EST UN PORT… (Henri de Régnier)

Posted by arbrealettres sur 11 octobre 2015



 

Christian Broutin -mt-saint-Michel

TEL QU’EN SONGE IL EST UN PORT…

Il est un port
Avec des eaux d’huiles, de moires et d’or
Et des quais de marbre le long des bassins calmes,
Si calmes
Qu’on voit sur le fond qui s ‘ensable
Passer des poissons d’ombre et d’or
Parmi les algues,
Et la proue à jamais y mire dans l’eau stable
La Tête qui l’orne et s’endort
Au bruit du vent qui pousse sur les dalles
Du quai de marbre
Des poussières de sable d’or.

Il est un port.
Le silence y somnole entre des quais de songe.
Le passé en algues s ‘allonge
Aux oscillations lentes des poissons d’or ;
Le souvenir s’ensable d’oubli et l’ombre
Du soir est toute tiède du jour mort.
Qu’il soit un port
Où l’orgueil à la proue y dorme en l’eau qui dort !

(Henri de Régnier)

Illustration: Christian Broutin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :