Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Ossip Mandelstam)’

Sur le fuseau de nacre (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2020



Sur le fuseau de nacre
Tendant le fil de soie,
Doigts souples commencez
L’envoûtante leçon !

Le flux et le reflux des mains,
Leurs gestes monotones
Comme si tu exorcisais
Je ne sais quel effroi solaire,

Lorsque ta large paume,
Pareille au coquillage flamboyant
Tantôt s’éteint, vers les ombres tombant,
Et tantôt disparaît dans le feu rose !

(Ossip Mandelstam)


Illustration: Vermeer de Delft

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quelle heure est-il ? (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2020



Non, ce n’est pas la lune, c’est un cadran lumineux
Qui brille, et suis-je coupable si je peux
Des faibles étoiles palper la laiteuse clarté ?
Que m’est odieuse la morgue de Batiouchkov :
Comme on lui demandait ici « quelle heure est-il ? »
Il répliqua d’un étrange « l’éternité ».

(Ossip Mandelstam)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ô ciel (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2020



Ô ciel, ciel, tu vas en rêve m’apparaître !
Il n’est pas possible que tu sois devenu tout à fait aveugle,
Et que le jour ait brûlé comme une page blanche :
Un peu de fumée et un peu de cendre !

(Ossip Mandelstam)


Illustration: William Blake

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

De l’ultime étoile (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2020



De l’ultime étoile s’éteint sans douleur la piqûre,
Le matin, grise hirondelle, se cogne à la croisée,
Et le jour lent, boeuf de son lit de paille s’éveillant,
Secoue le long sommeil parmi les places hérissées.

(Ossip Mandelstam)


Illustration: Lydie Boyer-Wagner

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Où me conduit-on (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2020



La démarche des chevaux est si lente
Et la flamme des lanternes si pauvre !
Où me conduit-on, je me le demande,
Ces inconnus, probablement, le savent.

Je m’abandonne à leur sollicitude,
Le froid me gagne, et aussi le sommeil ;
Dans un tournant un cahot m’a jeté
Le rayon d’une étoile en plein front.

De la tête en feu le balancement,
La glace tendre de doigts inconnus,
Et les sombres sapins, leurs silhouettes
De mon regard encore inaperçues.

(Ossip Mandelstam)


Illustration: Félix Hilaire Buhot

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tremblement de libellules (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2020



Plus lente, la ruche neigeuse,
Et le cristal des fenêtres plus transparent.
Sur la chaise négligemment
Est posé le voile turquoise.

Ivre de son ébriété
Et comme ignorée de l’hiver,
Attendrie par la caresse de la lumière,
L’étoffe savoure l’été.

Si la froide éternité pleut
Au fond du diamant glacial,
Ce n’est ici que tremblement de libellules
Promptes à vivre et aux yeux bleus.

(Ossip Mandelstam)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pourquoi si peu de musique (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2020



Les feuilles au souffle confus,
Le vent noir les fait frissonner
Et l’hirondelle frémissante
Trace un cercle dans le ciel sombre.

La ténèbre qui s’épaissit
Discute en mon coeur doucement
(Mon tendre coeur agonisant)
Avec le rayon qui s’éteint.

Sur la forêt qu’enveloppe le soir
Paraît une lune de cuivre.
Mais pourquoi si peu de musique
Quand il fait un si grand silence ?

(Ossip Mandelstam)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Et moi je brûlerai pour toi (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2020




Tes frêles épaules rougiront sous les fouets,
Rougiront sous les fouets, brûleront dans le gel.
Tes mains d’enfant soulèveront des fers,
Soulèveront des fers et tresseront des cordes.
Tes tendres pieds iront nus sur du verre,
Iront nus sur du verre dans le sable sanglant.
Et moi je brûlerai pour toi comme un cierge noir,
Comme un cierge noir, et il me sera défendu de prier.

(Ossip Mandelstam)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lorsque parait la lune citadine (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2020




Lorsque parait la lune citadine sur les places
Et la ville assoupie s’en illumine lentement,
Et la nuit s’épaissit, pleine de cuivre et de mélancolie,
Et la cire mélodieuse au temps cruel fait place;

Et le coucou gémit au sommet de sa tour de pierre,
Et la blême moissonneuse, en ce monde sans souffle descendue,
Fait bruire doucement les énormes aiguilles d’ombres
Et répand la paille jaune sur le plancher de bois…

(Ossip Mandelstam)


Illustration: Alina Maksimenko

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ainsi repose (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2020



Des causes nous buvons l’enchaînement trompeur
Dans des coupes, pestilentielles stalactites,
Et nous touchons armés de crochets des grandeurs,
Qui sont, comme une mort facile, si petites.
Et l’enfant garde le silence
Quand les jonchets sont ensemble jetés —
Ainsi repose un univers immense
Dans le berceau d’une petite éternité.

(Ossip Mandelstam)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :