Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘pagode’

Il n’est pas de faute irrémissible pour son amour (Philippe Delaveau)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2018


Modigliani

Nous avons cru notre corps immortel
Et le paysage inchangé,
La terre insoucieuse, les murs inébranlables.

Nous avons oublié que meurent sous nos yeux les saisons,
Près des pagodes noires de la forêt,
Dans la dignité du silence.
Les saisons sans actions, sans geste, sans parole,
Chacun léger, si léger. Les nations,
Des gouttes qui s’égarent
Sur la paroi du seau.

Le temps
Fébrilement sépare, mais un souffle suffit
Pour nous unir, dépassant notre ardeur.
L’espérance nous rend graves. Il n’est pas
De faute irrémissible pour son amour.

(Philippe Delaveau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Japoneries (Paul Morin)

Posted by arbrealettres sur 26 avril 2018



 

Abraxsis Der Jen 21 [1280x768]

Japoneries

J’ai peint ces vers sur la soierie
D’un frêle éventail japonais,
Où courait une broderie
De fils d’or, de nacre et de jais:

Nid de polychromes mousmées
Dont les silhouettes s’en vont,
Grêles, mignardes et grimées,
Se perdre au clair de lune blond;

Fantasque pays d’hippogriffes
Dont les temples d’ocre vêtus
Et flanqués de monstres à griffes
Jaillissent, bulbeux ou pointus,

Et se reflètent dans la moire
Azuréenne d’un bassin
D’onyx rose ou de pâle ivoire,
De granit rouge ou de succin;

Rafales nippones, fleuries
De la neige des fleurs de thé
Que moissonne aux branches meurtries
Le vent nocturne de l’été;

Pagodes bizarres, dieux blêmes,
Geishas en robe de crépon,
Jardins gemmés de chrysanthèmes
D’iris, de jonquilles… Japon!

Pays où la brise sans trêve
Berce les lotus et les lis,
Pays secret d’extrême rêve
Peuplé de flamants et d’ibis;

Petit empire aux vertes rives,
Sensuel, bigarré, charmant,
Tu me déplais et me captives,
Tout chez toi me semble alarmant,

Et le vif carmin de ta lèvre,
Et tes masques et tes chansons…
Petit empire des frissons,
Des frissons d’angoisse et de fièvre
Dont meurent, au matin pâli,
Tes mille et une Butterfly…

(Paul Morin)

Illustration: Abraxsis Der Jen

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

UN POÈTE RIT DANS SON BATEAU (Textes chinois)

Posted by arbrealettres sur 8 avril 2018




    
UN POÈTE RIT DANS SON BATEAU
Ouan-Tsi

Le petit lac, pur et tranquille,
ressemble à une tasse remplie d’eau.

Sur ses rives, les bambous ont des formes de cabanes,
et les arbres, au-dessus, font des toitures vertes.

Et les grands rochers pointus, posés au milieu des fleurs,
ressemblent à des pagodes.

Je laisse mon bateau, glisser doucement sur l’eau,
et je souris, de voir la nature, imiter ainsi les hommes.

(Textes chinois)

 

Recueil: Le Livre de Jade
Traduction: Judith Gautier
Editions: Plon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHANT D’AMOUR (La Flûte de Jade)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2018



chine-femme-c [1280x768]

CHANT D’AMOUR

Tes mains sont deux fleurs de lan.
Tes pieds sont deux lotus.
Tes joues sont deux oranges de Kiang-ngan.
Ton parfum est celui du printemps.

Ta voix est plus séduisante
que le chant de la brise dans les saules qui reverdissent.
Ton haleine est plus grisante
que l’odeur d’une pagode où brûlent des aromates.

Tu es plus belle
qu’une fleur d’abricotier arrosée de lune.
Tu es toutes les fleurs, tous les parfums.
Tu es la splendeur du monde.

Lorsque je pense à toi, je n’envie plus les Dieux.

(La Flûte de Jade)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Je me repais de bruyères … (Tadeusz Miciński)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2017



 

Nicholas Roerich. Song of Shambhala

Je me repais de bruyères …

Je me repais de bruyères, de fougères de cuivre,
m’abreuve du soleil d’argent et de l’azur profond.
Les torrents qui débordent —
coulent — par la vallée —
ils s’unissent et confluent —
s’égouttent — à travers les neiges, les rocs —
laissant leur sein diminuer —
leurs épaules se pressent contre les nuages.
Mon âme vole autour des sommets de l’Himalaya —
autour de villes fortifiées —
de pagodes que le cœur seul connaît —
depuis un cloître endormi — j’observe la mer,
mon regard se porte vers le Nirvana céleste, doré et miroitant —
vers les granites noirs, insondables, écumants.

(Tadeusz Miciński)

Découvert ici : poetespolonais

Illustration: Nicholas Roerich

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Arbre (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 13 novembre 2017




L’Arbre

Il y a l’arbre à lait,
L’arbre à sel, l’arbre à pain.
Il y a l’arbre saint
Et l’arbre à chapelet.

Et puis l’arbre à cannelle,
A grives, à papier;
L’odorant muscadier
Qui est l’arbre à chandelles.

Le figuier des pagodes
Qui se lave au soleil,
L’arbre des antipodes
Qui a toujours sommeil.

Il y a l’arbre à beurre,
L’arbre à chou, l’arbre aux fables.
Le sablier du diable.
L’arbre du Dieu sauveur.

Mais chez nous, au matin,
Rit un arbre qui compte
Sur ses doigts les colombes
Neigeant sur le jardin.

(Maurice Carême)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sanctuaire d’Asie (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 21 juillet 2017




    
Sanctuaire d’Asie

J’abriterai dans mon sanctuaire d’Asie
Mon éternel besoin d’ombre et de poésie.

Là-bas, guettant les mille et trois Dieux aux pieds d’or
Des prêtres, jour et nuit, veillent sur leur trésor.

Oui, désespérément, je fixe mon. exode
Vers ce refuge énorme et sombre de pagode,

Où, dressant vers le ciel les lotus léthéens,
Les étangs dorment leurs sommeils paludéens.

(Renée Vivien)

 

Recueil: Dans un coin de violettes
Editions: E. SANSOT & Cie

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le temple de Da Qin (Yang Yong Yi)

Posted by arbrealettres sur 9 novembre 2016



 

Le temple de Da Qin

Le temple est en ruines,
La peine de ceux qui l’ont construit
Est maintenant vaine.

Le fidèle ne vient plus,
Et dans ses cours, seuls la paix et le calme résident.

Les mousses vertes et douces recouvrent chaque tuile
Et les couleurs du toit sont passées.

Pourtant, la pagode reste debout,
Tour élancée
D’un blanc éblouissant dans la lumière du soir.

Les nuages ensevelissent la vallée,
Un oiseau solitaire regagne sa demeure,
Sa demeure dans la montagne.

Le crépuscule recouvre la terre,
Tournant la fumée en gris argenté.

Les jours sont passés,
Le rêve est fini.

Maintenant je dois méditer sur l’eau, propre et pure

(Yang Yong Yi)

Wikipedia: Pagode Da Qin

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur le temple de Da Qin (Su Tong-po)

Posted by arbrealettres sur 1 novembre 2016




Sur le temple de Da Qin

Les rivières coulent, étincelantes, vastes, paisibles,
S’écoulant des contreforts des montagnes vertes.

Dans le lointain j’entraperçois une pagode
Solitaire, qui s’élève droit devant les montagnes.

(Su Tong-po)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Là, où il n’y a pas de route Qui peut se perdre? (Heather Dohollau)

Posted by arbrealettres sur 1 octobre 2016


tableaux_tbl_id15

Monsieur et Madame Wong
Habitaient la tapisserie
Dans le calme du nombre
Le salon fut un lac
Entouré de roseaux d’or
Où perçaient les pagodes
Si le réel fut peu sûr
L’imaginaire était sauf
Là, où il n’y a pas de route
Qui peut se perdre?

(Heather Dohollau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :