Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘palier’

Lumière lumineuse (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2019



Hommage aux anges
[25]

… du n’a que faire
de la lune pour luire,

car minute après minute il cliquait
(le réveil à la tête de mon lit,

avec son disque terne, lumineux)
quand la Dame a frappé ;

Je parlais, bavardais
avec des amis dans l’autre pièce,

quand nous avons vu le vestibule
s’éclairer — alors nous avons vu où était la porte,

il n’y avait pas de porte
(c’était un rêve, évidemment),

et elle se tenait là,
en fait, sur le palier de l’escalier.

[26]

L’un de nous a dit, c’est étrange,
elle est vraiment là-bas,

je me demande ce qui l’a fait venir ?
un autre d’entre nous a dit,

avons-nous un pouvoir en groupe,
nous trois ensemble,

qui agisse comme une sorte d’aimant,
qui attire le surnaturel ?

(et pourtant c’était tout à fait naturel,
nous en convenions) ;

j’ignore ce que j’ai dit
ou si j’ai dit quelque chose,

car avant d’avoir le temps de parler,
j’ai compris que j’avais rêvé,

que j’étais alors couchée sur mon lit,
que la lumière lumineuse

était le cadran phosphorescent
de mon petit réveil

et les coups légers à la porte
étaient le tictac du réveil.

[27]

Et pourtant de façon très subtile,
elle était là plus que jamais,

comme si elle s’était miraculeusement
rattachée au temps d’ici,

ce qui n’est pas une chose facile, difficile
même pour un étranger plein d’expérience,

à propos desquels n’oubliez pas
car il y en a eu qui ont logé des Anges sans le savoir.

***

… of the no need
of the moon to shine in it,

for it was ticking minute by minute
(the clock at my bed-head,

with its dim, luminous disc)
when the Lady knocked;

I was talking casually
with friends in the other room,

when we saw the outer hall
grow lighter—then we saw where the door was,

there was no door
(this was a dream of course),

and she was standing there,
actually, at the turn of the stair.

One of us said, how odd,
she is actually standing there,

I wonder what brought her?
another of us said,

have we some power between us,
we three together,

that acts as a sort of magnet,
that attracts the super-natural?

(yet it was all natural enough,
we agreed) ;

I do not know what I said
or if I said anything,

for before I had time to speak,
I realized I had been dreaming,

that I lay awake now on my bed,
that the luminous light

was the phosphorescent face
of my little clock

and the faint knocking
was the clock ticking.

And yet in some very subtle way,
she was there more than ever,

as if she had miraculously
related herself to time here,

which is no easy trick, difficult
even for the experienced stranger,

of whom we must be not forgetful
for some have entertained angels unawares.

(Hilda Doolittle)

Illustration: Marc Chagall

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et puis dans ma Raison (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 16 décembre 2018



Et puis dans ma Raison une Planche a craqué
Et je suis tombée bas, de plus en plus bas –
Et j’ai heurté un Monde, à chaque palier,
Et cessé de savoir – à ce moment là –

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bien lesté (Daniel Deleuze)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2018




    
Bien lesté
en apnée
en vous, Désirée,
je plonge,
puis par paliers
remonte lentement.
Malgré ce
l’ivresse de profondeurs
me gagne.
Et par la queue,
comme un hippocampe,
je m’accroche
aux branches
de votre corail
et rends visite
à votre nacre cachée.

(Daniel Deleuze)

 

Recueil: Courtoises frimousses avec fleurs précédé de Troubadour de service
Traduction:
Editions: Tarabuste

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE LABOUREUR ET SES ENFANTS (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2018




    
LE LABOUREUR ET SES ENFANTS

Pas de trésor caché dedans
Pas plus que dans mon poing qui meurt
De source claire
Rien sur le dos ni sous la paume de la terre
Rien à gratter sur l’oeuf en plâtre de la terre
Plus de petits poussins tremblants dans les sentiers
Plus de femme en peignoir à fleurs sur le palier
Plus de foule au balcon pour voir passer la foule
Plus de mousse qui perle et de pierre qui roule
Plus de chalands à quai
Plus de lustres au plafond
Plus de zéro de conduite et de leçons
Plus rien qui vaille encor la peine de distraire
Ce temps de nous
A la veille de la misère.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Poésie la vie entière
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à la valise (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2017




    
retouche à la valise

En attente sur le palier
avec ses coins de cuivre
ses rides
la trace d’un couteau
les étiquettes plus fortes que des marcs
elle appelle une main qui fur heureuse
et se souvient

mais ne sait plus très bien
si elle s’en va si elle revient.

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: Les dessous du ciel
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les meubles craquent (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2016



 

Les meubles craquent
Le palier crie
Qu’est-ce donc qui s’en va ?

(Jean Tardieu)

Illustration: John Atkinson Grimshaw

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Timidité (Pierre Reverdy)

Posted by arbrealettres sur 19 juillet 2016



Sur le palier,
plus haut que les marches qu’il n’a pas su compter,
il hésite et, plus heureux qu’après une grande victoire,
il redescend sans avoir seulement effleuré
de sa main lâche le cordon
auquel il aurait plutôt pendu son cou.

(Pierre Reverdy)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Elle avait monté l’escalier (Axel Toursky)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2016




PEUR

Elle avait monté l’escalier
D’un pas étonnamment uni,
Sans escales ni haltes ni
Faire le guet sur le palier.

Entre cent prudences profondes,
Peut-être avait-elle eu, d’en bas,
La ruse de calquer son pas
Sur le passage des secondes,

Et suivi l’heure de si près
Qu’elle montait avec le temps
Comme une bête avance dans
L’ascendante houle des prés.

A ce moment, j’avais heurté
Vaguement le piège imprévu
Que nous tendait la lampe, et vu
Tes mains prises dans la clarté.

Puis ce fut la chute d’un livre,
Et quelque chose est arrivé,
Qui nous a fait tous deux lever
Quand tu m’as proposé de vivre !

(Axel Toursky)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Au grand jardin de l’attente (Michel Deguy)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2016



buis en boule

Au grand jardin de l’attente
Où croît la rose des vents
Un arbre ouvre des bras de cigogne
J’entends son souffle régulier sa grande brasse
J’entends le jour couler entre ses doigts

Au grand jardin de l’attente
Un buis fait la roue

Au grand palier de l’attente
Où battent les portes du temps
Sous l’abri des yeux brusques
L’être trouve un toit de songe
El tu sortais assis au pied de l’arbre
Où le vent fait un toit de murmures
Au grand palier de l’attente
Où battent les portes du temps

L’arbre très au-dessus de nous
Qui tend sa voix brisée dès le commencement
C’était un soir pareil

(Michel Deguy)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il avait ressuscité l’homme (Guy Lévis Mano)

Posted by arbrealettres sur 31 décembre 2014



 

Otto Dix

Il avait ressuscité l’homme. Il marchait à sa droite.
La parole de l’homme était trop haute et trop basse, avec de larges paliers de silence.
Alors il marcha à sa gauche. Et vit que la joue gauche de l’homme était couleur de terre.
Il se dit : il était temps. Encore un peu et la terre eût plaqué sur tout le corps sa teinte.
Il ne faut pas laisser le temps à la terre. Cet homme va toujours traîner un peu de mort sur lui…

(Guy Lévis Mano)

Illustration: Otto Dix

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :