Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Paol Keineg)’

Mille hectares (Paol Keineg)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2018



Illustration: Désiré François Laugée
    
Mille hectares de crise de nerfs.
C’est un gros travail d’avoir,renoncé à la tragédie.
Dans l’état où on est, à genoux dans les choux.

Lessives de ma mère d’autrefois, blanc éclatant,
gouttes qui filent : on s’y frappe la figure en courant le long du fil.
Elles endossent des formes légères,
prenent vie sous les doigts.
J’ai été là, c’est sûr.

(Paol Keineg)

 

Recueil: Là, et pas là
Traduction:
Editions: Le temps qu’il fait

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je vous parle du temps (Paol Keineg)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2018



Je vous parle du temps où l’on bâtissait les forêts
du temps où chaque fleur nouveau-née
recevait des hommes
le sel du langage…

(Paol Keineg)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Iseut (Paol Keineg)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2017



Alain Delafosse  Izenah

Iseut, comme une levée de galets,
comme une île à chèvres et à cormorans qui tiendrait
boutique en avant des terres,
ô mon île aux chevaux dans le chenal du temps.
Iseut millénaire polie par la mitraille des pluies,
je n’ai pas parcouru tes lichens, tes falaises compliquées,
pas encore, pas assez,
tes alluvions, tes allusions, tes digues
et le charivari du varech, la pourpre des îles, les naufragés,
et l’eau étrillée dans les trous à langoustes, les dundees et les mouettes,
Kerroc’h, Kerradenn, Keravel, tous les lieux d’Iseut
que je ne connais pas après des siècles à la varlope et au rabot,
mille kilomètres de lambeaux, de tronçons que je cours de la bouche,
et au fond de tous les grands fjords gouvernés par des maisons fortes
croissent en plein champ mimosas, fuschias et palmiers phénix.

(Paol Keineg)

Illustration: Alain Delafosse  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

AUTOUR DE KEROUZAC’H (Paol Keineg)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2017



Charles Augustin Lhermitte  jeune fille bretonne

AUTOUR DE KEROUZAC’H

Je viens de plus loin que le paysage.
Les prophètes massacrés ont disposé de hauteur en hauteur les tas de pierre du désastre.
Par le chemin de roses rouges une jeune fille découvre ses limites et ne croit pas à la mort.
Je l’ai perdue des yeux après le champ de maïs. Est-elle morte ?

Parce que le vent est le seul assaut dans ce pays de patience, je n’imagine pas de frontière au besoin de vivre.
Ma souffrance, je la réduis en poudre : je me fie à mon instinct.

(Paol Keineg)

Illustration: Charles Augustin Lhermitte

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le bonheur de n’être pas éternels (Paol Keineg)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2017



 

Histoire de la paix après l’orgasme. Le tropique absolu.
Les rameurs contre les caps; la mer d’huile des hémorragies.
Le soleil dans l’eau, les trois sphères de l’existence.
Les mots croisés. Ce qui ne finit pas de naître, ce qui ne finit pas.
Tout ce qui, dedans, ne cesse d’être dehors.
Tout ce qui, mort, ne cesse d’activer.
Le soleil se levant sur un cimetière de voitures.
Pneus, essieux, carburateurs. L’hiver ivre-mort.
Le bonheur de n’être pas éternels.

(Paol Keineg)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je demande (Paol Keineg)

Posted by arbrealettres sur 6 janvier 2017



A la pluie je demande de marcher pieds nus le long des prairies à double fond
Au soleil je demande de ne pas bouger puis de résumer d’un jet la naissance et la mort
A la route je demande d’organiser par la campagne obnubilée dissidence et circulation des idées
Au cheval je demande son galop choquant et sa présence constructive
Au village je demande la secousse du déjà vu et un rien de vulgarité
A la forêt je demande de transparaître et de signaler à notre évidence raisonnable la certitude qu’elle est une île
A l’arbre je demande le cri de l’homme seul et son effort à jaillir du cocon de l’hiver
Qui suis-je pour exiger moi qui ne vis que par poussées et me délite à toute vitesse dans l’odeur des terres après la pluie ?

(Paol Keineg)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Demande à la flamme pourquoi elle brûle (Paol Keineg)

Posted by arbrealettres sur 28 novembre 2016



Demande à la flamme
pourquoi elle brûle

les chats de novembre
ne craignent pas la pluie

de seuil en deuil
l’amour te déchire

la joie saigne
et remplit la joue

cherches-tu sur cette herbe
à convoquer les morts ?

tourneras-tu toujours les yeux
vers la voie lactée de l’enfance ?

les mains sur le feu
je suis né pour vaincre.

(Paol Keineg)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand (Paol Keineg)

Posted by arbrealettres sur 28 novembre 2016



quand j’aurai paré tes poignets des mille cailloux du chemin
quand j’aurai plongé dans les spirales bleutées de l’escalier de tes yeux
quand j’aurai écarté les barreaux solides de nos cages thoraciques trop étroites
quand j’aurai transmuté en oiseaux de paradis les minéraux coupants de nos éclats de voix
quand j’aurai changé en rouge liberté les voyelles et les consonnes qui s’épanouissent en nous
quand j’aurai senti en nos ventres dilatés s’épaissir l’espoir capricieux comme un troupeau de chèvres
quand j’aurai vu s’éloigner de notre peuple les pontons de l’accoutumance pour gagner les mille langues de l’océan
quand j’aurai paré tes flancs des mille mousses d’un ciel de neige
alors je serai digne de toi
mon amour

(Paol Keineg)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je n’irai pas aujourd’hui (Paol Keineg)

Posted by arbrealettres sur 28 novembre 2016



Je n’irai pas aujourd’hui vers ce pays de grand gel et de vent,
déchiré d’une bourrasque de lumière
— et les prairies roses s’embrasent d’herbes coupantes.
Aussi vieux et sec qu’un siècle d’échecs,
je veux m’asseoir sur les bancs vernis parmi les gens
prendre souffle et réconciliation,
écarter de ton front une mèche de ronces
et m’attarder dans l’énergie de la nuit maternelle
faite à nos ressemblances.

(Paol Keineg)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La vraie vie n’existe pas (Paol Keineg)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2016



 

La vraie vie n’existe pas,
l’autre, la pas vraie,
aux soirs d’hirondelles mentales,
suffit.

(Paol Keineg)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration: Christian Schloe

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :