Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘parenthèse’

Parenthèse (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



 

Peut-être que le monde est mort
A l’instant même,

Que tout a basculé dans une autre lumière
Qui ressemble assez bien
A celle d’autrefois.

Il reste un simulacre
de murs et de rochers
Où tu vas sans l’histoire.

A moins qu’un homme vienne
Et sourie en passant

(Guillevic)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AUTOPORTRAIT SANS MIROIR (Marie-Anne Bruch)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2017



AUTOPORTRAIT SANS MIROIR

I. Je passe

Je suis la femme transparente
Celle qu’on efface sans bruit
Et qui s’en va comme l’eau fuit
Pâle à trente ans comme à soixante.

Je suis la femme murmurante
Qui propose son faible appui
Et cause juste un brin d’ennui
Aux esprits libres qu’elle hante.

Pour ces êtres auxquels je tiens
Je continue à n’être rien
Qu’une tranquille parenthèse.

Quand j’expose mon coeur blessé
Ils coupent court : « Ça va passer !»
Il est plus doux que je me taise.

II. Je casse

Je suis la femme aux nerfs de verre
Mal installée dans ses tessons
Moitié fakir moitié trouvère
Toujours bancale en ses chansons.

Je suis la femme à l’air sévère
Qui ne comprend rien aux leçons
De l’existence, et persévère
Dans l’entretien de ses frissons.

Je suis l’échappée du naufrage
Qui se hâte vers le rivage
Pour se noyer dans un sanglot.

Je suis la femme de baudruche
Qui fait toujours un peu l’autruche
Sous la plume de son stylo.

(Marie-Anne Bruch)

Découvert ici: Lucarne Poétique

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

L’amour et le rêve (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2016


5hzgncrw

L’amour et le rêve sont parenthèses
Entre elles je place mon corps
par qui je prends connaissance du monde

(Adonis)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

PETITE VARIATION (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2015




PETITE VARIATION

Comme une musique ressuscitée
– qui la réveille là-bas, de l’autre côté,
qui la conduit par les spirales
de l’ouïe mentale? -,
comme le moment
évanoui qui revient
et c’est encore une fois la même
imminence dissipée,
sonnèrent sans sonner
les syllabes déterrées :
et à l’heure de notre mort, amen.

Dans la chapelle du collège
je les ai dites de nombreuses fois
sans conviction. Je les entends maintenant
dites par une voix sans lèvres,
rumeur de sable qui s’éboule,
pendant que les heures sonnent dans mon crâne
et que le temps fait un autre tour vers ma nuit.

Je ne suis pas le premier homme
— me dis-je, à la façon d’Épictète — qui va mourir sur terre.
Et le monde s’effondre dans mon sang
au moment où je le dis.
La désolation
de Gilgamesh quand il revenait
du pays sans crépuscule :
ma désolation. Sur notre terre opaque
chaque homme est Adam :
avec lui commence le monde,
avec lui il s’achève.
Entre l’après et l’avant,
parenthèse de pierre,
je serai, un instant sans retour,
le premier homme, et je serai le dernier.
Et en le disant, l’instant
– intangible, impalpable –
sous mes pieds s’ouvre
et sur moi se ferme, temps pur.

(Octavio Paz)

Illustration: Paul Cézanne

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Certitude (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2015




Certitude

Si réelle est la blanche lumière
de cette lampe, réelle
la main qui écrit, sont-ils réels
les yeux qui regardent ce qui est écrit?

D’un mot à l’autre
ce que je dis s’évanouit.
Je sais que je suis vivant
entre deux parenthèses.

***

Cerceza

Si es real la luz blanca
de esta lámpara, real
la mano que escribe, ¿son reales
los ojos que miran lo escrito?

De une palabra a la otra
to que digo se desvanece.
Yo sé que estoy vivo
entre dos paréntesis.

(Octavio Paz)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | 9 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :