Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘pas du tout’

Les fleuves parlent (Raquel Ilonde)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2020




    
Les fleuves parlent

Que les joncs couvrent mon corps,
mes pieds, mon visage,
que personne ne surveille
quand j’écoute en silence l’eau
des fleuves qui me parlent.

Le son des cailloux
quand ils frôlent l’eau,
ce sont des baisers de soir et de lune,
et des baisers d’aube.

Un jour quelqu’un m’a dit
que les fleuves ne parlent jamais,
qu’ils suivent simplement leur cours
et qu’ils s’échappent sans paroles.

Comme je fus triste ce jour-là
quand j’ai entendu ses mots,
je suis partie en courant vers le fleuve
pour qu’il m’explique
pourquoi je l’entends si clairement
et d’autres ne l’entendent pas du tout.

(Raquel Ilonde)

Traduit de l’espagnol par Graciela Villanueva, in Poésie d’Afrique au sud du Sahara, Actes Sud/ Unesco,1995.

Recueil: 120 nuances d’Afrique
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MARCHÉ AUX FLEURS (Max Olivier Bizeau)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2019



Illustration: Nita Bertaudière

    

MARCHÉ AUX FLEURS

Au jardin des Belles
Pivoine rouge d’être regardée
Lys imbu de sa chasteté
Renoncule envieuse au rire jaune
Et la fleur reine
Que grand-maman délicatement décapite
Pour en faire de la déconfiture de roses
Rose indiscrète, par-dessus le mur du couvent
Rose, frais parfum d’une chemisette de collégienne
Rose pâle, couleur de la chair des rosières
Rose sang que le mari d’un jour effeuillera
Un peu, beaucoup, voire passionnément
Ou pas du tout…

(Max Olivier Bizeau)

 

Recueil: Paris … en haïku et en brèves
Traduction:
Editions: La Simarre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :