Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Pascal Bonetti)’

POURQUOI ? (Pascal Bonetti)

Posted by arbrealettres sur 30 juillet 2018




POURQUOI ?

Pourquoi toujours cette aile ouverte
Vers d’autres ciels, vers d’autres nids ?
Pourquoi ces pas toujours bannis,
Cette âme en éternelle alerte ?

A l’impossible découverte
Pourquoi ces départs infinis ?
Alors que belle et calme, et sous des ciels béni
Amante à ton amour offerte,

Là,
la
plaine,
pleine
d’or,
dort.

(Pascal Bonetti)

Illustration: Vincent Van Gogh

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES LITANIES DE LA SOLITUDE (Pascal Bonetti)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2018




LES LITANIES DE LA SOLITUDE

O fille de l’orgueil et mère de la force,
Maitresse-vierge dont la voix est le silence,

O Palais des miroirs où se confronte l’âme,
Tour d’ivoire où les nuits même sont translucides,

Trône de la sagesse, Arche où font alliance
Les souvenirs fanés et les espoirs vivaces,

Etoile des matins et des molles vesprées
Qui luis, guidant cerveaux et coeurs comme des voiles,

Porte du ciel promis aux prunelles voyantes,
Firmament constellé des désirs et des rêves,

Vase spirituel et cassolette ardente
Où brûlent les parfums des plus rares pensées,

Rose mystique ouverte aux âmes idéales,
Grenade mûre offerte aux chairs passionnelles,

Festin où les esprits prédestinés s’enivrent
Jusqu’à trouver toute clarté dans leur ivresse,

Manne apaisante aux faims de Jésus et d’Orphée,
Vin qui fais les héros, Pain qui nourris les vierges,

Refuge des pécheurs, douce Consolatrice
Des affligés, Salut des infirmes, Viatique

Pour les marcheurs lassés par nos époques lourdes,
Fleuve d’oubli où les oublis mêmes s’oublient,

Soleil sur les glaciers de nos amours défuntes,
Pluie d’or sur les déserts de nos amitiés mortes,

Reine des saints et des martyrs et des poètes,
Reine des vraiment rois, reine des vraiment reines,

O Colombe, ô Vautour, inlassable couveuse
Des germes du génie humain et de ses fièvres,

Toi, la seule par qui les hommes
Trouvent l’entendement des célestes silences,

Accueille-nous, accueille-nous, ô Solitude !

(Pascal Bonetti)

Illustration: Tatiana Yushmanova

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DÉSIR, IMPATIENT CHASSEUR… (Pascal Bonetti)

Posted by arbrealettres sur 17 mai 2018




DÉSIR, IMPATIENT CHASSEUR…

Désir, impatient chasseur d’azur et d’ombre,
Toi qui, bardé d’espoir mais de doute vêtu,
Par les forêts du Temps, de l’Espace et du Nombre
Nous entraînes, qu’es-tu, Désir, et d’où viens-tu ?

Feu né de nos orgueils et qu’attisent nos songes,
Flamme folle qui veut brûler plus que saisir,
Tragique dard fleuri d’élyséens mensonges,
Vers quels ciels inconnus nous mènes-tu, Désir ?

(Pascal Bonetti)

Illustration: L’Empire des Sens

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MERE, PRENDS-MOI SUR TES GENOUX… (Pascal Bonetti)

Posted by arbrealettres sur 15 décembre 2017




MERE, PRENDS-MOI SUR TES GENOUX…

Mère, prends-moi sur tes genoux.
Mon coeur est las ! Mon âme est lasse !
Comme autrefois, à voix très basse,
Berce-les d’un air de chez nous !

Redis-moi de ta voix faiblie
Nos ciels, nos fleuves, nos prés verts ;
Et que les maux que j’ai soufferts,
Ma mémoire tôt les oublie !

J’ai vu qu’il n’est de vrais bonheurs
Qu’aux lieux bénis de nos enfances
Et que c’est courir à souffrances
Que de porter son rêve ailleurs.

J’ai su que pour fuir les détresses
Et se guérir des trahisons,
I1 n’est qu’aux natals horizons
De refuges et de tendresses.

J’ai sondé le néant des rois,
Compris la vanité des gloires.
Je sais qu’il n’est d’autres victoires
Que celles qu’on obtient sur soi.

Et me voici, ma mère ! Penche
Sur mes yeux ton beau front cendré.
Comme autrefois, je baiserai
Les rubans de ta coiffe blanche.

Et comme alors, sur tes genoux,
— Mon coeur est las ! Mon âme est lasse ! —
Tu m’endormiras à voix basse
De quelque vieil air de chez nous.

(Pascal Bonetti)

Illustration: Louis Toffoli

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je verrai dans tes yeux (Pascal Bonetti)

Posted by arbrealettres sur 7 novembre 2017



 

(…)

Je verrai dans tes yeux l’universel amour,
Dans les miens tu liras la millénaire attente,
Nous sentirons en nous cette sève exaltante
Qui de chaque jour fait le jour.

Enfin nous comprendrons la splendeur de la vie,
Le besoin qui s’y vient confondre de la mort,
Et la marche éternelle — et dont rien ne dévie —
Vers un éternel âge d’or.

(Pascal Bonetti)

Illustration: Alexander Sulimov

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AFFRONTE AVEC ORGUEIL… (Pascal Bonetti)

Posted by arbrealettres sur 1 octobre 2017




AFFRONTE AVEC ORGUEIL…

Affronte avec orgueil la vie et ses hasards,
N’attends rien, ô passant, du repos ou du songe,
N’accueille qu’en tremblant l’amour, ce beau mensonge,
Et chaque jour sois prêt pour de nouveaux départs !

(Pascal Bonetti)


Illustration: Gilbert Garcin

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

NOSTALGIE (Pascal Bonetti)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2017




NOSTALGIE

Je suis le moissonneur errant de la lumière.
Je porte dans mon âme en incessant éveil
Que blesse vainement la tâche coutumière,
Toute une hérédité brûlante de soleil.
O ville, c’est pourquoi, quand ton aube divine
Accorde son aumône au toit de ma maison,
Tu me surprends toujours guettant à l’horizon
L’astre qu’on ne voit pas encor, mais qu’on devine !

Et c’est pourquoi, le soir, quand le soleil se meurt
Telle une rose aux doigts blêmis du crépuscule,
Quand le ciel, sous les pas de l’éternel semeur,
Fait refleurir ses immortelles renoncules,
A l’heure de l’amour, de la cloche et du cor,
Les yeux braqués sur l’occident, comme en vigie,
J’accompagne de ma mouvante nostalgie
L’astre qu’on ne voit plus, mais qu’on devine encor !

(Pascal Bonetti),

Illustration: Vincent Van Gogh

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES VIERGES VEUVES (Pascal Bonetti)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2017




LES VIERGES VEUVES

Ceux que nous attendons ne viendront plus, mes soeurs!
Voici déjà l’automne en larmes sur les routes,
Et puis, les doigts chargés de rêves obsesseurs,
Voici venir le soir, l’heure lourde entre toutes !

Ceux que nous attendons ne viendront plus ! Nos fronts
S’inclinent sans espoir sur les calmes venelles.
Désormais, c’est en vain, mes soeurs, que nous viendrons
Mirer au lac des nuits notre attente éternelle.

Nul de tous les passants qui croisaient nos chemins
Ou même s’attardaient aux rondes des dimanches,
N’a senti les frissons dont s’agitaient nos mains
Ni les rouges vouloirs qui couvaient sous nos hanches ;

Nul, au fond de nos silences, n’a su saisir,
Tels ces grands nénuphars qui d’une eau morne émergent,
Nos amours de l’Amour, nos désirs du Désir,
Ni les candides impudeurs de nos chairs vierges !

Et c’est pourquoi, des blonds matins aux mauves soirs,
Avares d’un trésor que chaque heure mutile,
Nous allons, aux regards discrets de nos miroirs,
Compter en soupirant nos joyaux inutiles.

Nous inventons les mots d’aveux et de douceurs
Que nous auraient chantés les amants de nos songes ;
Mais vous savez dans quels mauvais sanglots, Ives soeurs,
S’achèvent, chaque fois, nos amoureux mensonges !

Nous savons bien que c’est fini, que nos doigts blancs
Ne passeront jamais l’anneau des épousailles,
Que la houle jamais ne connaîtra nos flancs,
Qu’il ne germera pas de fruits dans nos entrailles !

Nous savons bien que c’est fini, que nos genoux
N’endormiront jamais de douleurs enfantines
Et nous sentons déjà l’oubli pousser sur nous
Comme une ronce noire au milieu des ruines !

Et c’est ainsi, mes soeurs de peine et de secret,
Que chacune de nous s’empoisonne ou s’abreuve,
De l’impossible espoir à l’éternel regret,
De ses larmes de vierge à ses larmes de veuve.

(Pascal Bonetti)

Illustration: Katia Poulin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

NOTRE-DAME DE STRASBOURG (Pascal Bonetti)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2017




NOTRE-DAME DE STRASBOURG

Rose mystique, tour d’ivoire, maison d’or,
Vase spirituel d’amour et de science,
Miroir de la justice et de la patience,
Etoile dont s’ajoute aux aubes le trésor,

Nid d’espoir d’où le chant d’un peuple prend l’essor,
Refuge où le pécheur au pardon se fiance,
Trône de la sagesse, arche de l’alliance
Où deux races mille ans ont confondu leur sort,

Main divine, de grâce et d’encens parfumée,
Qui tenez sur les coeurs votre paume fermée
Et qui, sur les cités d’Alsace et ses labours,

Montrez de votre index la route à leurs prières,
Je vous salue, ô Notre-Dame de Strasbourg,
Car vous êtes bénie entre toutes les pierres.

(Pascal Bonetti)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’HYMNE ETERNEL (Pascal Bonetti)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2017




L’HYMNE ETERNEL

Je te reconnaîtrai sans t’avoir jamais vue,
Car ton image est dans mes yeux
Semblable à ces reflets qu’on voit sur les lacs bleus
Et dont on cherche en vain les causes dans la nue.
Je te reconnaîtrai… Comment ? Je ne sais pas !
Peut-être à la beauté calme de ton visage,
Peut-être au bruit laissé par ta robe au passage,
Ou peut-être à l’empreinte de tes pas.
Es-tu reine ou bergère ?
Je ne sais pas… Je te vois à travers
Des rêves lumineux, vaporeuse et légère,
Telle, en mirage, une oasis dans mon désert.

Je t’emporterai loin, dans l’au-delà des choses
Où les heures s’en vont endormir leurs secrets,
Et parmi les odeurs et l’ombre des forêts
Je te ferai d’indicibles apothéoses.
Je te ferai des reposoirs
Avec les pins géants et les fleurs des bruyères,
Et dans le mystère ému des longs soirs,
Je laisserai vers toi s’exhaler ma prière.

Nos corps se dresseront dans leur double beauté
Comme un thyrse de chair. Le ciel diamanté,
Les yeux verts des étangs, l’extase des collines,
Regarderont passer notre double désir
Qui montera vers les splendeurs de l’avenir
Par les sentiers, par les rochers, par les ravines.
Nos esprits s’ouvriront au sens de l’infini.

Muables gouttes d’eau dans le gouffre immuable,
Nous essaierons de pénétrer l’éternité.
Atomes conscients devant l’immensité,
Nos cerveaux tenteront de sonder l’insondable.

Nous verrons que nos chairs, ces filles du passé,
Roulent depuis toujours dans le cycle des causes
Et que, plus tard encor, par les vents dispersé,
Notre couple vivra dans les parfums des roses,
Dans les plaintes des mers, dans les souffles des vents,
Dans les fruits, dans les blés, dans les chênes mouvants,
Au hasard des métamorphoses.

Nous verrons que notre âme est l’embryon de Dieu,
Un peu de la grande Aine éparse par le monde,
Qui, parmi l’inconnu de l’époque et du lieu,
Fait vivre le cosmos, le règle et le féconde,
Et que cette âme, accrue à nos gestes latents,
D’un plus puissant envol exaltera le temps
Qui sur nos faiblesses se fonde.

Nous concevrons l’ordre profond de l’univers
Notre corps aspirant à la beauté parfaite,
Notre esprit s’avançant vers l’ultime conquête
Par les chemins les plus divers.

Nous nous sentirons solidaires
Des siècles qui nous précédèrent
Comme de ceux qui nous suivront
Et levant alors notre front
Vers ce Dieu qui par nous incessamment se crée,
Nous chanterons l’hymne sacrée :

« Heureux les doux, heureux les bons, heureux les forts,
Heureux les justes !
Ceux qui mettent leur foi dans la pensée auguste,
Leur espérance dans l’effort !

Heureux ceux dont le coeur est pur et volontaire,
Ceux qui portent leurs jours comme des ciels d’été,
Ceux qui s’en vont chantant, ivres d’avoir capté
Les secrètes lois de la terre !
Heureux les simples qui, bravant les lendemains,
Tendent leurs bras vers les bras fous de l’aventure !
Heureux ceux dont le rêve ou le verbe ou les mains
Entent sur le passé les aurores futures ! »

Je verrai dans tes yeux l’universel amour,
Dans les miens tu liras la millénaire attente,
Nous sentirons en nous cette sève exaltante
Qui de chaque jour fait le jour.

Enfin nous comprendrons la splendeur de la vie,
Le besoin qui s’y vient confondre de la mort,
Et la marche éternelle — et dont rien ne dévie —
Vers un éternel âge d’or.

(Pascal Bonetti)

Illustration: Sabin Balasa

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :