Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘passant’

Une trace sur un tronc (Corinne Albaut)

Posted by arbrealettres sur 29 janvier 2023



Illustration: Catherine Fichaux
    
Une trace sur un tronc

Un ruban luisant
Sur l’écorce rêche,
Indique au passant
Qu’un escargot affamé,
S’en est allé brouter
Quelque feuille fraîche
Dans le noisetier.

(Corinne Albaut)

Recueil: Comptines des secrets de la Forêt
Traduction:
Editions: Actes Sud Junior

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Photographe (Umar Qaddur)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2023




    
Photographe

C’est un homme
nous pourrions lui rajouter
un banc dans un jardin
un peu de mélancolie et d’attente
ce ne serait pas mal, un brin d’automne
et des passants.

***

(Umar Qaddur)

 

Recueil: Poésie Syrienne contemporaine
Traduction:de l’Arabe par Saleh Diab
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La pluie est une jeune femme (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 29 novembre 2022



Illustration
    
La pluie est une jeune femme
un peu jalouse
Il semble oui que l’on voit mieux
après son passage sa colère
On voit ce qui est ce qui brille
le feu de paille de ce qui est
les ailes blanches d’une fleur
les bras verts d’un feuillage
la vie passante limpide
éternelle

(Christian Bobin)

 

Recueil: La Vie Passante
Editions: Fata Morgana

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je n’ai jamais écrit qu’ainsi (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 29 novembre 2022



Illustration: Nupur Choudhary
    
Je n’ai jamais écrit qu’ainsi : porté par plus léger que moi, dans les bras
— non pas de l’ange — mais de la vie passante, de l’étincelante rumeur de vivre.
Il faut du temps pour atteindre à l’innocence du jour.

Il faut du temps pour parvenir à la simplicité d’une langue.
Il faut du temps pour apprendre,
et plus encore de temps pour rire de ce qu’on vient d’apprendre.

Rire de son savoir comme de son ignorance.
Rire comme le printemps dans les yeux,
comme l’enfance dans la voix,
comme la pluie dans les livres.

Car il pleut dans les livres.
Une pluie fine glisse sur les pages, tombe sur le coeur.
Dans ce livre la pluie chantait au bout de mes doigts,
tambourinait sur le papier, rafraîchissait la chambre.

Dans ce livre la pluie portait le nom d’une femme,
éclairante dans sa voix, juste dans son coeur : Nella. Nella Bielski

(Christian Bobin)

 

Recueil: La Vie Passante
Editions: Fata Morgana

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un côté de la fenêtre (Abbas Kiarostami)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2022




    
Un côté de la fenêtre
Est tourné vers moi
L’autre côté
Vers un passant

(Abbas Kiarostami)

Recueil: Un loup aux aguets
Traduction: Nahal Tajadod & Jean-Claude Carrière
Editions: La table ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

La vision nue (Juliette Darle)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2022




    
La vision nue
à Anne Hoang

Son regard est seul à voir
l’innocence du passant

L’image en porterait preuve

La lumière sans dérive
réinvente la vie même

Anne longue nostalgie

l’aube pleure son absence
sa voyance Tu n’as plus

que son reflet dans le doute

La pure exigence semble
venir d’une autre planète

Son sourire parfois filtre
sous la belle heure qui passe

(Juliette Darle)

 

Recueil: Poésie au féminin
Traduction:
Editions: Folio

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

N’est-il pas trop tôt pour courir la page (Claudine Bertrand)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2022


goutte_parapluie

N’est-il pas trop tôt pour courir la page

Le désir est un passant

La peau recueille le sens
comme la vitre la buée

Un chemin roule au bord
du regard incliné

L’amour cherche un corps
pour remplir son abîme

La lumière nimbe une silhouette
puis la mange

Un souffle s’éloigne

(Claudine Bertrand)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand passait un oiseau ou la musique du vent (Lyonel Trouillot)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2022




Illustration: ArbreaPhotos
    
Quand passait un oiseau ou la musique du vent,
je les appelais à l’aide pour nourrir ton enfance
et t’écrire une chanson.

L’ombre d’un voyageur,
la barbe d’un passant,
une gouttelette de rosée,
un couple d’amoureux non encore marqué
par la vanité des querelles,
un air qu’une inconnue sifflotait dans une rue,
tout me servait de point de départ
pour te confectionner un conte.

(Lyonel Trouillot)

 

Recueil: Le doux parfum des temps à venir
Traduction:
Editions: Actes Sud

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne te plains pas d’être un passant (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 23 janvier 2022


fontaine

Aura perpétuelle
des feuillages, des fontaines,
ne te plains pas d’être un passant.

(Pierre Dhainaut)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Débit de l’eau, débit de lait (Charles Trenet)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2021



 

eau lait

Débit de l’eau, débit de lait

1 – Dans ma rue, y a deux boutiques
Dans l´une on vend de l´eau dans l´autre on vend du lait
La première n´est pas sympathique
Mais la seconde en revanche où l´on vend du lait l´est
Et c´est pour ça que tous les passants
La montrent du doigt en disant

Ah qu´il est beau le débit de lait
Ah qu´il est laid le débit de l´eau
Débit de lait si beau débit de l´eau si laid
S´il est un débit beau c´est bien le beau débit de lait
Au débit d´eau y a le beau Boby
Au débit de lait y a la belle Babée
Ils sont vraiment gentils chacun dans leur débit
Mais le Boby et la Babée sont ennemis
Car les badauds sont emballés
Par les bidons de lait de Babée
Mais l´on maudit le lent débit
Le lent débit des longs bidons du débit d´eau de Boby
Aussi Babée ses bidons vidés
Elle les envoie sur le dos de Boby
Et Boby lui répond
En vidant les bidons
Les bidons d´eau de son débit et allez donc
Les bidons d´eau de son débit et allez donc.

2 – Dans ma rue y a un mariage
Celui du beau Boby et de la belle Babée
Les voilà tous deux en ménage
Le débit d´eau épouse le grand beau débit de lait
Ils ont repeint leur boutique en blanc
Et chacun dit en y allant

Ah qu´il est beau le débit de lait
Ah quel palais le débit de l´eau
Débit de lait si beau, débit de lait palais
S´il est un débit beau c´est bien le beau débit de lait
Boby a mis du lait dans son eau
Et la Babée de l´eau dans son lait
Ils ont enfin compris que leurs débits unis
Font le plus grand le plus joli des beaux débits
Et les badauds sont emballés
Par les bidons de lait de Babée
Oui mais Boby garde pour lui
Les deux plus beaux bidons de lait de la Babée jolie
Et maintenant si vous y alliez
Vous entendriez de joyeux babils
De deux beaux bébés blonds
Qui font tomber d´un bond
Tous les bidons d´eau et de lait de la maison
Tous les bidons d´eau et de lait de la maison.
Ils se battent à coups de beaux bidons
Chez Boby et chez Babée et allez donc.

(Charles Trenet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :