Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘patriarche’

LE PATRIARCHE (Umberto Saba)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2018



 

LE PATRIARCHE

Sur la colline qui resplendit en face
je suis d’un vieux la laborieuse trace.

Dans mon esprit chargé de fantômes,
ce n’est pas un cultivateur, c’est un patriarche.

Sa force ne s’épuise pas au péché ;
elle a ses racines dans la motte grasse,

dans son fils vigoureux, dans sa belle bru,
en lui-même ; et malgré tout, le vieux matois

n’ignore pas que la vie est un mal,
que la vie est le péché originel.

Jusqu’au dernier champ, de par la volonté
divine, il a donné aux siens, enlevé au voisin,

fécondé de lui-même un monde nouveau.
Il en jouit et pense : Heureux celui qui n’est pas né !

(Umberto Saba)

Illustration: Erich Heckel

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PRIX DU SILENCE (Axel Toursky)

Posted by arbrealettres sur 18 mars 2018



 

Ai Xuan 3

PRIX DU SILENCE

Eté, je n’ai pour t’appeler
que des paroles imprécises.
Mon sang n’est pas dans les cerises,
ma voix ne lève pas le blé.

Mais quels arguments trouve-t-il,
ce patriarche de la boue,
pour ébranler la lourde roue
calée dans la neige d’avril ?

Tu viens par le sentier caché.
On oublie aux premières pommes
de chercher ce que le vieil homme
était venu te reprocher.

Impuni, peut-être, mais sûr
des retraites qu’il te ménage,
tu remplis de sang tes images
à nous faire oublier ce mur.

(Axel Toursky)

Illustration: Ai Xuan

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

On croit qu’on vieillira doucement (Jean-Marie Barnaud)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2017



Illustration: Jérôme Royer
    
On croit qu’on vieillira doucement
qu’on finira sa course
à bout de souffle
Un filet d’eau
qui se perd dans le sable
Mais non
La bête de l’âge
vient d’un bond sur la scène
elle déchire à l’envi
la robe du patriarche

(Jean-Marie Barnaud)

 

Recueil: Fragments d’un corps incertain
Editions: Cheyne

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les traces cessent dans le grand vide (Chih Yü)

Posted by arbrealettres sur 15 août 2016



À quatre-vingt-cinq ans
Bouddhas et Patriarches connais pas
Les bras ballants, partant simplement
Les traces cessent dans le grand vide

*

(Chih Yü)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 7 mai 2016



Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent ; ce sont
Ceux dont un dessein ferme emplit l’âme et le front.
Ceux qui d’un haut destin gravissent l’âpre cime.
Ceux qui marchent pensifs, épris d’un but sublime.
Ayant devant les yeux sans cesse, nuit et jour,
Ou quelque saint labeur ou quelque grand amour.
C’est le prophète saint prosterné devant l’arche,
C’est le travailleur, pâtre, ouvrier, patriarche.
Ceux dont le coeur est bon, ceux dont les jours sont pleins.
Ceux-là vivent, Seigneur ! les autres, je les plains.
Car de son vague ennui le néant les enivre,
Car le plus lourd fardeau, c’est d’exister sans vivre.
Inutiles, épars, ils traînent ici-bas
Le sombre accablement d’être en ne pensant pas.

(Victor Hugo)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Les éléphants (Leconte de Lisle)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2016



Les éléphants

Le sable rouge est comme une mer sans limite,
Et qui flambe, muette, affaissée en son lit.
Une ondulation immobile remplit
L’horizon aux vapeurs de cuivre où l’homme habite.

Nulle vie et nul bruit. Tous les lions repus
Dorment au fond de l’antre éloigné de cent lieues,
Et la girafe boit dans les fontaines bleues,
Là-bas, sous les dattiers des panthères connus.

Pas un oiseau ne passe en fouettant de son aile
L’air épais, où circule un immense soleil.
Parfois quelque boa, chauffé dans son sommeil,
Fait onduler son dos dont l’écaille étincelle.

Tel l’espace enflammé brûle sous les cieux clairs.
Mais, tandis que tout dort aux mornes solitudes,
Lés éléphants rugueux, voyageurs lents et rudes
Vont au pays natal à travers les déserts.

D’un point de l’horizon, comme des masses brunes,
Ils viennent, soulevant la poussière, et l’on voit,
Pour ne point dévier du chemin le plus droit,
Sous leur pied large et sûr crouler au loin les dunes.

Celui qui tient la tête est un vieux chef. Son corps
Est gercé comme un tronc que le temps ronge et mine
Sa tête est comme un roc, et l’arc de son échine
Se voûte puissamment à ses moindres efforts.

Sans ralentir jamais et sans hâter sa marche,
Il guide au but certain ses compagnons poudreux ;
Et, creusant par derrière un sillon sablonneux,
Les pèlerins massifs suivent leur patriarche.

L’oreille en éventail, la trompe entre les dents,
Ils cheminent, l’oeil clos. Leur ventre bat et fume,
Et leur sueur dans l’air embrasé monte en brume ;
Et bourdonnent autour mille insectes ardents.

Mais qu’importent la soif et la mouche vorace,
Et le soleil cuisant leur dos noir et plissé ?
Ils rêvent en marchant du pays délaissé,
Des forêts de figuiers où s’abrita leur race.

Ils reverront le fleuve échappé des grands monts,
Où nage en mugissant l’hippopotame énorme,
Où, blanchis par la Lune et projetant leur forme,
Ils descendaient pour boire en écrasant les joncs.

Aussi, pleins de courage et de lenteur, ils passent
Comme une ligne noire, au sable illimité ;
Et le désert reprend son immobilité
Quand les lourds voyageurs à l’horizon s’effacent.

(Leconte de Lisle)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le pangolin (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 9 octobre 2015



On a beau être un pangolin
Et ressembler à s’y méprendre
A un tas de pommes de pin;
On a quand même le coeur tendre.

On a beau faire, quand on marche,
Un cliquetis de castagnettes;
On a de l’amour plein la tête
Et des douceurs de patriarche.

On n’a – quand on est pangolin –
Ni la grâce ocellée du paon
Ni la souplesse du félin.

Mais on vit entre bons voisins,
Oublié, mais toujours content,
Dans le blanc silence africain.

(Maurice Carême)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :