Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Patrizia Cavalli)’

Mon amour (Patrizia Cavalli)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2019



Mon amour

Je pense que forcément à force de penser à toi
j’arriverai à t’oublier, mon amour.

(Patrizia Cavalli)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Comment? (Patrizia Cavalli)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2018



 

Alex Alemany -22

Comment?

Tu m’étais si intime.
Comment ai-je pu passer
de la mer à la piscine?

(Patrizia Cavalli)

Illustration: Alex Alemany

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Pour sortir de prison (Patrizia Cavalli)

Posted by arbrealettres sur 27 décembre 2018



 

Mais vraiment pour sortir de prison
a-t-on besoin de connaître le bois de la porte,
l’alliage des barreaux, d’établir l’exacte
gradation de la couleur? A devenir
comme ça de grands experts, on court le risque,
après, de s’y attacher. Si tu veux vraiment
sortir de prison, sors tout de suite,
et même, avec ta voix deviens une chanson.

(Patrizia Cavalli)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que tout change sans changement (Patrizia Cavalli)

Posted by arbrealettres sur 10 décembre 2018



 

Anne-Marie Zilberman (17)

Que tout change sans changement
que tout soit dit silencieusement.

Je viens vers toi sans avancer
moi je ne t’aime pas mais toi ne doute pas.

(Patrizia Cavalli)

Illustration: Anne-Marie Zilberman

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Un petit mot à dire (Patrizia Cavalli)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018



 

Gao Xingjian p

Un petit mot à dire

Même quand il semble que la journée
a passé comme une aile d’hirondelle,
comme une poignée de poussière
jetée et qu’il n’est pas possible
de ramasser et que la description
le récit ne trouvent nécessité
ni écoute, il y a toujours un mot
un petit mot à dire
ne serait-ce que pour dire
qu’il n’y a rien à dire.

(Patrizia Cavalli)

Illustration: Gao Xingjian

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Premier vrai mal (Patrizia Cavalli)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2018



 

mal

Premier vrai mal

La perfection du premier vrai mal
ne connaît congés ni repos.
Lâche et maudite elle se présente
si je lis un livre si je regarde à la fenêtre,
si je rencontre des amis si je réponds au téléphone
et surtout elle profite
du silence des jours de fête.

(Patrizia Cavalli)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Salut ma belle (Patrizia Cavalli)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2018



 

Ruth Thorne-Thomsen  url

Me tendra la main me dira:
« Salut ma belle, à la prochaine. »

(Patrizia Cavalli)

Illustration: Ruth Thorne-Thomsen

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Extrême douceur d’être là (Patrizia Cavalli)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2018



 

Willy Verginer 26-12

Extrême douceur d’être là
et regarder dans l’immobilité
souveraine la beauté d’un mur
où le fil électrique et la lampe
existent depuis toujours
garantissant leur permanence.

(Patrizia Cavalli)

Illustration: Willy Verginer 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De moi je me souviens peu (Patrizia Cavalli)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2018



 

Brendan Monroe   rl

De moi je me souviens peu
moi qui à moi toujours ai pensé.
Je me disparais comme l’objet
trop longuement regardé.
Je reviendrai dire
ma lumineuse disparition.

(Patrizia Cavalli)

Illustration: Brendan Monroe

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Raconte-moi tout (Patrizia Cavalli)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2018



 

Abrishami, Hessam_bn

Raconte-moi tout

Mais s’il te plaît avec délicatesse
raconte-moi tout
même ta tristesse.

(Patrizia Cavalli)

Illustration: Abrishami Hessam

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :