Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Paul-Jean Toulet)’

La première fois (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 11 avril 2017



– « Maman! … Je voudrais qu’on en meure. »
Fit-elle à pleine voix.
– « C’est que c’est la première fois,
Madame, et la meilleure. »

Mais elle, d’un coude ingénu
Remontant sa bretelle,
– « Non, ce fut en rêve », dit-elle.
– Ah! que vous étiez nu… »

(Paul-Jean Toulet)


Illustration: zinaida serebriakova

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Maurice (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2017



Jardin qu’un dieu sans doute a posé sur les eaux,
Maurice, où la mer chante, et dorment les oiseaux.

(Paul-Jean Toulet)


Illustration: Régine

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Tremble est blanc (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2017



Le temps irrévocable a fui. L’heure s’achève.
Mais toi, quand tu reviens, et traverses mon rêve,
Tes bras sont plus frais que le jour qui se lève,
Tes yeux plus clairs.

À travers le passé ma mémoire t’embrasse.
Te voici. Tu descends en courant la terrasse
Odorante, et tes faibles pas s’embarrassent
Parmi les fleurs.

Par un après-midi de l’automne, au mirage
De ce tremble inconstant que varient les nuages,
Ah! verrai-je encor se farder ton visage
D’ombre et de soleil ?

(Paul-Jean Toulet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

D’un cœur poussiéreux et plein de mystère (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2017



Aimez-vous le passé
Et rêver d’histoires
Évocatoires
Aux contours effacés?

Les vieilles chambres
Veuves de pas
Qui sentent tout bas
L’iris et l’ambre;

La pâleur des portraits,
Les reliques usées
Que des morts ont baisées,
Chère, je voudrais

Qu’elles vous soient chères,
Et vous parlent un peu
D’un cœur poussiéreux
Et plein de mystère.

(Paul-Jean Toulet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’heure est plate et sans ride (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 27 février 2017



C’est Dimanche aujourd’hui. L’air est couleur du miel.
Le rire d’un enfant perce la cour aride :
On dirait un glaïeul élancé vers le ciel.
Un orgue au loin se tait. L’heure est plate et sans ride.

(Paul-Jean Toulet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’autre côté (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2017



« Ce tapis que nous tissons comme
Le ver dans son linceul
Dont on ne voit que l’envers seul
C’est le destin de l’homme.

Mais peut-être qu’à d’autres yeux,
L’autre côté déploie
Le rêve, et les fleurs, et la joie
D’un dessin merveilleux. »

Tel Fô, que l’or noir des tisanes
Enivre, ou bien ses vers,
Chante, et s’en va tout de travers
Entre deux courtisanes.

(Paul-Jean Toulet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les roses naissent sur ta face quand tu ris près du feu (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2017



L’hiver bat la vitre et le toit.
Il fait bon dans la chambre,
A part cette sale odeur d’ambre
Et de plaisir. Mais toi,

Les roses naissent sur ta face
Quand tu ris près du feu…
Ce soir tu me diras adieu,
Ombre, que l’ombre efface.

(Paul-Jean Toulet)

Illustration: Félix Vallotton

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

D’où j’ai vu me sourire au loin votre brillant mirage? (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2016



Ainsi, ce chemin de nuage,
Vous ne le prendrez point.
D’où j’ai vu me sourire au loin
Votre brillant mirage?

Le soir d’or sur les étangs bleus
D’une étrange savane,
Où pleut la fleur de frangipane,
N’éblouira vos yeux;

Ni les feux de la luciole
Dans cette épaisse nuit
Que tout à coup perce l’ennui
D’un tigre qui miaule.

(Paul-Jean Toulet)

Illustration: Henri Rousseau dit le douanier-rousseau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ô jour qui meurs à songer d’elle (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2016



Ô jour qui meurs à songer d’elle
Un songe sans raison,
Entre les plis du noir gazon
Et la rouge asphodèle;

N’est-ce pas, aux feux du plaisir
Inclinée et rebelle,
Elle encor, mais cent fois plus belle,
Et de flamme à saisir?

… Là-bas monte la voix dernière
D’un bouvier sous les cieux.
On n’entend plus que les essieux
Qui grincent dans l’ornière.

(Paul-Jean Toulet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce bruit voluptueux d’un orme qui s’égoutte (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2016



Le parc ruisselle encore, où l’averse a passé,
Badoure. Approche-toi. Non, laisse, que je goûte
Ce bruit voluptueux d’un orme qui s’égoutte:
Tel est le pleur furtif d’un plaisir effacé.

(Paul-Jean Toulet)

Illustration: Marc-Aurèle Fortin, L’Orme à Pont-Viau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :