Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘pêcheuse’

Sur le rivage de Nagato (Anonyme VIIIème siècle)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2018



 

Pierre Puvis de Chavannes 1824 - 1898 , la pêcheuse, Louvre

Sur le rivage de Nagato
(Qui évoque un écheveau suspendu
A la corbeille
D’une fille)

Dans le calme du matin
Monte la marée,
Dans le calme du soir
Accourent les vagues.
Comme le flot
Qui ne cesse de monter
Comme les vagues
Qui gagnent, gagnent,
Rempli d’amour pour ma mie
je m’approche.
Sur la plage rocheuse
De la mer d’Ago
Ramassant des algues,
Les pêcheuses
Ont à leur cou
Des foulards qui brillent au soleil.
Des bracelets enroulés à leurs bras
On entend le cliquetis.
On les voit agiter leurs manches
De blanche étoffe.
Ne dirait-on pas qu’elles aiment ?

(Anonyme VIIIème siècle)

Illustration : Pierre Puvis de Chavannes

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jeune pêcheuse (Friedrich Nietsche)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2018




Jeune pêcheuse

Je rêve au matin calme,
regardant passer les nuages,
avec quelle douceur par les arbres
tremble la jeune journée.
La brume palpite et ondoie,
par-dessus l’aurore rose
– ô personne au monde ne sait
que je mis aussi triste.

La mer ondoie fraîche et douce,
passe sans repos ni répit,
i1 me vient un frisson particulier,
et je ferme les yeux.
La brume ne saurait voir
l’aurore rose au-dessus d’elle
– ô personne ne peut comprendre
pourquoi je mis aussi triste.

Volée d’oiseaux fuient gaiement
et chantent de façon si charmante, si gracieuse.
J’aimerais pouvoir voler
où mon coeur désire.
Les brumes ondoient et s’enflent,
recouvrant l’aurore rose,
— ô personne ne peut éprouver
quel point je suis triste.

Je regarde et pleure,
aucune voile de tout l’horizon.
Si triste, si solitaire,
de chagrin mon coeur se brise.
La brume palpite et ondoie,
par-dessus l’aurore rose
Je suis seule au monde à savoir
pourquoi je suis si triste.

(Friedrich Nietsche)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que c’est touchant! (Kamakura Udaijin)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2018



En ce monde,
Puisse-t-il en être toujours ainsi!
Que c’est touchant! Avec un câble de halage,
Le petit bateau que les pêcheuses
Font avancer en ramant le long du bord!

(Kamakura Udaijin)


Illustration: Hokusaï

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Mon coeur est pareil à la mer (Henri Heine)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2016



Charmante petite pêcheuse,
Pousse ta barque vers le rivage
Et viens t’asseoir près de moi,
Gentiment, la main dans la main.

Mets sur mon coeur ta petite tête
Et sois sans aucune crainte!
Chaque jour, ne te confies-tu pas,
Insoucieuse, à la mer sauvage?

Mon coeur est pareil à la mer,
Il a ses tempêtes et ses marées.
Et plus d’une perle fine
Repose dans ses profondeurs.

(Henri Heine)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :