Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘peintre’

Le petit écran (Albert Camus)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2019



Dark-and-Mysterious-TV-Head-Scene13

Dans les musées italiens,
les petits écrans peints que le prêtre tenait devant le visage des condamnés
pour qu’ils ne voient pas l’échafaud.

Le saut existentiel, c’est le petit écran.

(Albert Camus)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Peintre qui va à Port-Cros pour peindre (Albert Camus)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2019



Pierre Mori 3 [800x600]

Peintre qui va à Port-Cros pour peindre.
Et tout est si beau qu’il achète une maison,
range ses tableaux et n’y touche plus.

(Albert Camus)

Illustration: Pierre Mori

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Que ne suis-je peintre (Béatrice Bastiani-Helbig)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2019



Que ne suis-je peintre
pour dire les couleurs,
la légèreté,
la lumière,
la transparence
des fleurs de mon jardin…

Coquelicot,
rouge éclatant
mais si fragile,
lumineux,
jupe gitane dansant
dans la brise.

Iris,
mauve pâle
long, élégant,
gracieux,
peint par Van Gogh
et par Maman
si joliment.

Chaque jardin a une histoire.
Il est un peu notre mémoire.
Nostalgie et tendresse
pour nos aînés,
pour nos aimés.

Jacinthes de Roubaix,
enfance de mon père.
Iris et lilas d’Alfortville,
enfance de ma mère.

Iris, jacinthes,
lilas et jonquilles,
et glycine au délicieux parfum,
mon enfance.

Mon enfance réveillée
chaque matin de printemps,
mon enfance toujours
émerveillée.

Et gentil coqu’licot, Mesdames,
Gentil coqu’licot nouveau.

(Béatrice Bastiani-Helbig)

 

Illustrations amicalement envoyées par l’auteure


 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’ESCLAVE (Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



L’ESCLAVE

Le bain d’une dame romaine est un sujet qui séduit aisément.
Mais l’intention du peintre semble ici faussée par la présence d’une esclave.
Cette fille à demi-nue est bien plus belle que sa maîtresse
et son visage a des traits nobles et touchants.
Puis, quelle douce respiration !
Bien qu’elle demeure à l’arrière-plan,
le regard va la chercher et l’invite seule à se laisser aimer.

(Norge)


Illustration: Jean Léon Gérôme

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

UN BAL DE COMPTABLES (Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



UN BAL DE COMPTABLES

Ce bal ressemble à tous les bals.
Il ne manque pas d’entrain.
Les jeunes aides-comptables ont un pas léger
et les dames comptables révèlent sous les lustres
un nombre de charmes très élevé,
quelques souplesses de jeunes vagues.
Non, rien ne trahirait si le peintre n’avait réussi à conférer à ses couleurs
une indicible façon de comptabilité.

(Norge)


Illustration: Sonia Delaunay

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Peintre chinois (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 6 septembre 2018


Peintre chinois

Frottant contre la toile
son front couvert d’encre très noire
travaille un peintre chinois
faiseur de lac
monts et nuages
puis il se lave en riant
près des femmes à peau de safran
qui voudraient retenir
dans leur rêve aigu
cieux et terres.

(Jean Follain)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Julius Bissier jouait du violoncelle (Emmanuel Moses)

Posted by arbrealettres sur 14 août 2018



Illustration: Salvador Dali
    
Julius Bissier jouait du violoncelle

Dans son journal, le peintre allemand Julius Bissier écrit :
« Comme une araignée nous surprend dans le rêve et le sommeil,
l’angoisse me saisit à la gorge » (13 novembre 1943)
et le 16 janvier 1944 :
« Il faut une force énorme pour attendre la renaissance de la vie. »

Prise à la même époque, une photographie le montre
jouant du violoncelle
attentif semble-t-il autant aux sons tirés de l’instrument
qu’aux résonances intérieures
le visage partagé entre l’ombre et la clarté

chaque jour il lance un appel à l’infiniment lointain
qui lui répond en toute intimité

(Emmanuel Moses)

 

Recueil: Figure rose
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un peintre (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2018



Un peintre, c’est quelqu’un qui essuie la vitre entre le monde et nous
avec de la lumière, avec un chiffon de lumière imbibé de silence.

(Christian Bobin)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Le génie (Saint-Pol Roux)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2018



 

pointillisme

Le génie est un désordre qui produit de l’ordre.
L’artiste, — surtout le peintre — qui a les yeux en dedans est un dieu.
Mais le peintre qui a les yeux en dehors n’est qu’un singe.

(Saint-Pol Roux)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Othis (Armand Lanoux)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2018



Othis

C’était un peintre
qui cherchait des sujets
dans un village-souris
si-il-vi si-il-vi
s’il vit.

Le boucher souilla de sang
une robe bise
une robe grise
une robe de vent une robe de brise
dans le village-souris
si-il-vi si-il-vi
s’il va.

La laveuse portait des torchons
en tas sur sa fatigue
la digue
comme des pelures d’oignon
si-il-vi si-il-vi
s’il vit.

Ils les mirent un peu partout
la robe bise et les chiffons
le vent sécha le sang du mouton
puis se baisèrent la bouche à doux
dans leur village-souris
si-il-vi si-il-vi
s’il va.

Le boucher partit
la laveuse aussi
le peintre peignit
le village en gris souris
puis s’endormit.
Voilà tout ce que l’oiseau vit
si-il-vi si-il-vi
tireli la fontaine
barbela marjolaine
s’il vit
Sylvie.

(Armand Lanoux)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :