Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘pelle’

Chasseurs-cueilleurs (Yvon Le Men)

Posted by arbrealettres sur 7 mars 2021




    
Chasseurs-cueilleurs

Ils repoussent la mer
avec des pelles et des râteaux

la mer acculée
recule

jusqu’au sable
jusqu’aux reflets des châteaux de sable

ils creusent dans les flaques de ciel où se
terrent les coques et les palourdes

le premier qui trouve
réveille le rêve de l’autre
de trouver

ils viennent de tous les âges
de tous les mondes
et se souviennent des premiers jours
où ils repoussaient la mer

avec leurs mains.

(Yvon Le Men)

 

Recueil: Les mains de ma mère
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’odeur froide de la terre remuée (Seamus Heaney)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2020



 

Jean-Francois Millet   3254

L’odeur froide de la terre remuée, le gargouillis
De la terre détrempée, les courtes entailles d’une lame
Au travers de racines vivantes s’éveillent dans ma tête.
Mais je n’ai pas de pelle pour suivre de tels hommes.

Entre mon doigt et mon pouce
Le stylo trapu repose

Je creuserai avec.

(Seamus Heaney)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Jean-Francois Millet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Petits pieds nus (Ying Chen)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2020


enfant-plage-brume

Avec pelle et seau
L’enfant s’en va à la mer
Petits pieds nus

(Ying Chen)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | 6 Comments »

Le boulanger (Jean Aicard)

Posted by arbrealettres sur 24 février 2020



Illustration: Alfred Desplanques
    
Le boulanger

— Que fais-tu là, boulanger ?
— Je fais du pain, pour manger.
Tu vois je pétris la pâte.
Le monde à faim ; je me hâte.

— Mais tu gémis, boulanger
— Je gémis… sans m’affliger :
Je geins, en brassant la pâte.
Le monde à faim ; je me hâte.

— Qu’as-tu fait là, boulanger ?
— J’ai, pour faire un pain léger,
Mis du levain dans la pâte.
Le monde à faim ; je me hâte.

— Que dis-tu donc, boulanger ?
— J’ai mes pelles à charger,
Quand J’aurai coupé ma pâte
Le monde à faim ; je me hâte

— Et puis après, boulanger ?
— Dans mon four, je vais ranger
Tous mes pains de bonne pâte.
Le monde à faim ; je me hâte.

— N’as-tu pas chaud, boulanger ?
— Si ; mais pour m’encourager,
La chaleur dore ma pâte
Que je retire en grand-hâte.

— Merci, brave boulanger
Le monde pourra manger !

(Jean Aicard)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

QUI? (Leiser Aichenrand)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2019




    
QUI?

Toi
Avec l’horloge des étoiles
Pour toute la durée des siècles
Réglée
À l’heure de Dieu.

Qui nous a
Envahis
Avec les sables du naufrage
– Instants épars
Du ciel muet ?

Qui provoqua
Au ciel de chaque époque
L’éclipse
De notre sang ?

Au fer rouge qui marqua
L’essor de notre parole
Sur les ailes de marbre
De la mort?

Sous les pelles des ténèbres
Toutes les horloges du silence
Ponctuent en battant
Notre interrogation.

(Leiser Aichenrand)

 

Recueil: Anthologie de la poésie yiddish Le miroir d’un peuple
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Ennemi (Charles Baudelaire)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2018




L’Ennemi

Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage,
Traversé çà et là par de brillants soleils;
Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage,
Qu’il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils.

Voilà que j’ai touché l’automne des idées,
Et qu’il faut employer la pelle et les râteaux
Pour rassembler à neuf les terres inondées,
Où l’eau creuse des trous grands comme des tombeaux.

Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve
Trouveront dans ce sol lavé comme une grève
Le mystique aliment qui ferait leur vigueur?

— O douleur! ô douleur! Le Temps mange la vie,
Et l’obscur Ennemi qui nous ronge le coeur
Du sang que nous perdons croît et se fortifie!

(Charles Baudelaire)

Illustration: Francisco Goya

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

PLUTOT QUE DE DEVOIR MOURIR (Gyula Illyès)

Posted by arbrealettres sur 11 octobre 2018



 

Igor Morski   (4)

PLUTOT QUE DE DEVOIR MOURIR

Homme, plutôt que de devoir mourir,
Que n’accepterais-tu de devenir ?
Bien volontiers tu descendrais l’échelle
Et de bon coeur tu manierais la pelle,
Toi comte, si fier de ton rang hautain,
Tu accepterais d’être ton larbin,
Et dépouillant bagues, bracelet-montre,
Tu décrotterais les chevaux sans honte.
Toi, l’évêque, pour qu’on ne cloue tes planches,
De ton linceul, tu trousserais les manches.
Pour mieux serrer l’outil, grand magistrat,
Tu graisserais tes paumes d’un crachat.
Où s’en vont les morts? Effrayant mystère…
Tu serais vacher, pour rester sur terre,
Voire équarisseur — et non pour un an,
Mais pour tout un siècle. Des nuits durant,
Bringueballant par la boue et le noir,
Tu ferais le maquignon dans les foires.
Tu irais encor plus bas sans façon :
Tu passerais les briques au maçon ;
Tu laverais les tripes nauséeuses
Dans des cours glacées, pauvre miséreuse…
Car tu accepterais de devenir
N’importe quoi plutôt que de mourir :
Bohémienne, s’il le fallait, ou nègre,
Esquimau, nain, bouffon… D’un coeur allègre,
Tu abandonnerais même à jamais
Ton humaine forme, et tu te ferais
Oiseau migrateur, corbeau, ou encore
Renard affamé, cheval aux yeux morts ;
Ou rien qu’un arbre, un rosier, par exemple,
Voire un saule creux… Ou l’herbe qui tremble,
Ou l’insecte qui habite dessous ;
Moins encore : un ver ou même la boue,
Ignoble berceau mais qui a sa part
Du chaud soleil et lui rend son regard.

(Gyula Illyès)

Illustration: Igor Morski 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les os des morts (Gabriela Mistral)

Posted by arbrealettres sur 13 septembre 2018



Les os des morts

Les os des morts
savent poudrer d’une glace subtile
les bouches de ceux qui aimèrent.
A tout jamais ils les empêchent d’embrasser !

Les os des morts
jettent leur blancheur à 1a pelle
sur la flamme brûlante de la vie.
Ils lui tuent toute ardeur!

Les os des morts
ont un pouvoir plus grand que la chair des vivants.
Car bien qu’épars ils sont de durs chaînons
qui nous retiennent, soumis et captifs!

***
Los huesos de los muertos

Los huesos de los muertos
hielo sutil saben espolvorear
sobre las bocas de los que quisieron.
¡Y éstas no pueden nunca más besar!

Los huesos de los muertos
en paletadas echan su blancor
sobre la llama intensa de la vida.
¡Le matan todo ardor!

Los huesos de los muertos
pueden más que la carne de los vivos.
¡Aun desgajados hacen eslabones
fuertes, donde nos tienen sumisos y cautivos!

(Gabriela Mistral)


Illustration


Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ANXIÉTÉ (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2018



Illustration: Vincent Van Gogh
    
L’ANXIÉTÉ

Au-dessus du précipice
passent des nuées
lorsque s’assombrissent les champs
dans le silence de veillée
que la pelle à feu
en tombant sur la pierre
fait frémir la paysanne
qui dans l’anxiété
fait un bouquet
de fleurs et feuilles
puis faiblement chante
en souvenir
de son fils le meilleur.

(Jean Follain)

 

Recueil: Des Heures
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un jour, un âne tomba dans un puits (Conte Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2018




    
Un jour, un âne tomba dans un puits.
Durant des heures, l’animal gémit pitoyablement
et le fermier à qui appartenait l’âne se demanda quoi faire.
Finalement, il décida que l’animal était vieux
et que le puits pouvait disparaître.
De toute façon, ni l’un ni l’autre n’était plus rentable.

Il demanda à quelques voisins de venir l’aider.
Tous prirent une pelle et commencèrent à boucher le puits.
Au début, quand l’âne réalisa ce qui se passait,
il se mit à braire horriblement.
Puis, à la stupéfaction générale,
il se tut. La besogne se poursuivit.

Au bout d’un moment,
le fermier finit par regarder au fonds du puits.
Il fut consterné par ce qu’il vit.
Après chaque pelletée qui tombait sur lui,
l’âne s’ébrouait pour rejeter la terre et la piétinait.

Un peu plus tard, l’âne apparut,
sortit du puits et se mit à gambader…

(Conte Anonyme)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :