Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘pencher’

Ô plante vivace (Paul Valéry)

Posted by arbrealettres sur 23 septembre 2022



Ô plante vivace
Et fragile aussi
Toi que j’aime si
Vivante ou si lasse,

Ô jette sur moi
Le faix de tes branches,
Si peu que tu penches
Je tombe avec toi :

Tombons, douce lutte,
Dans un seul oubli,
Quel rêve accompli
Qu’une même chute !…

Ecoute… Plus rien
Ne subsiste au monde :
C’est l’heure profonde
Du Suprême Bien.

Oh Silence… Ecoute
Quel apaisement
De l’amour semant
Sa plus douce goutte…

(Paul Valéry)

Illustration

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour chaque brin d’herbe (Le Talmud)

Posted by arbrealettres sur 14 septembre 2022


normal_un-petit-brin-d-herbe

Pour chaque brin d’herbe,
il est un ange qui,
penché sur lui,
murmure:
Grandis, grandis!

(Le Talmud)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 4 Comments »

Les yeux grands ouverts (Gaëlle Josse)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2022




    
les yeux grands ouverts
penchée au bord de quelques doutes
j’essaie de retenir
un peu de lumière de passage
sur un mur de pierres sèches

puis elle glisse et disparaît
je ne sais où

(Gaëlle Josse)

Recueil: et recoudre le soleil
Traduction:
Editions: NOTAB/LIA

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Non la faute n’est pas tienne (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 21 juillet 2022



Non la faute n’est pas tienne fille aux ors blessés
Ni mienne: que pouvons-nous d’autre que pencher
Notre nuit et le bruissement de nos lèvres
Vers ce lieu sans lueur où douleur et joie
N’ont plus de nom ni d’univers fidèles.
C’est l’écho de nos coeurs qui tonne dans l’attente
Et nos corps sont dans l’air l’éclat des premiers jours.

(Georges-Emmanuel Clancier)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ecoute (Jean-Vincent Verdonnet)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2022


herbe

Ecoute
l’herbe se penche
pour trembler une confidence
à la fine pointe de l’âme

(Jean-Vincent Verdonnet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

DES LIONS (Guy Goffette)

Posted by arbrealettres sur 18 juin 2022




    
DES LIONS

La caravane a chu dans l’herbe haute
et ce qui reste n’est plus qu’un grand trou
dans la nuit où vont toutes les routes
que nous avons laissé partir

seules, à regret, comme des étrangères
qui savaient lire en nos yeux l’insoutenable
attente et l’effroi de mourir ici. Nous avons
baissé trop tôt les paupières,

croyant couper à jamais les ailes du désir,
mais nos rêves sont des lions penchés
sur l’eau croupie des draps, des lions
et qui rugissent encore

quand la caravane s’ébranle avec la lune.

(Guy Goffette)

 

Recueil: Le pêcheur d’eau
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vivre en montagne (Hanshan Deqing)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2022



Illustration: Roselyne Pegeault    
    
Vivre en montagne

Au printemps les nuages s’ouvrent dans la lumière
D’où vient-il ce parfum mystérieux des prunus?
Irai-je le chercher dans des vallées perdues
Alors que sur mon mur, une branche se penche.

(Hanshan Deqing)

Recueil: Poèmes Chan
Traduction: du chinois par Jacques Pimpaneau
Editions: Philippe Picquier

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES PLUS BEAUX VERS (Edmond Haraucourt)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2022



Illustration: Raymond Peynet
    
LES PLUS BEAUX VERS

Les plus beaux vers sont ceux qu’on n’écrira jamais
Fleurs de rêve dont l’âme a respiré l’arôme,
Lueurs d’un infini, sourires d’un fantôme,
Voix de plaines que l’on entend sur les sommets.

L’intraduisible espace est hanté de poèmes,
Mystérieux exil, Eden, jardin sacré
Où le péché de l’art n’a jamais pénétré,
Mais que tu pourras voir quelque jour, si tu m’aimes.

Quelque soir où l’amour fondra nos deux esprits,
En silence, dans un silence qui se pâme,
Viens pencher longuement ton âme sur mon âme
Pour y lire les vers que je n’ai pas écrits…

(Edmond Haraucourt)

Recueil: 35 siècles de poésie amoureuse
Traduction:
Editions: Saint-Germain-des-Prés Le Cherche-Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CAPTIF (Franz Hellens)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2022


 


Helen Masacz  8

CAPTIF

Captif d’une chambre
Je pars gonflé d’un désir
Que rien ne peut retenir
Et vole.

Lourd plus que plomb et dur
Etait mon pied et molle
Une tête fruit mûr
Qui penche.

Un coup de vent venu de mer
Et tout a pris autre visage,
Je me cherche et me perds
Comme une feuille après l’orage.

Le mat balance au gré des vents
Je me sens à moi-même infidèle
Que sombre le navire avant
Que la mouette ait refermé les ailes

(Franz Hellens)

Illustration: Helen Masacz

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Vieux Jean-Louis (Charles-Ferdinand Ramuz)

Posted by arbrealettres sur 1 mars 2022




    
Le Vieux Jean-Louis

Le vieux Jean-Louis, il n’a rien qu’un oeil,
on le dirait pas,
le vieux Jean-Louis sait marquer le pas
comme personne dans les danses.
Son accordéon est comme pas un,
avec un soufflet d’un mètre de long
et tout nickelé
et un souffle à faire danser
à la fois deux ou trois villages.

Çа fait des accords, ça siffle, ça ronfle,
avec des sonnettes et des trémolos,
qu’on entend de loin sur le pont de danse.

Il faut voir les doigts du vieux Jean-Louis,
quand il est parti,
courir sur les touches
et les yeux qu’il fait, sa tête qui penche, et
qui se balance
en mesure, tant il a plaisir.

(Charles-Ferdinand Ramuz)

Recueil: Le Petit Village
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :