Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘pénétrant’

Dis moi étoile éternelle (Pär Lagerkvist)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2018



Dis moi étoile éternelle,
pourquoi plonges-tu en moi ton regard.
Tel un ennemi scrutant au loin,
tu me surveilles sans répit.

Pénétrant est ce regard qui s’enfonce
au plus profond de mon âme.
Flèche acérée jaillie de l’infini,
je doute que tu veuilles mon bien.

Je ne suis pas éternel, mon essence
se dissout dans le sable.
Pourquoi alors me transpercer
de ta flèche de feu ?

***

Säg mig du eviga stjärna,
varför stirrar du ner i mig.
Som fienden spejar ur fjärran
sa vaktar du ständigt på mig.

Vass är din blick och den borrar
sig ner, djupt ner i min själ.
Spjutspets ur evigheten,
du vill mig nog inte väl.

Jag är ej evig, mitt väsen
rinner i sanden ut.
Varför då genomborra
mig med ditt lågande spjut ?

(Pär Lagerkvist)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au sol (Béatrice Douvre)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2018



Illustration: Philippe Zacharie
    
Au sol

Silencieuse et aimante
Et les arbres de la voûte légère t’éclairaient
Et les forêts brillaient dans un repli d’oiseaux
Veillaient le passage clair-obscur de ton nom

Je songe à toi comme un soleil des eaux
Émue du nuage dans ces oiseaux de l’ombre

Tu descends parmi les clairières odorantes
C’est aussi un chemin
Où grandissent les pas où la lumière est comble

Jusqu’aux terres permises tu descends maintenant
Je te maintiens malgré
Tes caresses de mort
Malgré tes mains subissant le supplice

Je te garde comme l’être loin qui s’est perdu
En mon sein je te garde, tu es nue et personne

Et je t’éclaire obscure comme un sol pénétrant.

Je t’appellerai d’un langage plus léger
Je te prendrai par la main de personne
Nous aurons la peau lavée, les yeux noyés
Tu cesseras de retenir tes mains contre les grilles
Nous grandirions sans retour

Je toucherai ta peau comme pour revivre
Tremblant du bruit de ton sourire
De ton prénom de neige à la mesure des yeux
De l’âpreté de tes mains

Orée grise d’oiseaux, nous grandirions
Près des fleurs qu’on sèche dans les vases
Près des vitres embaumées de la lumière
Un doigt déchire enfin la vitre

Le jour au nord est mûr
Sans un vent.

(Béatrice Douvre)

 

Recueil: Oeuvre poétique
Traduction:
Editions: Voix d’Encre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pas de clef à la poésie (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 7 janvier 2018



Illustration: Sonia Mandel
    
Pas de clef à la poésie
Pas de ciel
Pas de fond
Pas de nid
Pas de nom

Ni lieu
Ni but
Ni raison

Aucune borne
Aucun fortin
Aucun axe
Aucun grain

Mais ce souffle

Qui s’infiltre

Dans l’étoffe des âmes

Pour délier leurs saisons:

Peuple d’hirondelles
Au regard pénétrant
A la vue déployée.

(Andrée Chedid)

 

Recueil: Poèmes pour un texte 1970-1991
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La sagesse des verts (Marie Dauguet)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2017




    
La sagesse des verts

Verts cendreux, flétris, effacés
Et qui niez l’intensité
De vivre, comme un coeur lassé
Epris d’ombre et de cécité,

Verts des mousses à la racine
D’un vieil érable desséché,
Sourds autant qu’un sanglot caché
Mourant au creux de la poitrine.

Nuance vraiment d’un mystique
Pénétrant, rappelant la fine
Tonalité des dalmatiques
Qu’un reflet de cierge satine.

Et verts, pourtant inconsolés
Sous le ciel d’hiver impassible,
Parlant de désirs immolés
Et de rêves inaccessibles

Ou que le réel étouffa…
Vert mélancolique et d’antan
Qu’ont les gourgouran de sopha
Ou les menuets chevrotants

Au fond du passé; verts des mousses
Qui parez cet arbre chancreux,
Vous scandez, accord qui s’émousse,
Un langage mystérieux.

Mais, ô paroles estompées,
J’ai saisi vos subtilités
Et je comprends vos mélopées
De tristesse et de volupté,

Verts cendreux, effacés, flétris
Et qui niez l’intensité
De vivre, comme un coeur épris
De néant et de cécité.

(Marie Dauguet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Couper du pain rond (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 28 juillet 2017




    
Couper du pain rond, villageois,
pour l’odeur pénétrante
de chaque tranche

aussi couper
dans la langue générale
un poème
pour le profond du corps.

(Marie-Claire Bancquart)

 

Recueil: Verticale du Secret
Editions: Obsidiane

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

NARCISSE (Ali Al-Baghdadi)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2017



Illustration: Gustave Courbet
    
NARCISSE

Vois ce narcisse au parfum pénétrant
que fait se balancer
un simple souffle !

N’est-il pas à l’image de ces pucelles ivres
de leur état, et qui s’enlacent l’une l’autre,
mirant l’un dans l’autre leurs visages de soleil ?

(Ali Al-Baghdadi)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Je fais souvent ce rêve (Paul Verlaine)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2015


Malinowski_Bain d'Or-650

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime,
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon coeur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d’être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? – Je l’ignore.
Son nom ? Je me souviens qu’il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L’inflexion des voix chères qui se sont tues.

(Paul Verlaine)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :